Le chèque a été remis au Ministre de la santé publique le Dr. Manaouda Malachie, vendredi 3 avril 2020 à la salle des conférences de son département ministériel(photo). C’est la plus grosse contribution financière dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 au Cameroun. Le compteur marque déjà, comme sommes reçues par le Ministère de la santé Publique, 770.150.000fcfa dont 500 millions en attente de virement dans le compte dédié. Des fonds reçus des entreprises citoyennes et personnes de bonne volonté.

Le Président Directeur Général de Congelcam, l’homme d’affaires et Sénateur  Sylvestre Ngouchinghe vient de manifester sa générosité et son patriotisme en offrant un chèque d’un montant de 250 millions de FCFA au gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Coronavirus. Ce chèque a été remis vendredi 3 avril 2020 au Ministre de la santé publique, le Dr. Manaouda Malachie au cours d’une brève cérémonie organisée dans la salle des conférences du Ministère de la santé publique. Le sénateur Ngouchinghe a été « particulièrement touché par l’appel du Chef de l’Etat, qui a créé un compte spécial, pour contribuer pour la lutte contre cette maladie….l’initiative vise essentiellement à accompagner la politique du Chef de l’Etat dans sa recherche du bien-être des populations » a déclaré Flavien Kankeu, le Représentant du PDG de Congelcam.

« Merci pour ce geste » a dit le ministre de la santé le Dr Manaouda Malachie qui a remercié le PDG de Congelcam, « une entreprise citoyenne », pour ce geste de générosité. « Nous sommes contents de voir qu’il y a une adhésion des entreprises citoyennes et même des individus » à cet élan de générosité dans la lutte contre cette pandémie a poursuivi le Ministre de la santé qui a, à nouveau, invité les populations à respecter les mesures barrières du gouvernement. Ainsi, « Ensemble nous allons vaincre le covid-19 » a déclaré Manaouda Malachie. Avec ces 250 millions de FCFA de l’homme d’affaires Sylvestre Ngouchinghe, la cagnotte est montée à 660 millions de FCFA déjà encaissés par le Ministère de la santé Publique. Le Cameroun, au 3 avril 2020, est passé à 509 cas de personnes infectées par le Covid-19.

Ericien Pascal Nguiamba

La crtv, la télévision publique a annoncé samedi 28 mars 2020, la réception d’un chèque de 150 millions de FCFA offert par une banque locale. Cette somme s’ajoute aux 260 millions déjà encaissés par le Ministre de la santé Manaouda Malachie(photo). Les dernières nouvelles de la pandémie au Cameroun.

Des organisations de la société, des associations, les banques et autres opérateurs économiques sont sensibles à la lutte contre la pandémie du Coronavirus au Cameroun. Chacun veut contribuer à la lutte contre la foudroyante pandémie. A ce jour, le montant des contributions a atteint 410 millions de FCFA avec les 150 millions de FCFA offerts par une banque locale. L’information a été diffusée samedi 28 mars 2020 au journal télévisé de 20h30 de la crtv. Le Ministre avait d’abord reçu un chèque de 150 millions de FCFA, puis un chèque de 100 millions de FCFA et un chèque de 10 millions de FCFA reçu par son Secrétaire Général. C’est cet argent ajouté au nouveau chèque de 150 millions qui font un total de 410 millions de fcfa.

Pour ce qui est de la pandémie, le dernier bilan fait état de 99 cas confirmés au Cameroun. Le Cameroun vient d’enregistrer son troisième décès. Un homme de 80 ans qui résidait dans la ville de Douala. Le Ministre de la santé annonce d’ailleurs dans un communiqué, une campagne de sensibilisation et de détection des personnes infectées, du 2 au 7 avril 2020 à Douala, la capitale économique.

Ericien Pascal Nguiamba

Ces fonds qui proviennent d’une association, lui ont été remis le 13 mars 2020 par le Vice-Consul honoraire du Liban au Cameroun, reçu en audience à Yaoundé.
«Ce vendredi 13 mars 2020 à 15h, le Ministre de la Santé publique, Dr Manaouda Malachie a accordé une audience dans la salle de réunion de son cabinet à Monsieur Ngamga Bienvenue, Vice Consul honoraire du Liban au Cameroun, Représentant du PDG de l’Association des Raffineurs des oléagineux du Cameroun ( ASROC ) qu’accompagnait Jacquis KEMLEU TCHABGOU, Secrétaire général de cette association. L’ objet de cette rencontre a porté principalement sur la contribution citoyenne de la Société camerounaise de Raffinage Maya & Cie. » Informe la cellule de communication du Ministère Camerounais de la santé publique.
«Au cours des échanges qu’ont assisté le SETAT(Secrétaire d’État à la santé,ndlr) et Mme la SG, les représentants de l’ASROC ont remis solennellement au Chef de département un chèque de FCFA 150 millions. »renseigne la même source.
Selon les responsables de cette association, « cette contribution vient en appui aux efforts du Gouvernement du Cameroun dans la riposte contre la pandémie du coronavirus (Covid-19). ».
Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

Le pays a organisé du 10 au 12 septembre 2019 à Yaoundé, un forum national sur l\’élimination de la transmission Mère-Enfant et la prise en charge du VIH chez l\’enfant et l\’adolescent. Le ministre de la santé publique Dr Manaouda Malachie a émis le vœu d\’atteindre les  objectifs \ »90-90-90\ » d\’ici 2020.

Au Cameroun, selon le Rapport 2018 du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS), 17214 enfants sont nés de mères positives sur une estimation de 26698 femmes enceintes VIH positif au 31 décembre 2018.  Des chiffres qui montrent l\’ampleur de la transmission Mère-Enfant du VIH SIDA au Cameroun, avec 958 enfants VIH positif en 2018.  D\’où l\’organisation de ce deuxième forum national qui vise l\’atteinte des objectifs 90.90.90 d\’ici 2020 au Cameroun( C’est-à-dire, 90% des personnes vivant avec le VIH qui connaissent leur statut sérologique, 90% de personnes informées de leur statut qui sont sous traitement antirétroviral, et 90% de personnes sous traitement qui ont une charge virale durablement indétectable). \ »Le présent forum se veut un cadre de concertation, de dialogue et partage d\’expériences entre les différents acteurs de mise en œuvre des interventions en direction des enfants et des adolescents\ » a déclaré le Ministre Camerounais de la santé publique Dr Manaouda Malachie à l\’ouverture des travaux.

\"\"

\ » Notre pays fait partie des 30 nations du monde représentant 89% du total des nouvelles infections à VIH\ » a souligné le Ministre de la santé publique. Pour lui, l\’important défi à surmonter pour atteindre les objectifs \ »90-90-90\ », reste l\’élimination de la transmission VIH mère-enfant et l\’accès universel au traitement ARV chez l\’enfant et l\’adolescent du Cameroun d\’ici 2020.

Même si le pays s\’est engagé dans des stratégies de lutte par le passé, exemple avec le plan d\’élimination de la transmission Mère-Enfant, ou encore la mobilisation communautaire des femmes enceintes de leurs enfants et de leurs partenaires, il est urgent aujourd\’hui d\’intensifier cette lutte. Éviter également les goulots d\’étranglement à cette lutte. \ »La stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les femmes, adolescents et enfants vivant avec le VIH, constituent des obstacles majeurs à l\’accès ou à l\’utilisation des services de prévention et des soins\ » a relevé le Ministre Manaouda Malachie. Ce forum a ainsi permis aux participants (gestionnaires de programmes, partenaires techniques et financiers, experts nationaux et internationaux, décideurs…) de passer en revue les recommandations issues du premier forum national ainsi que les progrès réalisés par le Cameroun en matière de prise en charge du sida. Mais surtout initier les actions à mener pour une nation sans VIH. Formuler une nouvelle stratégie, définir des actions prioritaires nouvelles, accélérer l\’élimination de la transmission Mère-Enfant ainsi que la prise en charge correcte du VIH chez l\’enfant et l\’adolescent.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

Le Ministre de la santé publique du Cameroun et les responsables des différents Ordres Professionnels de la grande famille de la santé, ont décidé de travailler désormais en synergie dans le cadre de l\’assainissement de la carte sanitaire du pays et de l\’humanisation de la santé des populations. Une importante réunion vient de se tenir à cet effet à Yaoundé.

Face au Ministre Manaouda Malachie(photo), les responsables de l\’Ordre National des Médecins du Cameroun, ceux de l\’Ordre National des Chirurgiens dentistes, de l\’Ordre National des Pharmaciens etc… l\’objectif de la réunion tenue le 30 août 2019 dans la salle des conférences du Ministère de la santé publique à Yaoundé était de mettre un terme au \ »malentendu\ » ou encore au \ »problème de communication\ » survenu entre ces acteurs de la santé. En fait il ya quelques semaines, dans le cadre de la vaste campagne d\’assainissement de la carte sanitaire du pays et la lutte contre la vente illicite des médicaments, le Ministre de la santé publique a fait de nombreuses descentes sur le terrain pour inviter les promoteurs des formations sanitaires à se conformer à la réglementation en vigueur et aux vendeurs des médicaments de la rue de cesser cette activité qui met en danger la santé des populations. Une opération qui a créé une certaine \ »polémique\ » avait relevé la presse. Le Ministère et les acteurs du secteur ne s\’étant pas accordés sur la méthode adéquate pour une action concertée. \ »Il était question de lever les malentendus. Le Ministre a répondu à toutes nos questions. Nous avons échangé en toute honnêteté. Tous les problèmes ont été évoqués. Nous regardons dans la même direction. Il n\’y a pas une ombre de division dans ce que nous pensons, pour une meilleure prise en charge de la santé de nos populations\ » a déclaré à yaoundeinfo.com le Dr Guy Sandjon Président de l\’Ordre National des Médecins du Cameroun(ONMC).

\"\"

Tous s\’engagent donc à accompagner le Ministre de la santé dans le processus d\’assainissement. \ »Nous devons nous mobiliser tous. Nous devons construire une démarche commune…avoir une vision commune\ » afin d\’avoir des \ »résultats communs\ » a souligné le Ministre qui, en bon manager, veut travailler en synergie avec tous les acteurs de la grande famille de la santé dans une \ »démarche concertée et participative, inclusive pour produire les résultats tant il est vrai que nous savons là où nous voulons aller\ » a dit Manaouda Malachie. Ces différents acteurs vont donc désormais travailler en synergie sur le terrain pour le bien-être des populations Camerounaises.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

Le Ministre de la santé publique a fait une descente inopinée dans 5 formations sanitaires de la capitale, Yaoundé, mercredi 28 août 2019. Le Patron de la santé a invité les promoteurs de ces structures à se conformer à la législation en vigueur au Cameroun. Un dernier avertissement avant la phase répressive?

\ »Je suis allé dans les formations sanitaires, j\’ai constaté à des endroits on me dit qu\’on a les papiers alors qu\’on ne les a pas. À certains endroits, on m\’a montré des papiers mais c\’était juste des autorisations d\’exercice en clientèle privée. Mais en réalité, c\’est plus cette démarche d\’accompagnement qui nous amène aujourd\’hui et nous avons ensemble que ces promoteurs arrêté une démarche qui vise nécessairement à se faire accompagner dans le cadre de la régularisation de leur situation administrative\ » a déclaré à la presse le Ministre de la santé publique. Manaouda Malachie a également évoqué la question d\’une bonne collaboration entre ces formations sanitaires et le Ministère de la santé publique pour l\’atteinte des meilleurs résultats. Il a parlé notamment de la nécessité de mutualiser les pratiques à cet effet.

Il faut noter que dans le cadre de la vaste campagne d\’assainissement de la carte sanitaire nationale, le Ministre de la santé publique avait rappelé, le 23 juillet 2019, aux promoteurs des formations sanitaires exerçant sur le triangle national, qu\’ils disposaient de 90 jours à compter du 2 mai 2019, pour se mettre en conformité avec les dispositions de l\’arrêté n°063/cab/PM du 18 juillet 2018 portant création, organisation et fonctionnement de la Commission Mixte Nationale chargée de l\’assainissement de la carte sanitaire. Le 2 août 2019, le ministre de la santé a déployé une mission de contrôle et de vérification de la conformité des autorisations expresses de création, d\’ouverture et de mise en service des établissements de santé privés sur l\’ensemble du territoire national. Cette nouvelle descente inopinée sur le terrain du Ministre Manaouda Malachie sonne donc comme un énième rappel à l\’ordre. Un dernier avertissement sans doute.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

La Chine et le Cameroun ont signé  le 1er août 2019 à Yaoundé  le protocole d\’accord relatif à l\’envoi par la Chine de sa 19e mission médicale au Cameroun. A l\’hôpital obstétrique et pédiatrique de Yaoundé et à l\’hôpital de Mbalmayo. C\’est le Ministre de la santé publique du Cameroun Dr. Malachie Manaouda qui a signé  les documents au nom du gouvernement et S.E Wang Ying Wu Ambassadeur de Chine, pour son pays. L\’ambassadeur de Chine a annoncé une autre bonne nouvelle.

\ »Le présent protocole d\’accord a pour objectif de développer la coopération au Cameroun dans le domaine de la santé publique entre le gouvernement de la République du Cameroun et le gouvernement de la République populaire de Chine à l\’issue des consultations amicales. Il porte ainsi sur trois principaux points : l\’assistance technique et médicale de la Chine, les échanges d\’expériences professionnelles et la formation du personnel médical Camerounais en Chine\ » a expliqué le Ministre de la santé publique du Cameroun Dr. Malachie Manaouda dans son discours.

\"\"

L\’ambassadeur de Chine au Cameroun Wang Ying Wu a déclaré que \ »la Chine est disposée à travailler avec nos partenaires Camerounais pour poursuivre cette coopération fructueuse et de longue date. Et nous allons continuer d\’envoyer des missions médicales chinoises\ ». En effet, la Chine est déjà entrain de préparer l\’envoi d\’une autre mission à l\’hôpital obstétrique et pédiatrique de Douala. Les modalités d\’envoi de cette autre mission sont en discussions avec les autorités camerounaises. La Chine est également entrain de Coopérer avec le Cameroun pour renforcer la capacité de ce pays dans sa lutte contre le paludisme et la coopération dans la formation du personnel sanitaire.

Il faut souligner que la mise en œuvre de ce protocole d\’accord s\’inscrit dans le Cadre de l\’exécution du Plan d\’action de Beijing 2019-2021 qui précise les engagements de la Chine, notamment le soutien médical et technique aux pays africains. La Première mission médicale chinoise, constituée de deux équipes, est arrivée au Cameroun en août 1975. L\’une à Mbalmayo et l\’autre à Guider. Après la signature du protocole d\’accord entre la Chine et le Cameroun en mai 1975.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\"

Le Ministre de la Santé Publique a présidé le 17 juin 2019 à Yaoundé, une Réunion de concertation et de dialogue avec les acteurs de la santé publique sur les conditions de travail des personnels de la santé. Le Dr. Manaouda Malachie leur a prescrit une nouvelle méthode de travail qui met le patient au centre de leurs préoccupations. Il a aussi été question d\’offrir aux personnels de santé de meilleures conditions de travail.  Ce qu\’il faut réellement savoir…

\ »Le patient est notre semblable qu\’il faut traiter avec humanité. Nous appartenons tous à une famille. Prenons soin de ces patients comme nous aurions aimé qu\’on prenne soin des membres de notre famille\ ». Ces propos du Ministre de la santé publique sonnent également comme des conseils d\’un chef au cœur plein d\’humanisme qui veut voir le malade bien traité désormais dans les formations sanitaires du pays. \ » Par votre métier, vous restaurez le besoin de solidarité qui s\’appuie sur une véritable éthique de la fraternité dans notre société. Face à la simple incapacité de se lever, de s\’habiller de faire seul sa toilette ou de prendre ses repas,le personnel qui \ »prend soin\ » n\’est, au fond, qu\’un compagnon d\’impuissance. Le patient qui est soigné se remet presque entièrement entre vos mains. Ainsi, la médecine déshumanisée se renie certainement dans ses fondements\ » a poursuivi le Dr. Manaouda. Les camerounais ne demandent qu\’à être bien soignés. Aussi les personnels de santé doivent donc s\’interroger sur la pertinence, l\’efficacité et surtout le professionnalisme avec lesquels ils agissent face aux patients. Pour le Ministre de la santé publique, les personnels de santé doivent d\’abord valoriser leur profession à travers leur attitude et discours. Ils doivent se demander si l\’accueil qu\’ils réservent aux patients et à leurs familles est de nature à rassurer. Quel est l\’investissement personnel du médecin dans la sauvegarde des vies fragilisées qui se présentent à lui?Quand malheureusement survient un drame, est-il possible que le médecin jure la main sur le cœur qu\’il a tout fait et tout donné pour éviter cela ? Autant de questions que doivent se poser les personnels de santé à chaque instant. L\’humanisation des soins dans les hôpitaux et les services, c\’est le le crédo du jeune Ministre. \ »Cette dynamique s\’articule non seulement autour de la qualité des prestations des soins, mais aussi et surtout autour de l\’attention portée aux patients et usagers du service public hospitalier, et sur la relation patient-soignant de manière plus large\ » a déclaré le Dr. Manaouda Malachie.

\"\"

Meilleures conditions de travail.

Pour exiger les résultats attendus et l\’application des consignes et recommandations, il faudra s\’assurer que les conditions de travail des personnels de santé sont idoines pour leur production.\ »C\’est primordial\ » reconnaît le Ministre de la santé publique qui a dit être \ »disposé et ouvert\ » à l\’écoute et la prise en charge des préoccupations des acteurs de la santé, dans le respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

Ericien Pascal Nguiamba