Guinée Equatoriale : Manifestations anti-françaises devant l’ambassade de France à Malabo

Guinée Equatoriale : Manifestations anti-françaises devant l’ambassade de France à Malabo

- in A La Une, INTERNATIONAL
288
0

GE1

Une marche populaire pacifique, des chants patriotiques et un mémorandum lu devant la représentation diplomatique de la France à Malabo. Les Equato-guinéens dénoncent la tentative de déstabilisation de leur pays. Réactions à chaud du Secrétaire Général et du Secrétaire Général adjoint du Parti Démocratique de Guinée Equatoriale (PDGE, au pouvoir) Gérôme Osa Osa Ekoro et madame Jésusa Obono Engono Nchama.

Malgré la fine pluie qui s’est abattue sur la ville de Malabo ce lundi 19 juin 2017, les populations ont répondu présentes à la grande marche de soutien au Président de la République, Téodoro Obiang Nguema Mbasogo, et au Vice-président, Teodorin Nguema Obiang Mangue poursuivis par a justice française pour une histoire de « biens mal acquis ». La marche a commencé à 7h au niveau du siège du Parti Démocratique de Guinée Equatoriale(PDGE) jusqu’à l’ambassade de France, lieu choisi pour faire entendre aux autorités françaises, via leur ambassadeur, la voix de la Guinée Equatoriale.

« Nous sommes venus manifester notre désaccord avec les institutions françaises. La Guinée équatoriale, comme nous venons de le dire,  a acquis son indépendance le 12 octobre 1968,  et depuis lors le 3 octobre 1978 que le président de la république préside aux destinées du pays,  vous-même vois êtes témoin que la Guinée Equatoriale est une référence en matière de paix, une référence de développement. Nous n’admettrons plus jamais l’interventionnisme de l’extérieur qui vise à déstabiliser notre pays. » a déclaré à la presse le Secrétaire Général  du PDGE, Gérôme Osa Osa Ekoro. Il explique que « La justice française, depuis près de 8 ans, voir 10 ans est entrain de poursuivre les fils légitimes de ce pays, et nous ne sommes pas d’accord, le peuple de Guinée  équatoriale ne sera jamais d’accord  et pour cela nous sommes prêt à nous battre jusqu’à la dernière énergie pour revendiquer notre dignité, notre souveraineté  et l’indépendance acquise difficilement… » Pour le Secrétaire Général du parti au pouvoir « Ce traitement discriminatoire et néocolonialiste,  la Guinée équatoriale n’est pas prête à l’accepter. Voilà les raisons fondamentales qui nous ont amené ce matin ici devant l’ambassade de France pour transmettre aux autorités françaises, et la justice française le message selon lequel la Guinée équatoriale n’est pas prête à être considérée de cette manière. C’est un manque de respect. Un Etat n’est ni petit ni grand. Il faut respecter la souveraineté d’un Etat quelque soit sa grandeur en populations ou en dimension géographiques »

GE2

A la question de savoir ce qui pourrait se passer si les autorités françaises n’arrêtent pas les poursuites, Gérôme Osa Osa Ekoro, réponds : « On va analyser la situation froidement par ce que ça pourra compromettre les relations de  la Guinée équatoriale avec la France ». Car «Personne n’a transmis la souveraineté de la Guinée équatoriale aux autorités françaises. Il s’agit d’un vice-président de la république, il s’agit de la Guinée équatoriale. C’est un acte inacceptable. Si les autorités françaises vont penser expérimenter cette manière de traiter les africains en passant par la Guinée équatoriale, nous allons nous battre au niveau de la cour internationale. Nous ne sommes pas prêts à accepter cela ».

Les femmes de la Guinée équatoriale par la voix du secrétaire générale adjoint du PDGE, Jésusa Obono Engono Nchama, pensent que ce procès « n’a pas de sens ». Aussi,  « Les femmes disent non. Laissez notre fils tranquille. C’est un fils de la Guinée Equatoriale, c’est un souverain de la Guinée Equatoriale. C’est  le vice-président de notre parti, c’est le vice président de la république de Guinée Equatoriale. En tant que tel, un fils de la Guinée Equatoriale ne peut pas être en justice en France. Si les faits se sont produits en France, c’est seulement la Cour Internationale de Justice qui doit se prononcer sur cette affaire. Cette soi-disant affaire est orchestrée par nos ennemis. Nous savons que ce sont les ennemis de la Guinée Equatoriale, les ennemis du PDGE qui sont partout dans le monde qui se sont joints à ces deux ONG pour initier cette procédure judiciaire qui n’a as de sens » a déclaré Jésusa Obono Engono Nchama avant de s’interroger : « On parle de biens mal acquis. Quels biens ? Quelle qualité de biens ? Est ce qu’ils peuvent justifier quels fonds on a utilisé pour acquérir ces biens ? Les fonds appartenaient  soit-disant à l’Etat français ou au trésor de la Guinée Equatoriale ? Ils ne peuvent pas le justifier. Donc nous croyons que c’est une injustice et ils doivent arrêter et abandonner ce procès ».

Bon à savoir, l’ambassadeur de France Fred CONSTANT (en poste depuis le 12 septembre 2016), a écouté, puis serré la main au Secrétaire Général du PDGE, avant de retourner à l’intérieur de l’ambassade. Sans faire de déclaration à la presse.

Ericien Pascal Nguiamba à Malabo

 

 

faire un commentaire via Facebook