\"Boissons

La Ligue Camerounaise des Consommateurs rassure les consommateurs sur la bonne qualité des produits SABC. En intégralité le communiqué de presse parvenu à notre rédaction.

La S.A. des Brasseries du Cameroun a fait l’objet d’une publication comportant d’informations erronées, qui ont conduit de milliers de consommateurs à s’inquiéter et à saisir la LCC pour les éclairer. Au terme d’une enquête minutieusement menée par le Président Exécutif réélu, Delor Magellan KAMSEU KAMGAING, sous ses différentes casquettes: Normalisateur; vice président élu du Comité miroir sur les produits alimentaires, vice président du Comité d’élaboration des normes sur les produits alimentaires, expert du Cameroun au COPOLCO (Comité pour la Politique du Consommateur à l’ISO) ; délégué aux assemblées générales de l’ISO depuis quatre ans, il s’avère que les produits SABC remplissent les principaux critères de qualité. Comme l’indique les faits indéniables ci-dessous : La SABC est certifiée ISO 9001 :2008 C’est la garantie de la maîtrise d’un système de management par la QUALITE
La SABC est certifiée FSSC 22000
La norme FSSC 22000 (Food Safety System Certification) garantit la sécurité alimentaire en s’appuyant sur les bonnes pratiques d’hygiène et sur la méthode de prévention des risques alimentaires La SABC : reconnaissance internationale de la qualité
La SABC c’est la reconnaissance internationale de la qualité et de la sécurité alimentaire.

En témoigne la présence de partenaires de choix (Coca-Cola, Heineken, etc.)
La SABC : modernisme et innovation permanente
L’outil de production de la SABC est un outil de dernière technologie, semblable à ce qu’on trouve dans les grandes entreprises internationales. La dernière-née de ses chaînes d’embouteillage, inaugurée par le Ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique en novembre 2015, a coûté 10,7 milliards de francs CFA. La 2e de cette envergure en Afrique, après l’Afrique du Sud. Un seul mot…continuez à consommer. Mais avec modération. La SABC doit toujours mettre l’accent sur cette dernière mention.

Ligue Camerounaise des Consommateurs, LCC
www.ligueconso.org \”Prix de la défense de l\’intérêt général 2015\”
\”Meilleure actrice sociale 2015\”
LCC:\”le consommateur doit être roi\”.

Bon à savoir:
Après le \”Prix de la défense de l\’intérêt général\”, reçu vendredi 29 Avril 2016, au palais des congrès de Yaoundé du journal Épervier de sa majesté Leopold Clovis Noudjo, le Président Exécutif réélu de la Ligue Camerounaise des Consommateurs, a réceptionné une autre distinction: \”Meilleur acteur social 2015\”, décernée par le journal Climat Social et la Ligue Nationale des Droits des Personnes Défavorisées, de Mbombog Mbog Matip Emmanuel, mercredi 29 Juin 2016. Sous les youyous des orphelins pensionnaires de l\’orphelinat la Fondation FACT. Sis au lieu dit Cornier. Essos, Yaoundé 5ème.
Rejoindre la LCC?
Remplissez le formulaire d\’adhésion sur www.ligueconso.org
Frais annuels d\’adhésion:
-Membre d\’honneur: 20 000 F CFA
-Membre actif: 5 000 F CFA
(Fonds uniquement destinés aux charges incompressibles et à financer les activités)
Un litige à régler?
Remplissez le formulaire de plainte sur www.ligueconso.org
Plus d\’infos sur le prix et la qualité d\’un produit ou service?

N\’oubliez pas de prendre votre journal Meilleur choix en kiosque.
Meilleur choix \”Mieux choisir, pour ne pas souffrir\”.
Meilleur choix, journal relais de la LCC

La Rédaction.

\"Callbox\"

(TIC Mag) –  Depuis quelques jours, les services info de l’opérateur de téléphonie mobile MTN envoie ces messages à ses abonnés : « Chers clients, le prix du crédit de communication n’a pas changé. Vous devez recevoir du Call box ce pourquoi vous payez ». Ce message fait suite au constat selon lesquels les coûts des transferts de crédits avaient connu une hausse au niveau du portefeuille des abonnés.

Approchés, les vendeurs de crédits de communications expliquent cette légère hausse par la baisse de leurs marges bénéficiaires. « Avant, nous gagnions 500 F.Cfa pour toutes ventes de crédit de 10 000F. Désormais, nos marges ont été revues à la baisse, et nous ne gagnions que 400 F désormais. Pour essayer de s’en sortir, nous répercutons cette baisse au niveau des clients. Ainsi, pour un transfert de 500F, le client doit payer 550F », explique une revendeuse de crédit interrogée par TIC Mag à Douala.

Cependant, la situation semble être revenue à la normale. Interrogé par TIC Mag ce 11 avril 2016, un autre revendeur de crédit de confirmation explique que depuis quelques jours, MTN a rétabli leurs marges bénéficiaires, même si certains collègues continuent à réclamer les 50F supplémentaires : « Il faut avouer que MTN a déjà rétablie nos marges bénéficiaires depuis quelques jours. Ce qui fait qu’à notre niveau, nous ne réclamons plus les 50F supplémentaires aux clients. Mais, certains call boxeurs continuent à répercuter indûment la hausse des prix ».

Notons que depuis quelques temps, les coûts des communications électroniques au Cameroun, et particulièrement les coûts des appels et l’Internet ont connu une légère hausse. Juste avant cette hausse informelle liée à la réduction des marges bénéficiaires des revendeurs de crédits, les opérateurs ont également répercuté sur les abonnés l’introduction de la taxe de 2% sur les communications électroniques introduite par le gouvernement dans la Loi des Finances 2016. Après avoir répercuté cette hausse sur les clients, l’opérateur sud-africain est revenu à la raison et indique aujourd’hui que ses tarifs n’ont pas changé.

\"gaz\"

Le procès contre cette société s‘ouvre le 14 avril 2016 à partir de 7h30 au Tribunal de Première Instance de Yaoundé-centre administratif. Voici exactement pourquoi la Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC)  l’a trainée en justice.

La Société Camerounaise de Transformation Métallique (SCTM, SA) comme d’ailleurs d’autres sociétés concurrentes, commercialise le gaz domestique dans les bouteilles sctm sur le territoire camerounais. Mais  depuis plus d’un mois et demie, le gaz domestique de marque sctm a disparu du marché. Conséquence, les consommateurs parcourent en vain tous les points de vente du gaz sctm. Et à ce jour cette société n’a donné à sa clientèle aucune information sur cette pénurie, alors qu’elle a l’obligation légale d’informer les consommateurs sur cette pénurie qui leur cause déjà un préjudice incommensurable.

Faute de gaz et ne pouvant pas se procurer des bouteilles de gaz des autres sociétés,  plusieurs consommateurs se sont rués vers le bois de chauffe. Avec tout ce que cela comporte comme désagréments.

Le président de la Ligue Camerounaise des consommateurs Delor Magellan Kamseu Kamgaing estime que le silence des responsables de la société sctm sa qui frise un mépris des consommateurs, constitue « une violation de « l’obligation légale  d’informer » prescrite par la loi, notamment la loi-cadre n°2011/012 du 6 mai 2011 portant protection du consommateur au Cameroun ».

Face à cette situation, la Ligue Camerounaise des Consommateurs exige donc la condamnation de la société sctm au payement d’une somme symbolique de 2 millions de FCFA en réparation du préjudice ainsi causé aux consommateurs.

Affaire à suivre.

Ericien Pascal Nguiamba

\"Delor1\"

Le président sortant de la Ligue, Delor Magellan Kamgaing, est candidat à sa propre succession.

La Ligue Camerounaise des consommateurs(LCC) organise des élections pour renouveler son bureau pour un nouveau mandat de 5 ans. Ce sera au cours d’une assemblée générale élective qui aura lieu ce mardi 15 mars 2016 dès 8 heures au Palais des congrès de Yaoundé. « Au cours de celle-ci, les consommateurs détenteurs de leurs cartes de membres, vont venir élire et ceux qui voudront être éligibles sont ceux là qui ont leur carte de membre et à jour de leur cotisation depuis 5 ans » a déclaré le président sortant de la Ligue Camerounaise des Consommateurs, le journaliste Delor Magellan Kamseu Kamgaing, au cours d’une conférence de presse le 9 mars à Yaoundé.

A la question de savoir pourquoi il sollicite un nouveau mandat à la tête de la Ligue, Delor Magellan explique : « Nous allons nous représenter pour solliciter un nouveau mandat de 5 ans par ce que nous estimons que le travail qui a été abattu jusqu’ici n’est pas suffisant, les consommateurs ne ressentent pas encore véritablement l’impact de ce que nous avons fait, ils ont vu que nous avons commencé l’année par des procès, il ya eu certes des actions d’éducation de sensibilisation des consommateurs, mais qui méritent d’être accentuées. Voilà pourquoi nous voulons que les consommateurs viennent renouveler le mandat de ce bureau, et nous renouveler également leur confiance ».

Par ailleurs la Ligue Camerounaise des Consommateurs a lancé le 9 mars 2016, la semaine nationale des consommateurs, avec au programme des activités de sensibilisation, par exemple expliquer aux populations comment laver les mains avec de l’eau et du savon ; des rencontres avec des journalistes dans certaines rédactions de la capitale pour leur dire la nécessité de s’intéresser aux activités de la Ligue et en temps que consommateurs. Et un match de gala. A la LCC où le consommateur « doit être roi », l’on se dit sensible et préoccupé par la situation que vit depuis quelques temps, les call-boxeurs qui viennent d’organiser un mouvement d’humeur à Yaoundé. « Dès maintenant on sera à leurs côtés pour contraindre ces opérateurs là qui leur ferment les portes et les oreilles, à prendre en compte leurs préoccupations » a déclaré le président sortant de la Ligue. Visiblement déjà en campagne.

Ericien Pascal Nguiamba.

Dans un communiqué de presse signé le 21 décembre 2015, la Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC) appelle aux boycott des puces MTN et Orange dès le 10 janvier 2016 suite aux mauvais traitements infligés au quotidien à leurs abonnés, dont le point culminant est la « publicité mensongère relative au lancement de la 4G, mercredi 16 décembre 2015, alors qu’il n’est rien… ». Voici en intégralité le Communiqué de presse parvenu à notre rédaction.

\"4g\"

Yaoundé,le 21 Décembre 2015.

COMMUNIQUE DE PRESSE. N°011/LCC/DT/PE/2015 SUITE AUX MAUVAIS TRAITEMENTS RECURRENTS INFLIGES AUX ABONNES

La Ligue Camerounaise des Consommateurs appelle au boycott des puces MTN et Orange dès le 10 Janvier Suite aux mauvais traitements infligés au quotidien à leurs abonnés, dont le point culminant est la publicité mensongère relative au lancement de la 4G, mercredi 16 décembre 2015, alors qu’il n’en est rien, le Président Exécutif de la Ligue Camerounaise des Consommateurs, Delor Magellan KAMSEU KAMGAING, invite les membres et sympathisants de cette organisation, abonnés à MTN et Orange, à participer massivement, à la campagne de sanction de ces hors-la-loi. Plaidoyer qui s’illustrera, entre autres, par le boycott mensuel des puces de ces deux compagnies foncièrement capitalistes, qui commence le dimanche 10 janvier 2016. Ces boycotts mensuels ne prendront fin qu’avec le changement radical d’attitude et d’aptitude des dits opérateurs. Alors que les utilisateurs des services de MTN et Orange, ruminent encore leur dépit, face aux déboires qu’ils endurent de la part de ces opérateurs, une vaste campagne d’escroquerie communicationnelle est venue sonner le glas du seuil tolérance. L’annonce de l’arrivée de la technologie 4G a fait sortir ces consommateurs tempérés de leurs gongs. « Trop c’est trop », a-t-on attendu ici et là dans les rues, les chaumières, les médias et les réseaux sociaux.

La LCC s’est saisi de l’affaire et a sur le vif, ce mercredi 16 décembre 2015, exhorté ses membres et sympathisants à barrer la voie au grand bluff de MTN et Orange en 2015. Et de ne pas tomber dans ce piège de l\’escroquerie à ciel ouvert. Car ils sont incapables de nous offrir la 3 G. A MTN, maillot jaune de la pub mensongère, on dit être le premier opérateur à offrir la 4G, demande d\’avoir une nouvelle puce et disposer d’un téléphone configuré (4G) pour en bénéficier. A Orange, maillot orange de la pub mensongère, le Directeur Marketing déclare qu\’on est le premier opérateur à offrir la 4 G, le DG annonce, au même instant, l\’arrivée de la 4G pour bientôt. Comme pour mieux conforter les consommateurs dans leur doute, le Directeur technique de l’ART, (Agence de Régulation des Télécommunications), M. Mengang Bekono dans une interview à Cameroon Tribune, vendredi 18 décembre 2015, a été tranchant en levant toute équivoque: «l’ART n’a même pas encore testé les performances de la 3G et je ne peux pas dire que les opérateurs aient vraiment fait leurs preuves sur cette dernière génération. Nous sommes en train de préparer le contrôle pour certifier de l’effectivité de la 3G. Mais au niveau du consommateur, certaines données peuvent s’afficher lui faisant croire que tout est ok. Seulement, la qualité n’y est pas par rapport à ce à quoi on se serait attendu. Il devrait juste comprendre que techniquement, c’est une migration qui se fait d’une manière progressive. C’est une sorte de jeu de la concurrence entre les opérateurs, une publicité. Alors que techniquement, ils sont encore au niveau du perfectionnement de la 3G. Même s’ils ont déjà la 4G, il ne faut pas s’attendre à l’avoir maintenant dans les téléphones. Parce qu’il y a une génération intermédiaire que forcément les consommateurs et le grand public ne connaissent pas. Il s’agit, par exemple, de la 2,5G et la 2,75G. L’opérateur ajoute module par module, ce qui permet d’améliorer technologiquement le service. Ce sont les étapes qui donnent une meilleure condition d’écoute, en termes de voix, de signal de données, etc. C’est un processus de migration. Maintenant, il y a un temps pour la nouvelle technologie et un autre pour remplacer le système qui existait. Entre-temps, les deux systèmes continuent de cohabiter jusqu’à ce qu’on migre complètement vers une nouvelle. Avant cela, on fait des tests, on s’assure qu’elle fonctionne déjà bien et c’est à ce moment qu’on peut passer à la 4G techniquement»,

LE SECRETAIRE PERMANENT

Manassé ADOUEME OLAGA

 

La Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC) demande aux consommateurs-électeurs de sanctionner les parlementaires, suite à « la trahison du peuple par l’adoption dans son intégralité de la Loi des finances consacrant la vie chère ». Voici en intégralité, l’appel à la mobilisation générale des consommateurs-électeurs, lancé le 12 décembre 2015 à Yaoundé par cette Ligue que dirige le Journaliste Delor Magellan Kamseu Kamgaing.

\"LCC

« Face à la démission des « élus du peuple » de leurs prérogatives de défendre les intérêts du peuple, la Ligue Camerounaise des Consommateurs, appelle les consommateurs-électeurs délaissés, par ces derniers à les sanctionner. A travers le boycott des séances de compte rendu parlementaire et le non renouvèlement de leurs mandats lors des prochaines élections. Malgré la forte mobilisation de la LCC, à travers des correspondances à eux adressées ; la recueil de milliers de signatures sur la Pétition dénommée «Honorables, svp ne touchez pas au prix de mon riz sauté » et des plaidoyers via les médias, ils ont fait la sourde oreille. En adoptant intégralement le projet de loi des finances, inique et cynique, qui consacre la vie chère au Cameroun en 2016. Par exemple, par la fixation des taxes et droits de douanes de 5%, sur la denrée la plus consommée au Cameroun, qu’est le riz. Pourtant exonéré depuis 7 ans, par Ordonnance présidentielle. C‘est lundi 30 Novembre 2015, que des correspondances explicatives ont été adressées aux Très Honorables Présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale; aux Honorables, Présidents des groupes parlementaires du parlement et aux Honorables Sénateurs et Députés, pour qu’ils empêchent la hausse annoncée du prix du riz. En refusant de voter l’amendement de l’Ordonnance présidentielle du 7 mars 2008, dispensant de taxes et droits de douanes le riz importé au Cameroun, contenu dans le projet de Loi de finances qui se trouvait sur leur table.

Malheureusement au petit matin du dimanche 6 et du vendredi 11 décembre dernier, les députés et les sénateurs ont, chacun à son tour, cautionné la mascarade. En votant dans son intégralité ce fameux et fumeux projet de loi des finances. Préférant accorder plus d’importance aux sujets de bas étage, tel que la décision du préfet de la mifi interdisant la diffusion du titre à succès de l’artiste Francko, « coller la petite ». Pourtant l’adoption, de ce texte par le Parlement (Assemblée nationale et Senat), s’avère contraire à la politique salutaire du chef de l’Etat, de lutte contre la vie chère. Surtout dans un contexte de misère galopante, au vu des chiffres alarmants, qui relèvent que, de 2007 à 2014, il y a eu augmentation de plus d’un million de pauvres, dans notre pays. Malgré que le kilogramme de riz, produit consommé par 2 camerounais sur 3, coûte à partir de 350 F cfa. Avec l’institution de cette taxe, son prix avoisinerait 550 F Cfa le kilo. Un calcul rapide permet de mesurer l‘ampleur du désastre chez ces consommateurs au faible revenu, amoureux de cette céréale, que notre organisation, qualifie de « caviar des pauvres ».

Aussi, l’article 2 de ce projet de loi des finances, ne saurait se justifier par une politique protectionniste, pour stimuler la consommation de la production nationale encore déficitaire. Selon des chiffres fiables,la demande nationale avoisinerait 300.000 tonnes l’année, face à une production nationale de 100.000 tonnes maximum. Malgré sa meilleure qualité, notamment sa très agréable saveur. Mais faute de machinisme approprié, 50% de cette production, serait acheminée sans être décortiqué au Nigeria. Donc seulement 50 mille tonnes disponibles sur le marché national. Par ailleurs, consciente de la nécessité pour le gouvernement d’accroitre ses recettes non pétrolières et faire face à la conjoncture internationale impactant négativement sur les recettes pétrolières et l’effort de guerre à consentir pour combattre la secte terroriste Boko Haram, la LCC a suggéré une forte taxation des tabacs, des produits de luxe et une réduction significative du train de vie de l’Etat, particulièrement budgétivore ».

LE SECRETAIRE PERMANENT

Manassé ADOUEME OLAGA

Le Président Exécutif de la Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC), Delor Magellan KAMSEU KAMGAING, a adressé, lundi 30 Novembre 2015, aux Très Honorables Présidents du Sénat, de l’Assemblée Nationale, aux Honorables, Présidents des groupes parlementaires du parlement et aux Honorables Sénateurs-« consommateur »s et Députés-« consommateurs », une correspondance explicative, pour qu’ils empêchent la hausse annoncée du prix du riz.

\"Senat\"

En refusant de voter l’amendement de l’Ordonnance présidentielle du 7 mars 2008, exonérant de taxes et droits de douanes le riz importé au Cameroun, contenu dans le projet de Loi de finances qui se trouve sur leur table.
En effet, dans l’Article 2 du projet de Loi de finances 2016, sur la table des parlementaires, le paiement des taxes et droits de douane, du riz au taux du Tarif extérieur commun, est fixé à 5%. Alors qu’il doit être de 0 F, comme c’est le cas depuis sept ans. Pour le bonheur de la majorité de consommateurs camerounais, amoureux de cette céréale, que notre organisation, qualifie de « caviar des pauvres ».
L’éventuelle adoption, par erreur, de ce texte par le Parlement (Assemblée nationale et Senat), s’avèrerait contraire à la politique salutaire du chef de l’Etat, de lutter contre la vie chère.
Surtout dans un contexte de misère galopante, au vu des chiffres alarmants, qui relèvent que, de 2007 à 2014, il y a eu augmentation de plus d’un million de pauvres, dans notre pays. Malgré que le kilogramme de riz, produit consommé par 2 camerounais sur 3, coûte à partir de 350 F cfa. Si cette taxe est instituée, son prix avoisinerait 550 F Cfa le kilo. Un calcul rapide permet de mesurer l‘ampleur du désastre chez ces consommateurs au faible revenu.

Aussi, cet article 2 de ce projet de loi des finances, ne saurait se justifier par une politique protectionniste, pour stimuler la consommation de la production locale encore déficitaire. Selon des chiffres fiables, la demande nationale avoisinerait 300.000 tonnes l’année, face à une production nationale de 100.000 tonnes maximum. Malgré sa meilleure qualité, notamment sa très agréable saveur. Mais faute de machinisme approprié, près de la moitié de cette production, serait acheminée sans être décortiqué au Nigeria.
Par ailleurs, conscients de la nécessité pour le gouvernement d’accroitre ses recettes non pétrolières, pour faire face à la conjoncture internationale, notamment la guerre contre Boko Haram, la LCC suggère une forte taxation des tabacs, des produits de luxe et une réduction significative du train de vie de l’Etat, particulièrement budgétivore.
En vertu du Droit du consommateur d’être entendu, contenu dans les Principes Directeurs des Nations Unis pour la protection du consommateur et la Loi cadre N°2011/012 du 6 Mai 2011, portant Protection du consommateur au Cameroun, la Ligue espère que les Honorables, poseront cet acte patriotique et citoyen.