\"Delor

Ce bureau a été mis sur pied au cours de l’Assemblée Générale élective de cette Ligue, tenue le 15 mars 2016 au Palais des Congrès de Yaoundé. En présence des Représentants du Ministère du Commerce.

Pour ce Bureau Exécutif entrant de la Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC), le Président Exécutif est le journaliste Delor Magellan KAMSEU KAMGAING, qui était candidat à sa propre succession ; 1er Vice-Président Tanyi Robert Ako ; 2ème Vice-Président Marie Hélène Ebieline ; 3ème Vice-Président Jacques Ngan ; 4ème Vice-Président Amana Elono Eméline ; 5ème Vice-Président Stéphane Janvier Bakoa ; Secrétaire Générale Elisabeth ASEN ; Secrétaire Général Adjoint Manassé Adoueme ; Trésorier Général David Ndjidere ; Trésorier Général Adjoint François Rodrigue OUM OUM ; Commissaire aux comptes Sandrine Ngo Ntogue ; Conseillers François Essomba et Victor Bosco Kelbakal.

\"Delor

Ce nouveau bureau Exécutif est élu pour un mandat de 5 ans. Bon à savoir, la Ligue Camerounaise des Consommateurs (LCC) est une organisation de la société civile camerounaise ayant pour mission la protection du consommateur et de ses droits, d’où son slogan « Le consommateur doit être roi ».

\"Delor

A travers son site internet www.ligueconso.org, la Ligue Camerounaise des Consommateurs permet au grand public d’avoir une large connaissance sur ses différentes activités menées à travers le pays.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Delor1\"

Le président sortant de la Ligue, Delor Magellan Kamgaing, est candidat à sa propre succession.

La Ligue Camerounaise des consommateurs(LCC) organise des élections pour renouveler son bureau pour un nouveau mandat de 5 ans. Ce sera au cours d’une assemblée générale élective qui aura lieu ce mardi 15 mars 2016 dès 8 heures au Palais des congrès de Yaoundé. « Au cours de celle-ci, les consommateurs détenteurs de leurs cartes de membres, vont venir élire et ceux qui voudront être éligibles sont ceux là qui ont leur carte de membre et à jour de leur cotisation depuis 5 ans » a déclaré le président sortant de la Ligue Camerounaise des Consommateurs, le journaliste Delor Magellan Kamseu Kamgaing, au cours d’une conférence de presse le 9 mars à Yaoundé.

A la question de savoir pourquoi il sollicite un nouveau mandat à la tête de la Ligue, Delor Magellan explique : « Nous allons nous représenter pour solliciter un nouveau mandat de 5 ans par ce que nous estimons que le travail qui a été abattu jusqu’ici n’est pas suffisant, les consommateurs ne ressentent pas encore véritablement l’impact de ce que nous avons fait, ils ont vu que nous avons commencé l’année par des procès, il ya eu certes des actions d’éducation de sensibilisation des consommateurs, mais qui méritent d’être accentuées. Voilà pourquoi nous voulons que les consommateurs viennent renouveler le mandat de ce bureau, et nous renouveler également leur confiance ».

Par ailleurs la Ligue Camerounaise des Consommateurs a lancé le 9 mars 2016, la semaine nationale des consommateurs, avec au programme des activités de sensibilisation, par exemple expliquer aux populations comment laver les mains avec de l’eau et du savon ; des rencontres avec des journalistes dans certaines rédactions de la capitale pour leur dire la nécessité de s’intéresser aux activités de la Ligue et en temps que consommateurs. Et un match de gala. A la LCC où le consommateur « doit être roi », l’on se dit sensible et préoccupé par la situation que vit depuis quelques temps, les call-boxeurs qui viennent d’organiser un mouvement d’humeur à Yaoundé. « Dès maintenant on sera à leurs côtés pour contraindre ces opérateurs là qui leur ferment les portes et les oreilles, à prendre en compte leurs préoccupations » a déclaré le président sortant de la Ligue. Visiblement déjà en campagne.

Ericien Pascal Nguiamba.

Le Président exécutif de la Ligue Camerounaise des Consommateurs(LCC), Delor Magellan Kamseu Kamgaing leur demande de maintenir l’ordonnance Présidentielle du 7 mars 2008 pour éviter la hausse du prix du riz. Voici en intégralité la lettre ouverte envoyée aux Sénateurs Camerounais par cette Association.

\"Senat\"

Réf. N°010/LCC/DP/PE/2015

Yaoundé, le 6 Décembre 2015

LE PRESIDENT EXECUTIF A L’honorable Sénateur -YAOUNDE-

Objet: Demande du maintien de l’Ordonnance Présidentielle du 7 Mars 2008 pour éviter la hausse du prix du riz

Cher honorable, Nous venons auprès de votre haute bienveillance, vous prier, de bien vouloir empêcher le vote de la modification de l’Ordonnance présidentielle du 7 mars 2008, exonérant de taxes et droits de douanes du riz importé au Cameroun.

En effet, dans l’Article 2 du projet de Loi de finances 2016, sur la table des parlementaires, le paiement des taxes et droits de douane, du riz au taux du Tarif extérieur commun, est fixé à 5%. Alors qu’il doit être de 0 F, comme c’est le cas depuis sept ans. Pour le bonheur de la majorité de consommateurs camerounais, amoureux de cette céréale, que notre organisation, qualifie de « caviar des pauvres ». Après l’adoption, de ce texte par l’Assemblée nationale, ce qui s’avère contraire à la politique salutaire du chef de l’Etat, de lutter contre la vie chère, les consommateurs vous considèrent comme leur dernier recours. Surtout dans un contexte de misère galopante, au vu des chiffres alarmants, qui relèvent que, de 2007 à 2014, il y a eu augmentation de plus d’un million de pauvres, dans notre pays. Malgré que le kilogramme de riz, produit consommé par 2 camerounais sur 3, coûte à partir de 350 F CFA. Si cette taxe est instituée, son prix avoisinerait 550 F Cfa le kilo. Un calcul rapide vous permet de mesurer l‘ampleur du désastre chez ces consommateurs au faible revenu. Aussi, cet article 2 de ce projet de loi des finances, ne saurait se justifier par une politique protectionniste, pour stimuler la consommation de la production locale encore déficitaire. Selon des chiffres fiables, la demande nationale avoisinerait 300.000 tonnes l’année, face à une production nationale de 100.000 tonnes maximum. Malgré sa meilleure qualité, notamment sa très agréable saveur. Mais faute de machinisme approprié, près de la moitié de cette production, serait acheminée sans être décortiquée au Nigeria. Par ailleurs, conscients de la nécessité pour le gouvernement d’accroitre ses recettes non pétrolières, pour faire face à la conjoncture internationale, notamment la guerre contre Boko Haram, la LCC suggère une forte taxation des tabacs, des produits de luxe et une réduction significative du train de vie de l’Etat, particulièrement budgétivore.

En vertu du Droit du consommateur d’être entendu, contenu dans les Principes Directeurs des Nations Unies pour la protection du consommateur et la Loi cadre N°2011/012 du 6 Mai 2011, portant Protection du consommateur au Cameroun, nous espérons que vous accorderiez une suite favorable à la présente. Veuillez agréer, très cher Honorable, l’expression de notre parfaite considération.

Delor Magellan KAMSEU KAMGAING