« Tous les handicaps ne sont pas visibles » c’est  le thème choisi pour la célébration de la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes handicapées le 3 décembre 2020. Les activités de cette édition ont été lancées mardi 24 novembre au  Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées-Cardinal Paul Emile LEGER à Yaoundé par le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Sociales(Minas) ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Le thème choisi pour cette édition est « une invite ou alors une interpellation des Etats à accorder d’avantage une attention particulière aux personnes présentant un handicap non apparent… » a déclaré le Secrétaire Général du Minas  ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE. Avant de lancer un appel aux acteurs étatiques aux organisations de la société civile, et même à la communauté internationale « pour leur contribution à la réussite des différentes activités marquant la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées » et au-delà de la célébration, à être de « véritables défenseurs et militants de la prise en compte de l’approche handicap dans tous les secteurs de développement ».

le SG du Minas, ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Selon le Rapport Mondial sur le Handicap publié en 2010, conjointement par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et la Banque Mondiale, on estime à plus d’un milliard  le nombre de personnes vivant avec le handicap, soit environ 15% de la population mondiale. On constate que les pays à faible revenus ont une prévalence de handicap plus grande que les pays à revenus supérieurs. Au Cameroun, en appliquant le ratio du Rapport Mondial sur le Handicap au résultat officiel du 3è recensement Général de la Population et de l’Habitat publié en 2010, les personnes handicapées sont estimées à près de 2 millions neuf cent dix mille(2.910.000). Mais il faut noter que dans la population, il y a des handicaps invisibles. Ce qui pourrait amplifier les chiffres.

Au cours du lancement officiel des activités relatives à cette célébration, il a été question pour les participants, venus des administrations publiques, des partenaires Techniques et Financiers, des Organisations en charge des Personnes Handicapées, du personnel du Minas, de faire une rétrospective sectorielle des dix dernières années(2010-2020) sur des actions ayant été menées en faveur de la protection et de la promotion des personnes handicapées tout en se focalisant sur le thème de cette année 2020, à savoir « Tous les handicaps ne sont pas visibles ». Il était aussi question au cours de ce lancement  officiel, de faire savoir au grand public les actions menées en faveur des personnes handicapées dans les secteurs de l’éducation, de l’emploi et la formation professionnelle , du sport, de l’accessibilité aux infrastructures et édifices publics ou ceux ouverts au public, de la protection sociale et de la réadaptation. Outre les communications présentées ce jour, il a été convenu que d’autres espaces de communication seront réquisitionnés dans les médias, afin de poursuivre la sensibilisation auprès des groupes et communautés sur les actions menées en faveur des personnes handicapées au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba

La 1ère édition du CAMEROON DIGITAL BOOST-2020 (CDB-2020) est un évènement organisé par SEM-SERVICES et CROSTON HOLDINGS avec le soutien de LA CHAMBRE DE COMMERCE CANADA-CAMEROUN (CDC-CC) sous le thème « Les stratégies pour promouvoir l’industrie numérique en contexte post covid19 ». Cet évènement, est un séminaire  qui aura lieu le 1er décembre 2020 à l’hôtel la Falaise de Yaoundé. Il a  pour cibles, les entrepreneurs, les opérateurs Économiques, les institutions financières, les établissements professionnels, les étudiants, les professionnels des NTIC, Le gouvernement et autres. Participation annoncée, entre autres,  du Dr. Ernest Simo et de l’ancien vice-capitaine des Lions indomptables Enoh Eyong.

L’objectif principal de cet évènement est de promouvoir la synergie entre les acteurs de l’écosystème du Numérique Camerounais et les experts de sa Diaspora pour une industrie numérique forte et compétitive. Il est aussi question de Susciter un réseau d’opérateurs économiques pour soutenir l’industrie numérique ; Accompagner les entrepreneurs numériques dans leurs développements de marché avec le Canada et d’autres marchés ; Participer et contribuer avec le MINPOSTEL au développement de la politique du numérique au Cameroun.

Le Comité d’organisation que préside Samuel Ervé Mandeng(photo)  vise plusieurs résultats notamment Atteindre une moyenne de 50 participants à Yaoundé ; Construire un réseau d’hommes et femmes d’affaires du Numérique Camerounais ; Faciliter le maillage numérique entre les différentes expertises Canadiennes et du Cameroun ; Faciliter l’implication des experts du numérique de la diaspora Camerounaise dans le développement du Numérique.

L’évènement sera marqué par la participation du Dr. Ernest Simo, Pionnier en Télécommunication VSAT-USA et SKYBITS-IGOGO et de l’ancien footballeur Enoh Eyong. Il est à noter que Constant Wette Expert à Erickson-Canada, recevra un prix spécial lors de ce séminaire. Ce séminaire est une initiative de SAMUEL ERVÉ MANDENG PDG de SEM-SERVICES et Chargé du développement numérique à la Chambre de Commerce Canada-Cameroun. Samuel Ervé Mandeng qui cumule plusieurs années d’expériences dans les relations interculturelles, et dans la coordination des projets en développement social et économique au Québec, il est passionné par la capitalisation du potentiel humain et les projets qui favorisent la participation Citoyenne des immigrants dans la société. Militant engagé dans la défense des droits des noirs, son expérience académique et professionnelle lui ont permis de Développer au fil des années des aptitudes comme Formateur, Accompagnateur, Conférencier et Coordonnateur des projets en Intégration d’emploi, en participation citoyenne, en Leadership et en Entrepreneuriat

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

C’est à la place des fêtes d’Awaé, dans le Département de la Mefou et Afamba, Région du Centre Cameroun, qu’a eu lieu le 18 novembre 2020, la cérémonie de remise solennelle des appuis aux jeunes bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes (PTS-Jeunes), des Kits de Réarmement Moral, Civique et Entrepreneurial (REAMORCE) et du matériel roulant aux Services Déconcentrés du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique(MINJEC).  C’était également la dernière étape de la tournée du Ministre Mounouna Foutsou dans les 10 régions du Cameroun. Tournée nationale entamée le 30 octobre 2020 dans les régions du Littoral et du Sud-ouest. 

Le Ministre Mounouna Foutsou (au centre) avec des personnalités invitées .

La cérémonie d’Awaé, s’inscrivait dans la concrétisation de la promesse du Chef de l’État, PAUL BIYA, en faveur de la Jeunesse. Les appuis accordés dans le cadre de ce Plan, visent à améliorer les conditions de vie des jeunes en favorisant leur insertion dans le monde socioprofessionnel, à travers la création de micros entreprises et l’accès aux emplois décents. Le Ministre de la jeunesse et de l’éducation Civique a passé un important message aux jeunes : « Chers jeunes, j’ai suivi avec une attention particulière, votre parcours du début, jusqu’à ce beau jour où vous avez le plaisir et le privilège de voir votre rêve devenir réalité. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille. Vous avez fait preuve d’endurance. Vous voilà désormais prêts à mettre en œuvre vos projets respectifs, qui je le sais, vous tiennent tant à cœur. Terminée la phase des doutes, du scepticisme et du découragement. Place désormais à la confiance en soi car vous serez désormais des entrepreneurs et gestionnaires de ressources humaines pour la plupart. Ce qui requiert des habiletés et des qualités de managers que sont entre autres le sens de l’organisation du travail, le travail en équipe, l’assiduité et la ponctualité, la capacité d’écoute et j’en passe. Je vous invite par conséquent à avoir la foi en vos projets respectifs, que vous devrez conduire avec toute la rigueur et l’engagement nécessaires. La balle est désormais dans votre camp. Sachez que les autres jeunes auront le regard fixé sur vous. Pendant la phase d’opérationnalisation de votre projet, faites usage de vos séances de réarmement moral, civique et entrepreneurial, pour surmonter toutes les difficultés qui s’opposeraient à vous. Mettez-vous au travail, car très bientôt, vous serez appelés malheureusement ou heureusement, à rembourser une partie des crédits qui vous sont accordés aujourd’hui par l’État. Faites preuves de patriotisme économique pour que d’autres jeunes puissent aussi bénéficier du même accompagnement à partir du «Revolving Fund» que vont générer vos remboursements ». Il faut  rappeler que seuls les financements de 0 à 1500000 FCFA sont non remboursables. De 1500001 FCFA à 10000000 FCFA, ce sont des crédits remboursables à taux zéro et de 10000001 FCFA à 25000000 FCFA, ce sont des crédits remboursables au taux bonifié de 8% et correspondent à l’accompagnement des EMF et les assurances.

Mounouna Foutsou.

L’on a noté  la présence à cette cérémonie de Luc Magloire ATANGANA, Ministre du Commerce, Clémentine ANANGA MESSINA, Ministre Déléguée auprès du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, le Gouverneur de la Région du Centre, NASERI Paul BEA et  SAMBGOGA SITECK guillaume, Chargé de Mission au Secrétariat Général de la Présidence de la République qui traite au quotidien les dossiers du plan Triennal Spécial-Jeunes. Dans son mot de remerciement, le représentant des bénéficiaires, Abba Alexandre a dit qu’au lancement du PTS-JEUNES, beaucoup ont cru à une utopie. Aujourd’hui, tout le monde peut se rendre compte que c’est une réalité. Ces appuis produiront à coup sûr des entrepreneurs, qui les utiliseront à bon escient et les fruits de ces entreprises profiteront à toute la société. Le Maire de la Commune d’Awae,  Akono Alinga André Rémy.dans son discours, a en insisté sur le fait qu’elle est composée à 51,95% des jeunes. Ces derniers rythment la vie économique de la localité à travers l’élevage, l’agriculture et le commerce informel. Pour lui, l’appui du PTS-JEUNES apporte une motivation supplémentaire aux jeunes. Pour cet effort, le Maire a demandé au Ministre  Mounouna Foutsou de transmettre les remerciements des populations d’Awae au Chef de l’Etat et a souhaité que ce Plan puisse être reconduit autant que nécessaire.  Pour le Président régional du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun, Sop Gaël Brice, la présence des jeunes bénéficiaires est la preuve de la volonté du gouvernement de transformer le tissu économique du Cameroun et de faire des jeunes des Ambassadeurs de bonne moralité et de dynamisme. Il a indiqué que de toutes les initiatives gouvernementales en faveur des jeunes, le PTS-JEUNES est le projet par excellence pour l’insertion Socio-économique des jeunes. Il a invité ses pairs jeunes à faire bon usage de ces appuis afin de se montrer digne de la confiance placée en eux par l’État.

Les chefs traditionnels à travers un rite initiatique ont fait du Ministre un Grand notable de la communauté Mvele et citoyen d’honneur de la Commune d’Awae.  M. Kouam Ambassadeur du Youth Connekt Cameroon pour la région du Centre a indiqué qu’il lui a fallu beaucoup de courage pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il a encouragé les jeunes à faire de même et leur a donné l’assurance à travers son parcours, que la voie de l’entrepreneuriat conduit au succès lorsqu’on y met tout son sérieux. Il est actuellement président d’une coopérative qui fait dans la production de plusieurs produits tels que l’ananas ou encore le riz. Pour lui, les appuis PTS-JEUNES sont un rayon de soleil pour les jeunes et ceux-ci doivent en faire bon usage. M. Meye Stéphane, Directeur Général de Meye Tech-innovation a donné son témoignage en matière d’entrepreneuriat. Son entreprise qui a développé le 1er antivirus africain doté d’une intelligence artificielle s’est lancée dans ce projet après avoir constaté que le Cameroun perdait 60 millions de dollars dans le piratage de données et les attaques cybernétiques. C’est fort de ce constat que son entreprise s’est lancée dans cette recherche il y a 3 ans et grâce à l’accompagnement du Minjec, à travers le FONIJ, l’entreprise a grandi et emploie actuellement 15 personnes à Yaoundé et à Douala. Le succès a été si concluant que l’entreprise a obtenu la certification de Microsoft. M. Meye Stéphane projette d’étendre les activités de son entreprise avec l’appui du Minjec et du PNUD. Il a insisté sur le fait que les débuts n’ont pas été faciles mais à force de volonté et de travail il y est arrivé.

De la présentation technique du PTS-JEUNES et des équipements d’installation ainsi que les kits de REAMORCE par l’Inspecteur Général des Programmes et Méthodes d’Enseignement et de Formation, Marc Armand Sandjok, on retiendra que c’est une initiative du Président de la République dont l’ambition est de contribuer à juguler le chômage des jeunes et de dynamiser la croissance économique par l’appui à la création d’entreprises et d’emplois. Le processus de préparation de ce programme a permis d’identifier les activités centrales et charnières qui constituent le socle de la réussite dudit plan. S’agissant des appuis, il y avait entre autres : des machines à coudre, des machines à laver, des extincteurs, un salon pour salle d’attente, des climatiseurs LG, des pistolets de peinture sans fil. S’agissant des kits pour le REAMORCE, il y avait des motos, des groupes électrogènes et une unité de sonorisation. L’honorable Roger Melingui, élite de la région du Centre a dit merci pour les appuis PTS-JEUNES remis aux jeunes bénéficiaires et a souhaité bonne chance et beaucoup de courage aux nouveaux entrepreneurs. Les bénéficiaires se sont s’engagent à exercer avec professionnalisme l’entrepreneuriat pour lequel ils ont reçu des appuis. Ils s’engagent également à être des modèles, des exemples et des Ambassadeurs du PTS-JEUNES auprès de leurs pairs. Le Minjec a exprimé sa satisfaction face au travail de ces jeunes. Mounouna Foutsou a expliqué que c’est exactement ce qu’il faut faire en terme d’entreprises. Se constituer en chaîne de production pour pouvoir alimenter le marché et trouver son compte.

Ericien Pascal Nguiamba

Une Convention de crédit entre Société Générale Cameroun et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a été signée le 17 novembre 2020 à Douala. En présence du Ministre des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie Sociale et de l’artisanat. Société Générale Cameroun et la BEI s’associent ainsi pour financer le développement des PME au Cameroun et débloquent une ligne de crédit dédiée de près de 10 Milliards de Francs CFA. Les détails.

Echange de parapheurs entre Madame Mareme Mbaye Ndiaye , Directeur Général de Société Générale Cameroun et Monsieur Nikolaos Milianitis , Chef de la Réprésentation Régionale Afrique Centrale de la BEI.

« L’opération que nous signons ce jour, s’inscrit également dans le cadre de l’initiative «Team Europe» de l’Union européenne, qui vise à soutenir les pays partenaires dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, et atténuer les conséquences socio-économiques immédiates de la crise sanitaire, notamment en appuyant le secteur privé, en particulier les PME. L’Union européenne, et sa banque, la Banque européenne d’investissement, réaffirment ainsi leur engagement à soutenir durablement le développement économique du Cameroun. Sensibles aux difficultés auxquelles font face les PME camerounaises dans le contexte actuel, nous sommes confiants que ce financement va répondre efficacement aux besoins immédiats des entreprises locales. Aujourd’hui plus que jamais, nous souhaitons contribuer à la résilience du secteur privé. Dans cette même perspective, une opération conjointe avec la Commission européenne, y compris la Délégation européenne au Cameroun, est en cours de discussion. Celle-ci visera également à accompagner les PME dans cette période difficile où le Cameroun continue à subir les conséquences socio-économiques de la pandémie de COVID-19 » a déclaré Nikolaos Milianitis  Chef de la Représentation de la BEI en  Afrique Centrale au cours de cette cérémonie qui a été marquée par la présence du Ministre camerounais des Petites et Moyennes Entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat Achille Bassilekin III qui a  tenu à « saluer cette réaction proactive de la Banque Européenne d’Investissement dans le soutien qu’elle apporte aux efforts de développement du Cameroun en général et du secteur privé en particulier, pour mettre notre pays en capacité de renforcer ses défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise sanitaire mondiale ».

 

Cette convention, il faut le rappeler,  intervient dans le cadre du programme d’appui de la BEI au secteur financier du Cameroun pour le financement des PME camerounaises à hauteur de 15 millions d’euros, soit 10 milliards de nos francs. Et «A travers la signature de cette convention de financement, la BEI marque un pas de plus dans son soutien aux promoteurs de PME qui font face aux risques de faillite du fait de la dégradation de leurs bilans, posant ainsi les jalons d’une crise financière si des mesures hardies n’étaient pas prises. D’où la nécessité de soutenir les PME pour les mettre en capacité de traverser ce cap et jeter les bases de la reprise économique après la parenthèse de la Covid-19 » a déclaré le Ministre Achille Bassilekin III.  Cette Convention vise à mettre le Cameroun en capacité de renforcer ses défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise sanitaire mondiale. La BEI marque ainsi un pas de plus dans son soutien aux promoteurs de PME exposés aux risques de faillite du fait de la dégradation de leurs bilans. Elle leur permet également, à travers cette ligne de crédits, d’honorer leurs engagements financiers dans les banques auprès desquelles ils sont débiteurs, mais aussi de répondre à des conditions bonifiées de taux et de durée à leurs besoins de financement. En rappel, La Société Générale Cameroun associée aux partenaires locaux a ouvert en juillet 2019, la «Maison de la PME» à Douala, fournissant ainsi des efforts inlassables en direction des PME pour renforcer leurs capacités techniques, améliorer leurs capacités d’absorption, mais également réduire les risques de défaut de ses clients. Elle répond ainsi de manière concrète aux problématiques de suivi et de financement des PME et des Très Petites Entreprises au Cameroun et marque sa volonté de s’attaquer de façon structurelle et méthodique aux contraintes qui entravent le plein essor des PME camerounaises. L’écosystème entrepreneurial se trouve ainsi renforcé et les bases du processus de reprise post-covid s’établissent avec l’apport de tous les acteurs que sont les Pouvoirs Publics, Partenaires Financiers bilatéraux et multilatéraux, Secteur Privé.

« Les efforts de lutte contre le Covid-19 ne peuvent durablement porter des fruits que dans le cadre d’une approche globale. L’Afrique et l’Europe ont fait le choix de se donner la main pour, ensemble, faire face aux répercussions de cette pandémie, notamment avec un soutien accru au secteur privé qui est l’un des secteurs les plus sinistrés par cette crise sanitaire. L’accord conclu aujourd’hui entre la Société Générale Cameroun et la Banque européenne d’investissement, entre donc dans ce cadre. La Team Europe (l’UE et ses États membres) espère que l’enveloppe de près de 10 milliards de FCFA (15 millions d’euros), affectée au projet aidera les entreprises camerounaises à relancer leurs activités », a déclaré Sébastien Bergeon, Chargé d’Affaires a.i., Délégation de l’Union européenne au Cameroun. «Cette nouvelle ligne de crédit permettra de mobiliser des investissements et de soutenir l’emploi dans le secteur privé sur tout le territoire du Cameroun. Le Cameroun se félicite du soutien solide apporté par Société Générale Cameroun et la Banque européenne d’investissement aux efforts de développement du Cameroun et du secteur privé. Cet appui permet aux PME camerounaises de renforcer leurs défenses immunitaires face à la récession économique globale qui s’installe dans le sillage de la crise mondiale», a souligné le Ministre Achille Bassilekin III. Le nouveau dispositif est donc disponible immédiatement et sera géré par Société Générale Cameroun.  « Le Groupe Société Générale s’est engagé à travers sa stratégie «Grow with Africa», à renforcer son engagement pour le développement durable du continent Africain sur quatre axes de financements et services: les PME, les infrastructures, l’agriculture et les énergies renouvelables. En ce qui concerne le financement des PME, Société Générale Cameroun a inauguré en 2019, LA MAISON DE LA PME qui se voulait, un lieu d’accompagnement pluridimensionnel des petites et moyennes entreprises. Après un bilan positif, nous allons plus loin et mettons au point ce programme de prêts au secteur privé en partenariat avec la BEI, parce qu’il devient primordial de continuer à assurer l’accès au financement pendant cette période de pandémie, afin de protéger les emplois, débloquer les investissements des entreprises et favoriser la croissance économique» a déclaré Mareme MBAYE NDIAYE, Directeur Général de Société Générale Cameroun. «Cette nouvelle aide ciblée à l’appui des investissements du secteur privé réunit l’expertise technique et la connaissance approfondie des besoins des entreprises locales de deux partenaires internationaux déterminés à promouvoir des investissements porteurs de transformations dans toute l’Afrique. Le nouveau dispositif permettra aux entreprises locales de faire face aux conséquences du COVID-19 et de continuer à investir et à créer des emplois. Une fois de plus, l’équipe d’Europe permet d’apporter une réponse rapide et efficace aux défis posés par le COVID-19 en coopération avec un partenaire d’envergure mondiale», a déclaré pour sa part Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement. Les entreprises camerounaises des secteurs de l’industrie manufacturière, du commerce, de l’agriculture, du tourisme et des transports pourront donc bénéficier de cette nouvelle collaboration entre Société Générale Cameroun et la BEI.  Ce projet permettra à des centaines de PME de bénéficier de cette facilité pour financer leur développement. La ligne de crédit permettra de financer des investissements ou des besoins en fonds de roulement dans des conditions de décaissement plus souples. C’est donc un véritable partenariat en faveur du développement de l’économie camerounaise. Enfin, ce financement destiné à aider le secteur privé s’inscrit dans le cadre de l’appui de plus grande ampleur apporté par la BEI en vue de favoriser le développement des PME et de renforcer leur résilience en Afrique et dans le monde entier face aux difficultés économiques, sociales et sanitaires, notamment la pandémie COVID 19.

Ericien Pascal Nguiamba

Ils ont reçu leurs appuis  et équipements d’installation dans le cadre du Plan Triennal Spécial-Jeunes, le 15 novembre 2020 à Bamenda au cours d’une cérémonie émouvante présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) Mounouna Foutsou. Le Minjec s’est également rendu à Santa, toujours dans la même région pour soutenir d’autres jeunes.

Le Minjec Mounouna Foutsou à Bamenda.

A Bamenda c’est un accueil chaleureux qui a été  réservé au Ministre Mounouna Foutsou par les autorités administratives et traditionnelles, une belle façon pour le Minjec de  commencer sa visite avec sérénité dans cette région en crise par une escale au Centre de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) des ex-combattants de la Région. Les ex combattants, à travers leur porte-parole,  ont exprimé leurs regrets à propos des dommages et torts causés aux populations. Ils ont manifesté leur détermination à bâtir une nation exemplaire, en priant Dieu tout puissant de restaurer la paix au Cameroun. Le coordonnateur régional du centre DDR, après avoir présenté les pensionnaires du Centre, a présenté les différents modules de formation qu’on y retrouve.

Mounounua Foutsou, au lieu de lire un discours, a préféré parler avec son cœur  aux jeunes ex combattants. « J’ai espoir que vous serez des citoyens responsables et accomplis » leur a a-t-il lancé avant de leur rappelé le message du Chef de l’Etat qui les invite à être des patriotes. « Le Président de la République,  est très content de la décision que vous avez  prise en déposant des armes » a ajouté le Minjec.

Quant aux jeunes bénéficiaires de la région du nord-ouest, ils ont reçu comme leurs jeunes frères d’autres régions du pays, du matériel et des appuis multiformes. Le Maire de la ville de Bamenda Paul Achumbong qui a souhaité la bienvenue au ministre Mounouna Foutsou  et à sa délégation, lui a exprimé la gratitude des populations pour cette visite et ces appuis à la jeunesse du Nord-Ouest. Il leur a également souhaité un heureux séjour à Bamenda et a fait la promesse de soutenir le gouvernement dans sa politique d’emplois de la jeunesse. Le Ministre Mounouna Foutsou, lui,  a rappelé les attentes, et objectifs visés par le Plan Triennal Spécial-jeunes, un cadeau offert aux jeunes camerounais par le Chef de l’Etat, Paul Biya en 2016.

Après son discours, le Minjec a procédé à la remise solennelle des équipements d’installation, aux jeunes bénéficiaires. Le séjour de Mounouna Foutsou l’a également conduit à Santa où il a présidé la cérémonie de remise des chèques à des jeunes. Le Maire de Santa l’a remercié pour cette visite à santa une cité où l’on prône le vivre-ensemble et l’intégration de toutes les communautés. En somme c’était une visite riche et fructueuse pour Mounouna Foutsou dans la Région du Nord-Ouest. Après Bamenda, le membre du gouvernement et sa délégation ont mis le cap sur Bafoussam, à l’Ouest du pays.

Ericien Pascal Nguiamba

Ces jeunes de la Région de l’Est, bénéficiaires du Plan Triennal Spécial-Jeunes(PTS-Jeunes), ont reçu des attestations et  chèques d’installation le 11 novembre 2020 à Abong Mbang  au cours d’une cérémonie présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec) Mounouna Foutsou.En présence des autorités et élites de la Région.

Remise solennelle des équipements aux jeunes bénéficiaires.

Plusieurs allocutions ont meublé cette cérémonie. Dans son Discours de bienvenue, le Maire de la commune d’Abong-Mbang, Oyal Charmant a remercié le gouvernement pour la conception et la mise en œuvre du Plan Triennal Spécial-Jeunes (Pts-Jeunes) qui va permettre à de nombreux jeunes de la région de l’Est de s’insérer professionnellement. Une action qui, pour le maire, va renforcer l’engagement de la commune dans sa politique de promotion de l’entrepreneuriat. Le président du Conseil régional de la Jeunesse de l’Est, lui, s’est  réjouit de la tenue de cette cérémonie dans la ville d’Abong-Mbang. Une initiative qui témoigne de l’intérêt que la haute hiérarchie porte à l’épanouissement des jeunes de cette région. Aussi, quelques doléances seront égrainées, au rang desquelles,  l’absence de locaux pour l’équipe régionale du Cnjc, le manque de matériels de travail, etc. Des insuffisances qui freinent le déploiement de l’équipe locale du Cnjc. Yvette Eyenga, Directrice de l’Insertion des jeunes et du Volontariat au Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique(Minjec), dans son allocution, a présenté la nouvelle orientation du Plan Triennal Spécial-Jeunes. Ensuite, faisant un état des lieux de la mise en œuvre du Pts-Jeunes dans la région de l’Est, elle a indiqué qu’en raison du fait que  deux cas de transferts des projets de jeunes d’une localité à une autre n’ont pas respecté les procédures administratives, ils ont été suspendus. Ceux des jeunes concernés attendront la régularisation de cette situation pour bénéficier du financement de leurs projets. Madame le DISJEV a indiqué que pour le compte de l’année 2020 dans la région de l’Est, 50 jeunes au total ont vu leurs projets financés pour un montant global de plus de 141 millions de FCFA. La région de l’Est compte 13 Villages Pionniers. Aussi, près de 150 jeunes y sont investis et un montant global d’environ 367 millions ont été débloqués pour l’aménagement desdits Villages Pionniers.

Par la voix du jeune Abessolo, les bénéficiaires du Pts-Jeunes de la région de l’Est, ont fait le serment de réaliser les projets pour lesquels ils ont reçu des financements et d’exercer avec rigueur et sérieux le métier d’entrepreneur, de créer des emplois durables, des payer les taxes et impôts en vigueur dans leur domaine d’activité. Ils ont adressé, au gouverneur de la région de l’Est, une motion de soutien et de déférence à transmettre au Chef de l’Etat, Paul Biya.

Le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique(Minjec) Mounouna Foutsou,  dans son discours de circonstance, a appelé à une lutte acharnée contre l’extrémisme violent. Croissant, chacun les avant-bras au niveau de la poitrine, l’assistance à élevé la voix, à la place des fêtes d’Abong-Bang, pour crier en chœur « Plus jamais ça ».
Le ministre Mounouna Foutsou a informé l’assistance qu’un partenariat est noué depuis peu entre le Minjec et le Minfopra(Ministère de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative) pour faciliter l’accès à la Fonction Publique des jeunes. Désormais, les jeunes peuvent s’inscrire en ligne sur la plateforme de l’Onj pour tous les différents concours administratifs dans tous les arrondissements du pays.  En soulignant que 13 Villages Pionniers sont en cours de viabilisation dans la région de l’Est, le Minjec indique que la région du soleil levant est comptée parmi les trois premières en terme de Villages Pionniers.  Mounouna Foutsou a profité de ce séjour à l’Est pour visiter le village pionnier de Mazabe, d’une superficie de 11 hectares. Ce village pionnier est réservé à la culture du manioc. Dans la première phase de son exploitation, six hectares sont mis en valeur.

Ericien Pascal Nguiamba

Cette distinction d’ambassadrice 2020 de la Nutrition pour le Cameroun lui a été décernée le 18 juin 2020 par une coalition d’acteurs composée du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, de la Fondation Helen Keller International et du Mouvement mondial Scaling Up Nutrition en abrégé SUN CSA. La Présidente du COSADER a reçu cette distinction honorifique aux côtés de six autres personnalités camerounaises parmi lesquelles le Premier Ministre, Chef du gouvernement  Joseph Dion NGUTE. Nous sommes allés à sa rencontre. Et elle nous parle des principales missions qu’elle compte mener.

L’initiative des Ambassadeurs de la lutte contre la malnutrition, lancée en cette année 2020,  vise à porter haut le plaidoyer de cette lutte contre ce fléau qui touche toutes les régions du pays. Madame Christine Andela, présidente de l’ONG COSADER, a donc été retenue aux côtés de six autres personnalités, pour porter haut le message de la femme camerounaise en général et de la femme rurale en particulier dans cette lutte contre la malnutrition au Cameroun. Et pour accompagner toute la communauté dans cette lutte. « Très modestement je pense que ça fait plaisir à moi-même et au COSADER à tous ceux qui nous sont chers parce que cela représente la reconnaissance d’un travail de plusieurs décennies. Donc je ne vais pas faire la fine bouche sur le plaisir,  la joie et l’honneur que nous avons avec cette distinction» s’est exprimée Madame Christine Andela lors de notre entretien au siège du COSADER à Yaoundé. Pour elle ses missions en sa qualité d’Ambassadrice sont nombreuses : «  Elles sont nombreuses les missions qui nous attendent. C’est d’abord de faire que la nutrition soit placée très haut dans les politiques publiques. Nous allons, avec les autres plateformes, avec les autres acteurs, continuer à donner tous les efforts nécessaires pour que les politiques de nutrition arrivent vraiment à terme. Ensuite il y a la question de financement. L’un des fardeaux que je dois porter c’est que le financement de la nutrition soit relativement proportionnel à l’importance du fardeau de la malnutrition dans notre pays et c’est un plaidoyer qui n’est pas facile mais nous allons faire ce plaidoyer. La troisième chose c’est l’organisation. Comment on s’organise tous ensemble pour que hommes des médias, le secteur privé, la société civile, les pouvoirs publics, les parlements, les chercheurs, pour que véritablement la question de la nutrition soit au cœur de toutes nos mobilisations » explique la nouvelle Ambassadrice qui a reçu officiellement sa distinction le 15 octobre 2020 à Yaoundé des mains du Directeur de Helen Keller International.

Bon à savoir, la malnutrition au Cameroun touche à peu près le tiers des enfants sur l’ensemble du territoire. Et la lutte contre ce fléau fait partie des priorités du gouvernement du Cameroun. Le problème majeur dans cette lutte est celui de d’éducation, du financement, et des plaidoyers auprès des autorités et des décideurs.

Ericien Pascal Nguiamba

Une campagne de communication portant sur le suivi des activités du processus d’inscription de l’élément culturel NGUON sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a été lancée samedi 7 novembre 2020 à Yaoundé au Cameroun. Une initiative du Ministère des arts et de la culture.

Le Nguon se présente aujourd’hui comme le plus grand et plus ancien évènement patrimonial et culturel au Cameroun et en Afrique centrale. Cet évènement permanent chez les Bamoun depuis la fondation de leur Royaume en 1384, a connu un passage à vide au XXè siècle dû à une interdiction des autorités coloniales françaises à partir de 1924, sous le règne du célèbre Roi Njoya, 17è Souverain du peuple Bamoun. Le Nguon a refait surface deux décennies plus tard sous le règne du Roi SEIDOU Njimoluh qui en a convoqué les assises à quatre reprises. Un an après son accession au trône le 10 aout 1992, le Roi Mbombo Njoya, présent à la cérémonie de samedi au Palais des Congrès de Yaoundé, a organisé les assises du Nguon pour la première fois du 27 au 10 août 1993. L’année suivante, en 1994, l’évènement est placé sous le signe des 600 ans d’histoire du Royaume Bamoun.

Le Sultan Roi des Bamoun Ibrahim Mbombo Njoya présent à la cérémonie du 7 novembre 2020 Palais des Congrès

A cette occasion, Sa Majesté Ibrahim Mbombo Njoya décide que la fête se célèbrera désormais tous les deux ans. La campagne de communication lancée le 7 novembre 2020 au Palais des congrès de Yaoundé a été marqué par la présence des membres du gouvernement en tête desquels le Ministre des Arts et de la Culture Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt. Et d’autres invités à l’instar du Représentant du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique centrale au Cameroun M. Salah Khaled. Et de nombreuses associations, groupes de danse et festivals culturels.

Bon à savoir, à ce jour 549 éléments de 127 pays sont inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel. Une cinquantaine d’éléments environ sont africains. Le Nguon est la première candidature d’un élément du Patrimoine Culturel Immatériel du Cameroun.

Affaire à suivre.

EPN.

Yaoundeinfo.com Contact Rédaction +237 699843976.

Un atelier national sur la mise en place d’un Registre Social Unifié(RSU) au Cameroun, organisé par le Ministère des Affaires Sociales(Minas), avec l’appui de la Banque Mondiale et du Projet Filets Sociaux(PFS), s’est tenu les 27 et 28 octobre 2020 à Yaoundé. Comprendre cette initiative.

Ce Registre Social Unifié(RSU) est « une base de données nationales des populations vulnérables identifiées et enregistrées suivant une démarche scientifique et donc fiable. L’objectif étant d’établir une seule porte d’entrée, une porte d’entrée unique pour les programmes de protection sociale en enregistrant les indigents de manière unique dans une base de données unifiées » a expliqué le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE  à l’ouverture des travaux, mardi 27 octobre 2020 à l’hôtel Hilton de Yaoundé. La Banque Mondiale accompagne le Cameroun dans ce projet qui sera « un outil indispensable à la planification à la programmation à la budgétisation et au suivi évaluation des actions d’assistance sociale. » a rappelé le Ministre des Affaires Sociales.

La tenue de cet atelier, avec l’appui des partenaires nationaux et internationaux du Cameroun, se profile donc à juste titre comme le point de départ de ce projet d’envergure, puisqu’il couvrira toute l’étendue du territoire. « Il s’agit in fine, de doter notre pays d’une carte nationale de la vulnérabilité sociale, qui est un outil d’aide à la décision pour la mise en exécution de la politique sociale du Chef de l’Etat » a expliqué le Minas.

Photo de famille. Les participants autour du Ministre des Affaires Sociales.

Il faut noter que le Cameroun dispose depuis 2017, d’une Politique Nationale de Protection Sociale(PNPS)  dont la vision est de faire du Cameroun, un pays doté d’un système de protection sociale solidaire et participatif qui garantit à tous y compris les plus vulnérables, la satisfaction des besoins fondamentaux. Et pour sa mise en œuvre efficiente, une base de données des personnes socialement vulnérables(PSV) est donc nécessaire afin de déterminer de manière objective les individus et ménages éligibles à l’assistance publique. D’où le projet de mise en place d’un Registre Social Unifié(RSU) dont les champs d’application touchent à tous les aspects sectoriels de la protection sociale (Santé Education, Emploi, Protection sociale, assistance aux réfugiés, et personnes déplacées internes, transferts monétaires etc.).

Le RSU permettra donc à terme, de disposer d’une banque de données sur les personnes pauvres, vulnérables et indigentes, et les personnes en situation de pauvreté chronique, qui servira de réservoir pour tous autres acteurs nationaux et internationaux qui œuvrent à l’amélioration des conditions de vie des populations camerounaises les plus vulnérables à l’instar du Projet Filets Sociaux, principal programme de transferts monétaires mis en œuvre au Cameroun.

Pour Madame Fatou FALL, de la Banque Mondiale, « l’importance stratégique du Registre Social est incontestable » car « Avec un système d’information et de gestion sociale dynamique, transparent et inclusif,  le Cameroun pourra mieux appréhender les besoins de sa population et partant, agir de manière plus efficiente et efficace ».

Ericien Pascal Nguiamba

Le jeune chanteur a présenté à la presse nationale et internationale le 16 septembre 2020 à Yaoundé son single baptisé « COVIV-2020 »(photo).Une idée originale du Docteur Armand NGHEMKAP, Médecin urgentiste et Homme de culture basé à Soisson en France. Conseils pratiques, interpellations des populations sur le respect des mesures barrières, évocation des dangers mortels liés à cette pandémie, meublent cette belle galette musicale au rythme entrainant et dansant. Cette chanson est un véritable instrument de sensibilisation des populations sur le coronavirus. Regardez le clip en exclusivité dans cet article.

Il est jeune et il a du métier. BB SAKIS, 32 ans, va à coup sûr écrire à sa manière, lui aussi,  les belles pages de la musique camerounaise et africaine. Il a opté pour un engagement musical au service de son prochain. D’où la production de la chanson « COVIV-20 » qu’il a présentée à la presse nationale et internationale mercredi 16 septembre 2020 à Yaoundé. « Le message dans cette chanson, c’est de faire comprendre que le coronavirus est une réalité. Je suis entrain de dire qu’il faut prendre les mesures barrières, et faire comprendre que beaucoup de gens meurent de cette pandémie-là. Donc le titre c’est « COVIV-20 » c’est-à-dire comment vivre avec le coronavirus dès cette année 2020. Faire Comprendre aux populations que la menace est réelle et prendre des dispositions afin de ne pas être compté parmi les victimes » a-t-il déclaré à la presse. Dans cette chanson, à la fois pédagogique et éducative, le jeune artiste donne tous les conseils pratiques : Eviter de se toucher les yeux, la bouche, le nez avec les mains ; se laver régulièrement les mains avec du savon et à l’eau courante ; éviter de tousser sans se protéger du coude ; éviter des attroupements. «Ta vie est très précieuse, respecte donc les consignes » dit BB SAKIS dans cette chanson qui a été saluée par toute la presse dans la capitale Yaoundé. Par ailleurs, le chanteur rappelle, à toutes fins utiles, que «  le Corona ne connait pas de riches, le corona ne connait pas les pauvres ». C’est donc une affaire de tous. «N’oublions pas de sensibiliser autour de nous » car « c’est un devoir personnel. Chacun doit le faire ».

Il faut dire que « COVIV-20» est présentée actuellement comme un véritable outil de sensibilisation. Les autorités, les pouvoirs publics et autres institutions internationales devraient utiliser cette chanson dans leurs multiples campagnes de communication et de sensibilisation. Et faire du jeune artiste  BB SAKIS, pourquoi pas, un Ambassadeur de la lutte contre la Covid-19. « Les gens meurent en cascade partout dans le monde, il faut donc juste respecter les mesures barrières afin de ne pas être comptés parmi les morts. Le Coronavirus est une réalité, respectons les mesures barrières de l’OMS et de nos gouvernements » dit ce jeune artiste qui fêtera ses 10 ans de carrière en 2021. L’évènement qui devait se célébrer en 2020, a été reporté en 2021 justement à cause de cette pandémie a-t-il expliqué aux journalistes lors de la présentation de ce single à la presse.

Bon à savoir, « COVIV-20 » est une idée originale du Docteur  Armand NGHEMKAP, Médecin urgentiste et Homme de culture basé à Soisson en France. C’est un  grand producteur artistique bien connu des milieux culturels et du showbiz au Cameroun en Afrique et au niveau de la diaspora. Il est l’homme qui pilote ce projet. « Avec ce single COVIV-20, BB Sakis nous livre un message fort de sensibilisation face à la pandémie mondiale à COVID-19 et fait désormais de la musique, non plus qu’un outil de divertissement mais également un outil d’éducation et notamment d’éducation pour la santé» explique le Dr Armand NGHEMKAP. Bon vent l’artiste.

Ericien Pascal Nguiamba