Elle a présidé le 17 mars 2020 à Yaoundé, la première session au titre de l’année 2020, de la Commission Nationale pour la Protection de l’Enfance en danger moral, délinquante ou abandonnée. Les travaux étaient placés sous le thème « lutte contre le phénomène des enfants de la rue : l’urgence d’un sursaut collectif et d’une véritable synergie d’actions ». Pour Pauline Irène Nguene(photo), il est question d’approfondir les stratégies visant à éradiquer le phénomène des Enfants de la Rue.

Photo de famille

La commission nationale pour la protection de l’enfance en danger moral, délinquante ou abandonnée, est un organisme consultatif créé par décret présidentiel. Elle est chargée d’émettre des avis et de formuler des suggestions sur toute question se rapportant à la politique nationale de protection de l’enfance, de prévention et de traitement de l’inadaptation sociale des jeunes. La thématique de sa première session au titre de l’année 2020 n’a pas été choisie au hasard. « Cette thématique vient à point nommé car il s’agit de donner une réponse collective, par une introspection stratégique, institutionnelle et opérationnelle des différentes actions menées en la matière » indique Pauline Irène Nguene, la Ministre des Affaires Sociales qui explique que « Cette année on va se consacrer au phénomène des enfants de la rue parce que c’est un sujet qui nous tient à cœur , les résultats des travaux qui vont se tenir aujourd’hui devraient permettre d’enrichir l’opération que nous avons déjà engagée depuis la semaine dernière pour une opération pilote d’observation et de suivi des enfants de la rue pour passer à une vitesse supérieure , c’est des actions que nous menons quotidiennement, mais aujourd’hui compte tenu de la recrudescence de ce phénomène, que ce soit en milieu scolaire ou en milieu ouvert, il est question pour nous d’approfondir nos stratégies et de voir comment faire pour éradiquer ce phénomène ».

Il faut dire que cette session qui intervient quelques jours après un atelier préparatoire à une opération pilote d’observation et de suivi des Enfants de la Rue(EDR) en vue de leur retrait du centre commercial de la ville de Yaoundé. Les résultats des travaux de cette session viendront certainement enrichir la riposte préparée par le Ministère des Affaires Sociales. « C’est vrai, il est difficile de penser qu’il n’y aura plus jamais d’enfants dans la rue mais nous voulons autant que faire se peut réduire ce phénomène, prendre en charge ces enfants pour pouvoir effectivement regarder leur problème d’insertion à travers nos centres spécialisés » déclare la Ministre Pauline Irène Nguene. Mais pour y arriver, il va falloir travailler en synergie avec d’autres départements ministériels parce que c’est un problème transversal. Il faudrait également aller dans les familles pour chercher à savoir qu’est ce qui n’a pas marché et pourquoi ces enfants se retrouvent dans la rue.

Ericien Pascal Nguiamba

Une opération pilote de suivi et d’observation des Enfants de la Rue(EDR), en vue de leur retrait du centre commercial de la ville de Yaoundé, sera lancée lundi 23 mars 2020 par le Ministère des affaires sociales.  Un atelier préparatoire à cette importante opération a eu lieu le 13 mars 2020 au Centre Jean XXIII de Yaoundé avec plus d’une centaine de participants. Madame le Ministre des Affaires sociales, Pauline Irène Nguene qui présidait les travaux, a donné les contours de cette grosse opération.

« L’objectif de cette concertation consiste à renforcer les capacités des acteurs qui vont intervenir sur le terrain. C’est des travailleurs sociaux, ils savent ce qu’ils ont à faire mais il est question de rafraîchir leurs connaissances et de renforcer leurs capacités parce que nous comptons vraiment mener cette opération, pour nous, qui est une opération d’éclats. Vous savez, c’est un phénomène (Enfants de la Rue, ndlr) qui se complexifie d’avantage. Chaque jour on a l’impression qu’il y a plus d’enfants dans la  rue, alors qu’il y a des actions qui se font, c’est pour ça que nous pensons donner espoir à ces enfants, nous pensons leur redonner goût à la vie pour que progressivement ils se retirent de la rue. Nous avons une opération d’à peu près 100 enfants que nous voulons retirer de la rue » a déclaré Madame le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène Nguene, au sortir de l’atelier. Il s’agit des enfants qui trainent à la Poste Centrale, au Boulevard du 20 mai, à l’Avenue Kennedy, la Cathédrale Notre Dame, etc. Cette opération sera coordonnée par la Délégation régionale du Centre et secondée par la délégation départementale des affaires sociales du Mfoundi. Une action aussi  innovante ne peut trouver son efficacité que si les différents intervenants possèdent une bonne connaissance de la problématique des EDR (Enfants de la Rue) ainsi que ses diverses implications aux plans des droits de l’homme, et de l’enfant. Pour le Ministre des Affaires Sociales, il s’est avéré nécessaire de les préparer à cet effet en assurant un renforcement de leurs capacités techniques sur ce sujet sensible et en les dotant d’automatismes permettant une intégration harmonieuse de leurs différents rôles. Madame le Ministre Pauline Irène Nguene est convaincue qu’en les ramenant au Centre d’Ecoute, avec  les causeries éducatives, les activités lucratives et sportives, peut-être qu’il y en a volontairement qui vont vouloir quitter de la rue.

Les participants autour du Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène Nguene.

Selon les chiffres disponibles au Ministère des Affaires Sociales, en 2018, 877 Enfants de la Rue ont été identifiés et 307 ont été resocialisés (retour en famille, placement institutionnel) et selon la même source, en 2019, 443 Enfants de la Rue ont été identifiés.  Le retrait de ces enfants du centre commercial de la ville de Yaoundé, viendra diminuer les vols et agressions multiples dont sont régulièrement victimes les populations de la capitale.

Ericien Pascal Nguiamba