Cameroun : CAMTEL et CAMPOST signent un partenariat pour mutualiser leurs compétences technico-commerciales

Cameroun : CAMTEL et CAMPOST signent un partenariat pour mutualiser leurs compétences technico-commerciales

- in A La Une, Actualité
272
0
Le Directeur Général de Camtel David Nkoto Emane(à gauche) et celui de campost Pierre Kaldadak pendant la cérémonie de signature de la Convention

Les deux entreprises ont signé une Convention-Cadre hier 12 septembre 2017 au siège de la Cameroon Télécommunications  à Yaoundé. Objectifs, finalités et retombées de ce partenariat gagnant gagnant.

Cette alliance entre CAMTEL et CAMPOST vise à développer des projets communs identifiés autour des pôles technologiques et commerciaux en vue de promouvoir des services innovants répondant aux besoins des clients, et de déployer les infrastructures et plateformes de services adaptées à la compétitivité du marché.

Concrètement, il s’agira pour ces mastodontes des postes et télécommunications de se déployer en joint-venture, notamment pour la commercialisation des services de télécommunications, la mutualisation des infrastructures, le développement d’offres pertinentes et avantageuses. Pour le Directeur Général de CAMTEL, David Nkoto Emane, « il était devenu nécessaire que les bras-séculiers de l’Etat, dans les secteurs des postes et télécommunications, unissent leurs forces afin de soutenir l’action du Gouvernement pour le renforcement de l’économie numérique au Cameroun ». David Nkoto va plus loin en expliquant que « nous voulons tout simplement rentabiliser nos investissements. Nous avons investi depuis plus de 10 ans aujourd’hui et seul  CAMTEL  ne pourra pas rentabiliser ces investissements.  Il nous faut donc l’apport ou le concours des sociétés partenaires,  qui elles, sont mieux placées pour utiliser notre réseau, pour vendre des services et pour être plus proche que nous du consommateur ».

Aussi, « CAMTEL est là pour mettre à la disposition de ces sociétés l’infrastructure dont elles ont besoin. Il appartient donc maintenant à campost d’utiliser cette infrastructure  à bon escient. Campost doit pouvoir réaliser ses activités notamment dans le domaine des finances. L’activité postale aujourd’hui n’est pas essentiellement  liée au courrier mais les entreprises  et sociétés qui ont cette activité comme principale activité,  sont plus orientées vers des produits financiers  et vous ne pouvez pas travailler sur ce type de projets si vous n’avez pas une technologie, notamment les tic pour pouvoir approcher les clients et leur apporter des services de qualité. C’est la raison pour laquelle nous avons pensé qu’il fallait signer cet accord cadre » a déclaré le Directeur Général de CAMTEL qui  croit que « c’est une bonne chose pour les populations d’avoir une campost,  de services postaux qui sont à la dimension de ce que les autres attendent et ce qu’on voit un peu partout dans le monde ».

Pour le Directeur Général de la Campost, Pierre Kaldadak  « Aujourd’hui la poste, ce n’est plus le courrier, la poste est un service intégré des tic.  Donc CAMTEL étant pourvoyeur d’infrastructures  des tic, la poste ne peut que s’appuyer sur elle pour la rénovation, pour faire face aux défis de l’environnement  que nous impose la technologie ».

Photo de famille des responsables des deux Sociétés.

A propos de CAMTEL.

Société à capitaux publics créée le 8 septembre 1998, CAMTEL œuvre au développement et à la modernisation des infrastructures de télécommunications au Cameroun. L’entreprise exploite actuellement le réseau national en fibre optique (Backbone) et 3 points d’atterrissement de câbles sous-marins qui permettent d’offrir des services de transmission, d’Internet très-haut-débit et de téléphonie aux opérateurs télécoms, aux entreprises et aux particuliers. CAMTEL construit actuellement le SAIL, le câble sous-marin qui reliera Kribi à Fortaleza au Brésil, sur 6000 km de linéaire dans l’océan Atlantique. Cette infrastructure apportera des capacités supplémentaires pour le développement de l’économie numérique au Cameroun et dans la sous-région Afrique Centrale.

Ericien Pascal Nguiamba

 

faire un commentaire via Facebook