Même si l’animateur n’a pas encore dévoilé sa nouvelle destination, il rassure les téléspectateurs qu’une nouvelle aventure se peaufine. Son message.

Aimé Moukoko

“Une page se tourne,  un nouvelle aventure se peaufine…Pour ceux qui me connaissent un peu dans mon parcours ou qui apprennent à me connaître, JE SUIS UN CHALLENGER! ET MÊME SI RIEN N’EST À PRIORI ÉVIDENT, JE SAIS RELEVER LES DÉFIS AVEC TRES PEU DE QUALITÉS ET BEAUCOUP DE CHOSES À APPRENDRE ENCORE. Merci surtout à tous ceux qui me critiquent au quotidien pour que je m’améliore, ceux aussi qui encouragent mes petits efforts dans l’exercice de tout ce que j’apporte modestement pour une meilleure considération des “enfants de la télé”, des jeunes comme moi qui suivent les pas de leurs aînés. Merci aux Téléspectateurs pour le soutien à canal2 International, et je sais que vous me suivrez encore partout où j’irai car il s’agit d’abnégation au travail pour le bien-être, et non seulement des honneurs et des titres. C’est Dieu qui donne la sagesse et le savoir savoir-faire, à l’homme qui sait le faire savoir. Rendons-lui grâce” c’est le message que le désormais ex animateur de la chaine de télévision privée Canal2 a envoyé à ses fans. Mais le mystère sur sa démission demeure.

Yaoundeinfo.com contact Rédaction +237 699843976.

\"Jackson

Révélations  exclusives sur le parcours de l’actuel Chef du service culture de la chaine de télévision privée camerounaise Canal2 International. Portrait.

Ses camarades du CES Bilingue de Bertoua (transformé aujourd’hui en Lycée), et ceux du Lycée classique et moderne d’Ebolowa et des collèges Unis d’Etat au sud du pays, ne pouvaient pas imaginer que le chef de leur orchestre scolaire, « fou de musique », allait devenir journaliste. Certains pensaient même que Jackson Mbozo’o allait faire carrière dans la musique, lui qui est le Fondateur et directeur des chorales Mac Voices de la paroisse Margaret Ann Chase de Biyoka Assi, et Les Colombes d’Obili. Pourtant l’homme était animé par une autre passion. Sa vraie passion : Le journalisme.

Aussi après un an d’études à l’université de Yaoundé 2 à Soa (1ere cuvée de 1993) puis des études en lettres bilingues à l’université de Yaoundé 1 de 1994 à 1996, c’est à la Radio Africa N°1 à Libreville au Gabon qu’il effectue son tout premier stage en 1999. Il est ensuite Pionnier de la Radio notre dame du perpétuel secours, RNDPS (103 FM) de Libreville. En 2003 Jackson Mbozo’o décide de retourner au  Cameroun. Il met sa riche expérience au service de la jeune Radio Communautaire de Développement de la Mvila, la RCDM, créée par les italiens de la Communauté Salesienne de Don Bosco. La radio n\’étant pas à mesure de lui offrir un salaire à la hauteur de son niveau (90% du personnel faisait ses premiers pas dans la communication), il préfère y travailler gratuitement pendant un an tout en dispensant les cours d\’anglais, activité qu\’il menait déjà parallèlement à la faculté de Théologie d\’Owendo à Libreville entre 1998-2000, et à l\’institut Don Bosco d’Ebolowa. C\’est à cette période que la chaine de télévision privée camerounaise canal2 le recrute comme Journaliste Correspondant au Sud en septembre 2005.

Un an plus tard, Jackson Mbozo’o est installé à la tête de la Représentation Régionale de canal 2 pour le Sud, avec extension sur le nord du Gabon et la Guinée Équatoriale. En 2006 lorsque le journaliste Aimé Robert Bihina de la Crtv, Station régionale du Sud  quitte Ebolowa pour rejoindre la rédaction centrale de Mballa2 à Yaoundé, Jackson Mbozo\’o est sollicité par le directeur régional de la crtv sud, Serge Ngando Ntonè pour présenter et animer l’émission Médiascopie, qui s’impose comme le programme de débat le plus écouté au Sud. Expérience unique pour ce journaliste qui assume parallèlement son statut de Régional de canal 2. Car même si les lignes éditoriales sont diamétralement opposées, Jackson Mbozo’o réussit à s\’adapter, devenant ainsi la voix la plus suivie tous les samedis matins sur la 97.6 Fm. Alain Blaise Batongue, invité à Médiascopie, est séduit par l\’érudition de ce natif de Biyoka (34km Ebolowa – Akom2), et le met en portrait dans l\’édition de Mutations du 12 octobre 2011.

L’émission Médiascopie est successivement désignée meilleure émission radio du Sud en 2007,2008 et 2009. Et Jackson Mbozo’o est élu meilleur journaliste en 2011 par le Collectif des journalistes du Sud, un regroupement mis en place par la journaliste Liliane Bobe Déléguée Régionale de la Communication du Sud.

Affecté à Yaoundé en janvier 2012, il remporte un an plus tard le prix de Meilleur Reporter télé à la 9ème édition de Médiations Press Trophies en juin, puis rempile en novembre lors de la 2ème édition du festival  « la nuit du grand reportage ».

Membre de transparency international, Jackson Mbozo’o est aussi président depuis 2012 du Rejae, le Réseau des journalistes amis de l\’enfant, parrainé par l\’Unicef et qui compte actuellement plus de 150 journalistes.

Côté cœur, Jackson Mbozo’o est séparé de la belle Dany Nlate, la Présidente du Réseau des Femmes Actives de la Cemac (REFAC) et  promotrice de la célèbre Foire Transfrontalière de la Cemac (fotrac) organisée chaque année à Kyeossi, avec qui il s\’est marié en 2010. « Nous sommes séparés mais pas divorcés » précise ce journaliste amoureux de la culture. Et à la question de savoir combien d’enfants il a aujourd’hui, sa réponse est simple : «  je suis un Bantou, on ne compte pas les enfants.. ». Au plan religieux,  Jackson Mbozo’o est  Ancien d\’Église à L\’EPC depuis 2001. Mais son élégance et son charme naturel lui donnent toujours l’allure d’un grand séducteur.

Ericien Pascal

\"Jean-Bruno

Jean Bruno Tagne a été nommé à ce poste le 24 février 2016 par le Directeur Général de cette chaine de télévision privée, Joseph Fotso.

Jean Bruno Tagne aura pour mission d’assister le Directeur Général dans le respect du cahier de charge associé à cette décision. Mais en réalité le travail du nouveau Directeur Général adjoint sera axé sur la gestion et le fonctionnement de la rédaction. « Je compte prendre mes fonctions lundi,(29 février 2016,ndlr )» a annoncé Jean Bruno Tagne joint au téléphone par yaoundeinfo.com . Avant sa nomination, ce journaliste était en service au quotidien privé le Jour où il a été chef du service des sports puis chef du service politique. Le nouveau Directeur Général Adjoint de Canal2 International est également Membre du Conseil National de la communication, nommé par décret présidentiel N° 2013/044 du 22 février 2013. Son principal challenge sera incontestablement la professionnalisation du traitement de l\’information dans cette chaine de télévision basée à Douala et qui appartient à l’homme d’affaires Emmanuel Chatué.

EPN

\"Bouba_Finke\"

Dans un entretien exclusif accordé à la chaîne de télé Canal2 et qui sera diffusé demain dimanche à 19h heure du Cameroun, le désormais ancien sélectionneur des Lions indomptables n’est pas tendre avec les dirigeants du football camerounais et dénonce des pratiques qu’il croyait d’une autre époque.

« Pour ce qui concerne le match contre le Nigéria, il s’est passé des choses incroyables à ce niveau. Il est extraordinaire de changer le lieu et l’heure du match sans en informer le coach. De plus, le chauffeur de notre bus a été changé et le nouveau nous a fait tourner dans toute la ville (de 18h15 à 19h30) car ne connaissant ni le stade, ni l’entrée des véhicules. On m’avait pourtant garanti que même avec les bouchons, il ne nous faudrait pas plus de 30 minutes pour partir de notre hôtel pour le stade. De plus, deux jours avant cet incident vraisemblablement orchestré, je savais déjà qu’Alexandre Belinga me remplacerait. On l’en avait informé et on lui avait demandé de se taire. C’est pourquoi j’ai été très amusé d’abord quand M. Tombi a dit aux joueurs à Bruxelles que j’aurais désormais les mains libres et aussi quand le ministre m’a reçu pour me demander de préparer la double confrontation contre le Niger. Mon sort était scellé et je le savais », balance Volker Finke qui dit pourtant ne pas ressentir la moindre amertume.
Concernant son successeur, il pense que « Johnny » [Djonkep, Ndlr] a « plus de vécu et d’expérience qu’Alexandre [Belinga, Ndlr] et la logique aurait voulu que ce soit lui le principal. Néanmoins, les deux sont très compétents et ne sont en réalité pas faits pour être des adjoints. Ce sont des entraîneurs chevronnés et je leur souhaite bonne chance pour la suite ».

Pour ce qui est des matches amicaux des Lions indomptables, Volker Finke est catégorique. « C’est Tombi à Roko qui négociait tous les matches amicaux, aidé en cela par un certain Jo Kamga qui n’est pas le plus compétent en la matière. Très souvent, rien n’était bouclé à l’avance et il y avait trop d’amateurisme. Je ne m’en mêlais pas car on m’avait bien signifié que mon rôle était d’aller jouer les matches qu’on me trouvait. Le seul match amical que j’ai personnellement négocié est celui contre l’Allemagne juste avant la Coupe du Monde et tout le monde a vu que cela s’était très bien passé. Tout avait été calé au poil près, jusqu’aux droits télé », s’est-il défendu.
Concernant les personnes avec qui il a eu à travailler au quotidien, Finke est là aussi très critique. « Joseph Owona a sans doute été un grand ministre qui a rendu de grands services au Cameroun, mais en matière de football, il n’y connait rien. Je dis bien rien du tout. Tombi à Roko c’est un homme d’affaires et tout comme Alexandre Ribeiro et Jo Kamga, ce n’est pas le Cameroun qui l’intéresse, mais plutôt ce qui va directement dans ses poches. Je n’ai jamais pris le moindre FCFA pour convoquer un joueur ou indûment pour un match amical. Au contraire, on m’en a souvent proposé et j’ai décliné. J’ai même parfois mis la main à la poche pour régler quelques problèmes de logistique. Tous les membres du staff et même les joueurs peuvent en témoigner. Mais la principale erreur de casting, la calamité dans tout ceci aura été quelqu’un dont je ne veux pas prononcer le nom [Pierre Claver Oyono, Ndlr]. Il a peut-être quelques qualités ou compétences en tant que gendarme, mais en matière de football, il est nul. Celui qui l’a nommé là n’a pas fait de bien aux Lions indomptables. Heureusement, il a vite été viré », a argué Volker Finke très remonté.
Et alors qu’on croit que le technicien allemand a vidé son sac, il sort LA bombe qui va faire parler pendant longtemps. « Lors de la Coupe du Monde au Brésil, sur les 23 joueurs retenus, il n’y en avait que 12 que j’avais sélectionnés. Les autres sont arrivés sous le couvert de différents parrains. Je n’ai pas voulu faire de problèmes et je suis resté tranquille. Mais il faut savoir qua chaque fois que je déposais mes listes à la Fécafoot, elles étaient sans cesse modifiées. Entre la liste que je déposais et celle qui était publiée, il y avait parfois de grosses différences. Après la Coupe du Monde, Les responsables de la Facafoot m’ont dit que certains joueurs, dont Alex Song et Samuel Eto’o, ne devaient plus être convoqués. Je n’étais pas d’accord mais on m’a dit que c’était comme ça. Pour la Can en Guinée équatoriale, j’ai insisté pour convoquer Alex Song mais à la Fécafoot on m’a fait comprendre qu’il fallait oublier cela », a-t-il laissé tomber.

S’il fait énormément de déclarations dans son entretien avec Bouba Ngomena de Canal2 International, Volker Finke confie également qu’il a été surpris d’apprendre qu’il avait entrepris d’écrire un livre pour fustiger le Cameroun et ses dirigeants. « Je n’ai jamais écrit, ni jamais eu l’intention d’écrire un quelconque livre », a-t-il tenu à dire.
L’Allemand a une grosse boule dans la gorge au moment d’évoquer son adjoint ghanéen Ibrahim Tanko. « J’ai décidé de l’emmener car au cours de mes recherches sur le Cameroun, j’ai découvert que le Cameroun avait une ethnie Haoussa, qui est l’ethnie d’Ibrahim Tanko. Je me suis dit qu’il serait plus facilement accepté ici grâce à cela, mais surtout à ses compétences. Mais au final, il aura été un véritable problème tellement les gens l’ont détesté dans ce pays », a déploré le technicien allemand.
Au final, Volker Finke qui était au Cameroun accompagné de trois avocats internationaux a bien l’intention de poursuivre le Cameroun et la Fécafoot pour « rupture abusive de contrat ». Et le technicien allemand s’explique. « Quand je suis arrivé au Cameroun mardi, j’ai trouvé qu’on m’avait viré cinq mois de salaire dans mon compte, représentant la période Mai-octobre. Pourtant, tous disent que mon contrat a expiré en mai dernier. Pourquoi me paye-t-on dans ce cas. Mon contrat a été tacitement reconduit de deux années et si la Cameroun ou la Fécafoot veulent un arrangement à l’amiable, j’attends qu’on me verse donc les 19 mois restants sur les 24 moins de contrat, en guise de prime de bonne séparation », a clamé Volker Finke.

L’interview qui dure 52 minutes sera diffusée demain dimanche à 19h sur les ondes de Canal2 International, malgré les tentatives des dirigeants de la Fécafoot qui veulent empêcher que les vérités de Volker Finke soient montrées aux Camerounais. Bouba Ngomena qui a réalisé l’interview au bord de la piscine de l’hôtel Mont Fébé à Yaoundé rassure quant à la courtoisie et le calme apparent du technicien allemand. Demain donc, en 52 minutes, Volker Finke dira sa part de vérité sur ses 29 mois à la tête des Lions indomptables. Chaud devant !!
Steve Djouguela(mboafootball.com)