Cameroun : La Journée Africaine pour une Dentisterie Sans Mercure célébrée à Yaoundé

Cameroun : La Journée Africaine pour une Dentisterie Sans Mercure célébrée à Yaoundé

- in A La Une, Santé
525
0

mercure

Plus de 40 organisations de la Société Civile (OSC) ainsi que le Centre de Recherche et d’Education pour le Développement (CREPD) du Cameroun, ont célébré la 3ème Edition de la « Journée Africaine pour une Dentisterie Sans Mercure », le 13 octobre 2016 à Yaoundé. Les gouvernements des pays africains interpellés.

« Nous demandons au Cameroun et aux autres pays d’Afrique, de prendre la décision courageuse d’interdire l’utilisation d’amalgame dans les dents de lait. En comparaison aux autres, l’Afrique est le continent qui utilise moins d’amalgames, environ 10% de la consommation mondiale annuelle de mercure et contribue à 260-340 tonnes de pollution par le mercure dans le monde chaque année. Nous sommes plus près de la ligne d’arrivée que tout autre continent » a déclaré Dr. KUEPOUO Gilbert, Coordinateur du CREPD. «La dentisterie sans mercure fait son chemin en Afrique. Des études récentes en Côte d’Ivoire, au Cameroun et en Tunisie montrent que, déjà, près de 30% des dentistes utilisent des alternatives sans mercure dans les soins dentaires» a-t-il renchéri. En outre, des activités sont entreprises dans tous les coins du continent pour faire prendre conscience à la population des effets adverses du mercure sur la santé et l’environnement. C’est le cas en Afrique du Sud, au Bénin, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, en Ethiopie, en Guinée, au Ghana, au Kenya, à l’Île Maurice, au Sénégal, en Tanzanie et en Tunisie.

Les OSC rappellent aux Etats africains leurs contributions décisives lors des sessions de négociation de la Convention de Minamata qui ont fait en sorte que la restriction sur l’utilisation des amalgames dentaires soit spécialement incluse dans le traité, en faisant valoir avec force l’élimination de l’amalgame en général, et à la mise à terme de l’utilisation de l’amalgame dans les dents de lait de manière spécifique. Lors de la consultation régionale africaine tenue à Pretoria le 9 mai 2012, la Région africaine a hardiment adopté un plan pour l’amalgame dentaire – les étapes d’élimination progressive – qui couplé avec des amendements ultérieurs, a été inscrit dans le texte de la Convention. Référence est également faite à la Déclaration de Libreville sur la santé et l’environnement en Afrique (Août 2008).

Les OSC appellent les pays africains à travailler ensembles pour faire de l’Afrique le premier continent où se réalise aisément la dentisterie sans mercure – considérant que la quantité actuelle d’amalgame dentaire utilisé en Afrique est beaucoup plus proche de zéro que dans tout autre continent. En 2010, la Région africaine subsaharienne a utilisé seulement six (6) tonnes de mercure dentaire. Bon à savoir, Le mercure est une neurotoxine qui peut endommager le cerveau en développement des enfants et les systèmes nerveux avant même qu’ils ne soient nés. C’est fort de ce danger que les OSC ont, au cours de cette célébration, lancé un appel aux gouvernements à imposer une interdiction totale de l’amalgame dentaire dans les dents de lait. Les amalgames dentaires contiennent 50% de mercure, un puissant neurotoxique. Son utilisation aujourd’hui  ne se justifie plus parce que des alternatives plus sures sont maintenant abordables, efficaces et disponibles en Afrique. La restriction de son utilisation est exigée dans le monde entier dans le cadre de la Convention de Minamata sur le Mercure nouvellement adoptée par plus de 140 gouvernements, y compris le Cameroun, à Kumamoto au Japon en 2013. À ce jour, elle a été signée par 102 pays et ratifiée par 32 pays. Il est donc urgent que les gouvernements  montrent leur engagement vis-à-vis de ce qu’ils ont signé.

Ericien Pascal Nguiamba

faire un commentaire via Facebook