\"\"

La Chine et le Cameroun ont signé  le 1er août 2019 à Yaoundé  le protocole d\’accord relatif à l\’envoi par la Chine de sa 19e mission médicale au Cameroun. A l\’hôpital obstétrique et pédiatrique de Yaoundé et à l\’hôpital de Mbalmayo. C\’est le Ministre de la santé publique du Cameroun Dr. Malachie Manaouda qui a signé  les documents au nom du gouvernement et S.E Wang Ying Wu Ambassadeur de Chine, pour son pays. L\’ambassadeur de Chine a annoncé une autre bonne nouvelle.

\”Le présent protocole d\’accord a pour objectif de développer la coopération au Cameroun dans le domaine de la santé publique entre le gouvernement de la République du Cameroun et le gouvernement de la République populaire de Chine à l\’issue des consultations amicales. Il porte ainsi sur trois principaux points : l\’assistance technique et médicale de la Chine, les échanges d\’expériences professionnelles et la formation du personnel médical Camerounais en Chine\” a expliqué le Ministre de la santé publique du Cameroun Dr. Malachie Manaouda dans son discours.

\"\"

L\’ambassadeur de Chine au Cameroun Wang Ying Wu a déclaré que \”la Chine est disposée à travailler avec nos partenaires Camerounais pour poursuivre cette coopération fructueuse et de longue date. Et nous allons continuer d\’envoyer des missions médicales chinoises\”. En effet, la Chine est déjà entrain de préparer l\’envoi d\’une autre mission à l\’hôpital obstétrique et pédiatrique de Douala. Les modalités d\’envoi de cette autre mission sont en discussions avec les autorités camerounaises. La Chine est également entrain de Coopérer avec le Cameroun pour renforcer la capacité de ce pays dans sa lutte contre le paludisme et la coopération dans la formation du personnel sanitaire.

Il faut souligner que la mise en œuvre de ce protocole d\’accord s\’inscrit dans le Cadre de l\’exécution du Plan d\’action de Beijing 2019-2021 qui précise les engagements de la Chine, notamment le soutien médical et technique aux pays africains. La Première mission médicale chinoise, constituée de deux équipes, est arrivée au Cameroun en août 1975. L\’une à Mbalmayo et l\’autre à Guider. Après la signature du protocole d\’accord entre la Chine et le Cameroun en mai 1975.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

Selon le communiqué de presse parvenu à la rédaction de yaoundeinfo.com, cette décision de la primature a pour but de permettre à tous les secteurs d’activités de la vie économique nationale de mobiliser leurs différents partenaires pour une participation digne des attentes des partenaires chinois qui ont souhaité recevoir 1000 opérateurs économiques camerounais en Chine lors de ces premières Journées économiques, industrielles et commerciales du Cameroun en Chine (JEICAC).

Sur instruction du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Ministre secrétaire général des services du Premier Ministre, le Professeur SERAPHIN MAGLOIRE FOUDA a signé une série de convocations pour une réunion préparatoire aux JEICAC, en Chine le 8 Novembre 2017. Une vingtaine de départements ministériels, les entreprises, organismes et établissements publics ainsi que  le comité d’organisation des Journées Économiques, Industrielles  et Commerciales du Cameroun en Chine  (JEICAC) ayant déjà marqué leur intérêt et adhésion pour cet important événement ont pris part a cette rencontre. Présent aussi à cette rencontre le président du comité d’organisation PROTAIS AYANGMA, par ailleurs, Président du mouvement patronal  E-CAM. Cette réunion a permis aux participants de mieux s’approprier le concept des JEICAC qui ont un grand intérêt et des enjeux important pour le Cameroun sa population.

Il a donc été demandé aux participants d’élaborer  dans les meilleurs délais leurs rapports de préparation interne afin qu’une synthèse soit diligentée au Premier Ministre Chef du Gouvernement. Ce report permettra aussi de répondre aux préoccupations soulevées par les participants notamment le format de l’évènement, la possibilité pour les participants d’exposer les produits made in Cameroun, la présence du secteur informel tel que celui de l’artisanat, les secteurs qui intéressent véritablement les investisseurs  chinois  au Cameroun et plus spécifiquement les besoins des chinois dans le domaine de l’agriculture, enfin les modalités de participation. A la fin, tous se sont accordés sur la nécessité de mobiliser les acteurs  de leurs ressorts de compétence respective à participer aux JEICAC, et que le Cameroun y aille en nombre important. S’agissant exclusivement du Ministère des relations Extérieures (MINREX), qui avait programmé une mission de coopération en Chine, l’on a appris que celle-ci sera jumelée aux JEICAC sous la conduite du Ministre des Relations Extérieures en personne.

Même si les JEICAC sont une initiative privée, il faut dire que l’intérêt et les enjeux qu’elles charrient sont de portée nationale et de ce fait, méritent l’attention du gouvernement. Car il s’agit d’aller capter les processus actionnels et dynamiques  qui fondent  la puissance économique d’un pays qui, il y a 48 ans était au même niveau de développement que le Cameroun.

\"\"

Le  Président du comité d’organisation a annoncé à la grande satisfaction de tous, la baisse systématique des packages de participation, car à la faveur d’une mission, de prospection et de repérage en Chine, nombre de facilités ont été obtenues des partenaires chinois pour les participants aux JEICAC. Protais Ayangma a en outre précisé qu’au-delà des packages, les participants ont le loisir de demander des formules à la carte pour des besoins spécifiques  afin de se donner une présence plus remarquable aux JEICAC.

Bon à savoir, pour marquer ce report, une délégation d’une dizaine d’investisseurs chinois dont le partenaire à l’organisation des JEICAC  en chine, LIFENG qui avait déjà séjourné au Cameroun au mois de septembre dernier, arrive au Cameroun le 01 Décembre 2017 pour redéfinir le nouveau chronogramme de l’événement avec le président du comité d’organisation Protais Ayangma et le gouvernement de la république du Cameroun. Cette délégation arrive aussi avec de nombreux projets dans leurs bagages annonce le Comité d’organisation des JEICAC.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"\"

La réception de cet important Don a eu lieu au cours d’une cérémonie présidée par le Ministre des Arts et de la Culture Pr. Narcisse Mouelle Kombi en présence de l’Ambassadeur de Chine Wei Wenhua. Mais à quoi va servir ce Don offert par le Ministère de la culture de Chine? La réponse…

Il est question à travers ce don d’ « Offrir une meilleur qualité d’instruments aux artistes , aux hommes de culture et à tous ceux qui s’investissent dans le champ de l’accomplissement des missions  statutaires du ministère des arts et de la culture   et j’ajoute que cette cérémonie est également la démonstration supplémentaire que la culture est le meilleur lien , le meilleur ciment de la consolidation  de l’amitié et de la coopération entre les peuples en général et entre les peuples chinois et camerounais en particulier » a déclaré le Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun le Pr. Narcisse Mouelle Kombi au cours de la cérémonie de réception de cet important don le 2 novembre 2017 à Yaoundé.

\"\"

Ce Don évalué à 32 millions de FCFA est composé du matériel informatique, des équipements culturels, des instruments de musique, de sonorisation, du matériel de scène et de théâtre etc. Il  permettra aux acteurs culturels mais aussi aux responsables du Ministère, d’optimiser leur rendement. Il va « accompagner le Ministère des arts et de la Culture pour renforcer les capacités et faciliter le travail » a déclaré l’Ambassadeur de Chine Wei Wenhua.

Il faut rappeler que ce don est le fruit de la visite au Cameroun du 11 au 14 janvier 2017, du vice-ministre chinois de la culture Ding Wei qui avait signé avec le Ministre camerounais des Arts et de la Culture, le protocole d’exécution d’un nouvel accord de coopération culturelle pour la période 2017-2020.

Ericien Pascal Nguiamba

 

\"Motaze

Ces financements ont trait à la réalisation du barrage de Bini à Warak pour 181 milliards de FCFA, à la Deuxième phase du projet de construction du Port en eau profonde de Kribi pour 90 milliards de FCFA, et à la réalisation des études de faisabilité du projet de construction du nouvel immeuble siège de l’Assemblée Nationale, pour 9 milliards de FCFA. La coopération Sino-Camerounaise prend un nouvel envol.

Des Accords d’un montant total de 280 milliards de francs CFA viennent d’être signés par les deux parties pour le financement des projets de développement du Cameroun. Ces financements ont trait à la réalisation du barrage de Bini à Warak pour 181 milliards de FCFA, à la Deuxième phase du projet de construction du Port en eau profonde de Kribi pour 90 milliards de FCFA, et à la réalisation des études de faisabilité du projet de construction du nouvel immeuble siège de l’Assemblée Nationale, pour 9 milliards de FCFA. A noter également la signature d’un Mémorandum d’Entente (MoU) visant l’accompagnement des investissements publics et privés à travers le financement des projets de développement dans notre pays.

Tous ces documents ont été paraphés, côtés camerounais, par le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Louis Paul Motaze, et côté Chinois par Mme  MINA SHEN, Directeur Général de ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) et le Ministre du Commerce, GAO HUCHENG. C’était au cours de la Réunion des Coordonnateurs de la Mise en œuvre des Actions de Suivi du Sommet de Johannesburg sur la Coopération Sino-Africaine qui s’est tenue du 28 au 31 juillet dernier à Beijing.

La délégation camerounaise y était conduite par le Ministre Louis Paul Motaze, et était composée de l’Ambassadeur du Cameroun en Chine, des représentants du Ministère des Relations Extérieures, du ministère de l’Eau et de l’Energie, et du ministère de l’Economie.

Avec ces accords de financements, le Projet d’aménagement hydroélectrique de Bini à Warak dans la Région de l’Adamaoua va résolument être lancé. Cet important projet, inscrit dans le Plan d’Urgence Triennal du Cameroun, va permettre d’accroitre l’offre en énergie électrique dans le « Réseau Interconnecté Nord » à travers la construction d’un barrage de retenue d’eau d’une capacité de 560 hm3 avec une centrale de production hydroélectrique de 75 MW de puissance installée et une ligne d’évacuation d’énergie électrique en tension de 225 Kv et des ouvrages associés. Les travaux de ce barrage devraient démarrer incessamment et seront réalisés par l’entreprise chinoise Sino-Hydro.

A noter ici que depuis Lom-Pangar, Mekin et Memve’ele, des conventions financières pour la construction d’un barrage hydroélectrique n’avaient plus été signés.

\"Motaze

Concernant l’accord-cadre relatif à l’octroi d’un prêt préférentiel à bonification Gouvernementale par Eximbank-Chine pour le financement de la Deuxième phase du projet de construction du port en eau profonde de Kribi, il s’agit d’un financement partiel qui va bonifier le financement en cours de négociation auprès de cette institution bancaire chinoise.

Enfin, l’accord de coopération Economique et Technique en vue de la réalisation des Etudes de faisabilité du projet de construction du nouvel immeuble siège de l’Assemblée Nationale est un Don sans contrepartie du Gouvernement chinois qui entend accompagner le Cameroun dans la réalisation de ce projet.

A Beijing, le Ministre de l’Economie a par ailleurs eu des discussions approfondies avec le Ministre Chinois du Commerce ainsi qu’avec certaines entreprises chinoises et organismes financiers, partenaires actuels ou potentiels de notre pays dans la mise en œuvre des projets de développement. A chacune des occasions, Louis Paul Motaze a tenu à présenter à ses interlocuteurs la gratitude du Chef de l’Etat Paul Biya, du Gouvernement et du Peuple camerounais tout entier, pour l’accompagnement dont notre pays bénéficie de la part de la Chine dans ses actions visant la croissance et la lutte contre la pauvreté.

Rédaction yaoundeinfo.com

 

 

\"Chine1\"

Etudiant à l’université de Maroua, Sedrick Kamga, a remporté son trophée au cours de la finale nationale organisée le 18 mai 2016 à Yaoundé en présence de  SUN WEI, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine au Cameroun.

C’est donc Sedrick Kamga qui représentera le Cameroun à la compétition mondiale du « Chinese Bridge » prévue en juillet prochain en Chine. Vainqueur de la 12è édition dont la finale a eu lieu à l’amphithéâtre de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun(IRIC), le 18 mai 2016, le jeune étudiant a un potentiel riche qui a d’ailleurs été salué par le recteur de l’Université de Yaoundé II, Ibrahima Adamou, Président du Conseil d’Administration de l’Institut Confucius, qui s’est dit confiant de la performance du vainqueur de cette édition 2016. Il espère que le jeune Cedrigue Kamga pourra rééditer l’exploit que le précédent candidat a réalisé l’année dernière en se classant 3ème mondial et champion d’Afrique. Sentiment largement partagé par Pierre Emmanuel Tabi, le Directeur de l’IRIC.

Selon le chargé d’affaires de l’ambassade de Chine au Cameroun, Sun Wei, le « Chinese Bridge » offre d’importantes opportunités aux jeunes camerounais apprenants de la langue chinoise.

\"Chine2\"

Il faut noter que l’une des particularités de cette 12è édition est que le gagnant est issu d’une zone au contexte sécuritaire volatile, preuve que malgré les risques, les apprenants restent concentrés dans la maitrise du mandarin. Et malgré la diminution de leur effectif, les enseignants chinois, eux, continuent à œuvrer au quotidien sous l’impulsion du Directeur chinois de l’institut Confucius, Yu Guoyang,  pour que la langue chinoise garde sa dimension utilitaire dans la région de l’Extrême-nord Cameroun et principalement dans la ville de Maroua.

Ericien Pascal Nguiamba

\"Directeur

Le Directeur de cette Institution, M. Yu Guoyang a dressé ce bilan le 27 janvier 2016 à Yaoundé au cours d’une rencontre avec la presse nationale et internationale.

L’institut Confucius, dont la mission principale est l’enseignement, la diffusion et la promotion de la langue et la culture chinoises au Cameroun, a enregistré de nombreuses réalisations et a fait de progrès remarquables au cours de l’année 2015. A titre d’illustrations, le nombre de bourses accordées aux apprenants de la langue chinoise a augmenté de 36 en 2015. Ces boursiers se trouvent en ce moment même dans différentes universités en Chine où ils ont entamé et poursuivent leurs études dans de bonnes conditions. Par ailleurs, l’Institut Confucius a enregistré l’année précédente, un chiffre de plus de 10.000 apprenants de la langue chinoise, c’est dire l’importance et l’intérêt sans cesse croissants que les camerounais de diverses catégories, en particulier les jeunes accordent à la langue chinoise. Comme autres avancées majeures que l’institut Confucius a réalisées en 2015, l’on peut noter la visite au sein de son campus, du groupe d’amitié Chine-Cameroun des parlementaires de l’assemblée nationale du Cameroun avec qui des discussions ont été entamées pour la formation des députés de l’assemblée nationale à la langue chinoise. De même, dans le cadre de la formation gratuite à la langue chinoise destinée aux hommes de médias camerounais, une deuxième promotion de journalistes est entrée en formation à l’institut Confucius. Dans la même lancée, l’institut Confucius a offert une formation spéciale de 12 mois à la langue chinoise à 22 jeunes footballeurs de la fondation Roger Milla dont certains d’entre eux ont pu visiter la Chine en Août dernier 2015 avec notamment des expériences vécues et partagées dans des centres de formation de football en Chine dans le cadre du « summer camp ».

« Nous avons également renforcé notre collaboration avec nos établissements partenaires comme l’IAI Cameroun, l’Institut Universitaire du Golfe de Guinée, le groupe scolaire les dégourdis dont les responsables respectifs ont effectué au mois d’Août de l’année dernière une visite en Chine à l’invitation de Hanban. En 2015, l’institut Confucius enregistrait au total 21 partenariats, ce chiffre va certainement évoluer en cette année 2016 », a déclaré Yu Guoyang qui a ajouté que son Institution s’est particulièrement «  distingué en 2015 par deux grands succès internationaux qui ont retenti à travers le monde entier. D’abord, au cours de la compétition mondiale du chinese bridge qui s’est tenue en Chine l’année dernière et qui réunit annuellement les vainqueurs des chinese bridge nationaux des différents instituts Confucius implantés dans le monde, le représentant de l’institut Confucius du Cameroun Fru Asandji a été champion d’Afrique à cette compétition mondiale organisée en Juillet dernier en Chine. C’est le lieu pour moi de féliciter à nouveau notre champion et encourager les jeunes apprenants de la langue chinoise au Cameroun pour qu’ils comprennent qu’eux aussi peuvent rééditer cet exploit et pourquoi pas, faire mieux. En décembre dernier, au cours de la conférence annuelle des instituts Confucius tenue à Shanghai, il a été décerné un prix spécial au directeur de l’institut Confucius du Cameroun par le vice premier ministre chinois Madame Liu Yandong, en reconnaissance de l’action positive menée au Cameroun, dans le cadre du rayonnement de la politique culturelle chinoise et du renforcement de la place de la langue chinoise».

L’année 2015 a donc été abondante pour cet institut en termes de réalisations. Et 2016, année placée sous le signe du singe pour le peuple chinois, sera encore « plus dynamique et nous l’espérons plus bénéfique et féconde pour le développement des liens culturels entre les peuples camerounais et chinois. Car, comme l’a rappelé Monsieur Wang Yi ici en Janvier 2015, « l’institut Confucius est le pont qui transmet l’amitié chinoise », et nous nous y attelons au quotidien pour transmettre l’amitié chinoise au Cameroun et aux camerounais pour réaliser ensemble le rêve chinois, mais aussi le rêve camerounais » a conclut M.Yu Guoyang.

Ericien Pascal Nguiamba

\"camtelPour réaliser cet ambitieux projet, la Cameroon Télécommunications(Camtel) va bénéficier de l’expertise chinoise. D’où la signature d’une convention le 14 octobre 2015 à Yaoundé entre le Directeur Général de Camtel, David Nkoto Emane(photo à gauche) et le Président Directeur Général de China Unicom, Yimin Lu qui se fait accompagner dans ce projet par Telephonica, troisième plus grand fournisseur de services mobiles au monde.

Le Cameroun et le Brésil seront bientôt reliés par un câble sous marin à fibre optique. Il s’agit d’un câble de près de 6 milles km de fibre optique dans l’océan atlantique qui va en réalité relier l’Afrique centrale à l’Amérique Latine au regard de la position stratégique du Cameroun (porte d’entrée et de sortie des communications en Afrique centrale). Cet ambitieux projet porté par la Cameroon télécommunications (Camtel) est évalué à 280 milliards de FCFA. Pour le réaliser, Camtel s’est entouré des partenaires stratégiques forts à savoir China Unicom, quatrième plus grand fournisseur de services mobiles au monde en nombre d\’abonnés, avec des succursales situées dans 31 provinces intérieures (régions autonomes et municipalités), dans un certain nombre de pays et les régions d\’outre-mer. Et un effectif d’environ 463 000 personnes. Ses sièges sociaux se situent à Hong Kong et à Pékin, en Chine. Il faut ajouter que China Unicom a un réseau de communication mobile couvrant toutes les zones urbaines et rurales de la Chine. Equipé de technologies très matures et de soutien des applications étendues, son réseau sans fil GSM / GPRS est soutenu par 220 000 stations de base et près de 970 000 fréquences porteuses, représentant une capacité totale sans fil de 200 millions d\’abonnés. Avec plus de 540 centres de commutation mobile et une capacité de commutation totale de 210 millions d\’abonnés, le réseau offre une protection robuste pour l\’itinérance automatique d\’abonnés mobiles à travers le pays. Tout en fournissant GPRS aux abonnés, le réseau fournit également aux clients sans fil, la 3G à grande vitesse. Autre partenaire fort de Camtel, c’est Telephonica, troisième plus grand fournisseur de services mobiles au monde, présent dans plus de 21 pays avec plus de 341 millions d’abonnés à travers le monde. Telephonica a une forte présence notamment en Espagne en Europe et l’Amérique Latine.

En signant des conventions de partenariat hier 14 octobre 2015 à Yaoundé avec ces deux géants mondiaux des télécommunications, le Directeur Général de Camtel, David Nkoto Emane vient à nouveau de répondre aux préoccupations du gouvernement qui a besoin d’avantage des partenaires stratégiques forts pour l’émergence du Cameroun en matière des télécommunications. China Unicom a décidé de participer à la lever des fonds en guise d’appui sur le plan financier. Et s’est fait accompagné dans ce projet de Telephonica qui travaille en Amérique latine. Aujourd’hui, il reste uniquement à la Cameroon télécommunications de trouver 1 milliard et demi de FCFA pour la matérialisation de ce projet, fruit de la coopération fructueuse entre le Cameroun et la chine.

David Nkoto Emane œuvre donc sans relâche pour faire de Camtel « un opérateur historique fort ». Et aujourd’hui avec le partenariat qu’il vient de signer avec China Unicom et la collaboration avec Telephonica, le Directeur Général de Camtel est sur la bonne voie. Celle du développement des infrastructures des télécommunications au Cameroun. «  Nous pensons que notre Camtel que nous aimons tous a maintenant des arguments valables pour faire face à la concurrence qui est devenue très rude » a-t-il déclaré à la presse. A partir de la côte camerounaise de Kribi, l’Afrique sera donc bientôt reliée directement à l’Amérique Latine par un câble d’une capacité hautement importante. Non seulement les capacités d’accès à l’international se verront ainsi augmentées, mais les chemins seront diversifiés assurant de ce fait une plus grande fluidité et une sécurité dans les communications électroniques à l’international. Le Cameroun entend servir de grand Hub des Télécommunications aux autres pays de la sous-région tels que le Tchad, la RCA, la Guinée Equatoriale, le Nigéria et pourquoi pas aux autres pays de l’Europe et de l’Asie. Le Directeur Général de Camtel y tient fermement.

Ericien Pascal Nguiamba.