\"UE1\"

L’ouverture officielle de cet office humanitaire de l’Union Européenne(UE) a eu lieu le 6 avril 2016 à Yaoundé en présence de l’Ambassadeur de France au Cameroun, S.E. Mme Christine ROBICHON et de S.E Kunio OKAMURA, Ambassadeur du Japon, Zoom sur le support humanitaire de l’Union Européenne au Cameroun.

L’ouverture du bureau régional de l’aide humanitaire et de la protection civile de l’Union Européenne(ECHO) à Yaoundé est une preuve tangible d’un engagement fort et continu de l’assistance des personnes dans le besoin au Cameroun. Avec cette dimension régionale, l’Union Européenne apporte une expertise aux opérations de terrain dans les secteurs de la protection des populations, de l’assistance alimentaire, de la santé et de la nutrition.

Bon à savoir, l’aide humanitaire de l’Union Européenne a progressivement augmenté pour subvenir aux besoins croissants dans le pays. En effet de 2 millions d’euros en 2012, les montants programmés pour 2016 sont de 19 millions d’euros.

Selon L’ambassadeur Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun, Françoise Collet, « Cette aide sera en priorité disponible pour les réfugiés, les personnes déplacées internes et les populations locales dans les régions de l’Est,  de l’Adamaoua et de l’Extrême Nord ». Il faut noter que l’assistance humanitaire de l’Union Européenne couvre des domaines critiques tels que la santé, la nutrition, l’accès à l’eau potable, les abris, l’assistance alimentaire et la protection des populations.

Le Cameroun accueille aujourd’hui autour de 331 000 réfugiés dont 72 000 venants du Nigéria ayant trouvé refuge dans la région de l’Extrême Nord. L’autre partie, environ 259 000 proviennent de Centrafrique. Une situation qui représente un grand défi dans un environnement complexe, rendant difficile la couverture de l’ensemble des besoins humanitaires. A cela il faut ajouter les 139 000 personnes déplacés internes qui ont fui la violence le long de la frontière avec le Nigeria.

Et selon les Nations Unies, dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun, le nombre de personnes ayant besoin d’une assistance alimentaire d’urgence a triplé depuis juin 2015 et touche plus de 200 000 personnes, et les taux de malnutrition aigue sévère chez les enfants de moins de 5 ans sont au-dessus du seuil d’urgence de 2%.

En rappel, depuis 2010 le Bureau humanitaire de l’Union Européenne(ECHO) travaille sur la problématique de la malnutrition à l’Extrême Nord du Cameroun. En 2014, l’UE a renforcé ses contributions pour atteindre 9 millions d’euros en 2016. Depuis 2010, plus de 50 millions d’euros ont été alloués à l’assistance humanitaire au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"F

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun s’engage à renforcer les capacités d’intervention du Corps national des Sapeurs Pompiers et de la Police aux frontières dans la Région de l’Extrême-Nord du pays.

La Délégation de l\’Union européenne au Cameroun, en partenariat avec le Corps National des Sapeurs-Pompiers et la Délégation Générale à la Sûreté Nationale, lance le projet d\’\”Appui à l’instauration d’un climat de confiance entre l’Etat et ses administrés dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun\”. Avec une enveloppe de 3.945.000 Euros (plus de 2,5 milliards de FCFA), ce nouveau projet a pour objectif d\’améliorer les capacités d\’interventions des centres d\’urgence des sapeurs-pompiers à Maroua et à Kousseri, ainsi que de quatre postes frontières au Nord et à l\’Extrême-Nord. \”Cette initiative est une réponse concrète de l\’UE à la crise sécuritaire qui affecte actuellement la région de l\’Extrême-Nord. Ce projet ambitieux vise à faire en sorte que les habitants de cette région se sentent davantage en sécurité grâce à des services du Corps National des Sapeurs-Pompiers et de la police aux frontières efficaces et à l\’écoute des personnes les plus vulnérables.\”  a indiqué S.E. Mme Françoise Collet, Ambassadeur, chef de la Délégation de l\’Union européenne au Cameroun. D\’une durée de 18 mois (juillet 2015-janvier 2017), le projet  prévoit entre autres la réhabilitation des centres de secours et de postes frontières, la livraison de matériels roulants, de communication et de détection ainsi que des formations au bénéfice de la police des frontières et du Corps National des Sapeurs-Pompiers.

La Rédaction.