Le Ministre des Affaires Sociales(Minas), Pauline Irène NGUENE a présidé le 24 novembre 2021 au Centre de formation et de promotion pour femmes handicapées « Bobine d’or » sis au quartier Ekounou à Yaoundé, la cérémonie de lancement officiel du train des activités marquant la célébration de la 30è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées(JIPH), sous le thème « Leadership et participation des Personnes Handicapées dans le contexte sanitaire de Covid-19, pour un monde inclusif, accessible et durable ». L’objectif visé par cette célébration est l’inclusion sociale des Personnes Handicapées, dans le processus de développement. La Grande célébration,elle, aura lieu le 3 décembre 2021. Détails.

La 30è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées(JIPH), se célèbre le 3 décembre 2021 dans un contexte international marqué par la poursuite de la mise en œuvre du Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 et d’autres cadres de développement internationaux tels la Charte sur l’inclusion des Personnes Handicapées dans l’action humanitaire, le Programme d’Action d’Addis-Abeba, qui ont tous pour objectif, la transformation de la société en une société durable et résiliente pour tous.

Au plan national, cette célébration s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de justice sociale, et de solidarité nationale par le Président Paul Biya, laquelle promeut la contribution de tous à la croissance économique, chacun en fonction de ses potentialités et capacités. Par ailleurs, la JIPH s’inscrit dans l’opérationnalisation des orientations de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 pour la transformation structurelle et le développement inclusif, qui a apporté une vision novatrice axée sur le développement du capital humain et du bien-être des populations. « Il convient de souligner que les personnes handicapées disposent  d’un potentiel énorme qu’il faut capitaliser dans le processus de développement de notre pays. La reconstruction d’un monde inclusif, durable et accessible suppose donc la prise en compte de l’approche handicap dans tous les programmes  et projets de relance économique ; la participation effective de la personne handicapée en tant que acteur et maitre de son destin » a déclaré le Ministre des Affaires Sociales Pauline Irène NGUENE lors du lancement officiel des activités de cette 30è édition de la JIPH au Centre de Formation et de production pour femmes handicapées « Bobine d’Or », une institution spécialisée du ministère des Affaires Sociales qui a pour missions principales, selon sa directrice Florence Nickaise TENLEP, l’alphabétisation et l’apprentissage des métiers de l’industrie d’habillement aux femmes socialement vulnérables en général et handicapées en particulier.   « Il faut noter que la construction de ce centre a été entreprise par le gouvernement camerounais, avec l’appui de la République Populaire de Chine. Pour porter des réponses aux difficulté auxquelles ce Centre de formation fait face, et afin de le rendre plus autonome, d’accroitre sa productivité et de résoudre l’épineux problème d’assistanat ou de chômage très observé chez les personnes handicapées, le Ministère des Affaires Sociales entend moderniser le plateau technique de cette institution spécialisée, pour en faire un Centre de Réinsertion Socioéconomique des Personnes Handicapées » a expliqué Pauline Irène NGUENE. Le projet de texte portant organisation et fonctionnement de cette structure a d’ailleurs déjà été transmis dans les hautes instances de l’exécutif.

Selon le dernier Rapport Mondial sur le Handicap publié conjointement par l’OMS et la Banque Mondiale, plus d’un milliard de la population mondiale c’est-à-dire environ 15%, vit avec un handicap ; soit un enfant sur 10, et une femme sur 5. Et 80% sont dans les pays en développement. Au Cameroun, cette population est estimée, en 2020, à vingt-trois millions deux cent quarante-huit mille quatre (23.248.004) habitants. En appliquant le ratio du Rapport Mondial sur le Handicap (15%) aux données démographiques susmentionnées, le Cameroun compte près de trois millions quatre cent quatre-vingt sept mille deux cent(3.487.200) personnes handicapées.

Ericien Pascal Nguiamba

 

« Tous les handicaps ne sont pas visibles » c’est  le thème choisi pour la célébration de la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes handicapées le 3 décembre 2020. Les activités de cette édition ont été lancées mardi 24 novembre au  Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées-Cardinal Paul Emile LEGER à Yaoundé par le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Sociales(Minas) ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Le thème choisi pour cette édition est « une invite ou alors une interpellation des Etats à accorder d’avantage une attention particulière aux personnes présentant un handicap non apparent… » a déclaré le Secrétaire Général du Minas  ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE. Avant de lancer un appel aux acteurs étatiques aux organisations de la société civile, et même à la communauté internationale « pour leur contribution à la réussite des différentes activités marquant la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées » et au-delà de la célébration, à être de « véritables défenseurs et militants de la prise en compte de l’approche handicap dans tous les secteurs de développement ».

le SG du Minas, ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Selon le Rapport Mondial sur le Handicap publié en 2010, conjointement par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et la Banque Mondiale, on estime à plus d’un milliard  le nombre de personnes vivant avec le handicap, soit environ 15% de la population mondiale. On constate que les pays à faible revenus ont une prévalence de handicap plus grande que les pays à revenus supérieurs. Au Cameroun, en appliquant le ratio du Rapport Mondial sur le Handicap au résultat officiel du 3è recensement Général de la Population et de l’Habitat publié en 2010, les personnes handicapées sont estimées à près de 2 millions neuf cent dix mille(2.910.000). Mais il faut noter que dans la population, il y a des handicaps invisibles. Ce qui pourrait amplifier les chiffres.

Au cours du lancement officiel des activités relatives à cette célébration, il a été question pour les participants, venus des administrations publiques, des partenaires Techniques et Financiers, des Organisations en charge des Personnes Handicapées, du personnel du Minas, de faire une rétrospective sectorielle des dix dernières années(2010-2020) sur des actions ayant été menées en faveur de la protection et de la promotion des personnes handicapées tout en se focalisant sur le thème de cette année 2020, à savoir « Tous les handicaps ne sont pas visibles ». Il était aussi question au cours de ce lancement  officiel, de faire savoir au grand public les actions menées en faveur des personnes handicapées dans les secteurs de l’éducation, de l’emploi et la formation professionnelle , du sport, de l’accessibilité aux infrastructures et édifices publics ou ceux ouverts au public, de la protection sociale et de la réadaptation. Outre les communications présentées ce jour, il a été convenu que d’autres espaces de communication seront réquisitionnés dans les médias, afin de poursuivre la sensibilisation auprès des groupes et communautés sur les actions menées en faveur des personnes handicapées au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba

La session 2020 du Comité National pour la Réadaptation et la Réinsertion Socio-économique des Personnes Handicapées(CONRHA) s’est tenue le 26 août au Cercle Municipal de Yaoundé sous le thème « L’intégration socio-économique des personnes handicapées comme mesure d’égalisation de chances pour une consolidation du vivre ensemble ». Pour le Ministre des Affaires Sociales Pauline Irène NGUENE, qui présidait les travaux de cette session, avec à ses côtés le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille Marie Thérèse Abena Ondoa, l’objectif principal est d’améliorer la protection des droits des personnes handicapées au Cameroun.

Il était également question au cours de cette session 2020 de valider le projet de Référentiel d’Evaluation des Déficiences et Incapacités des personnes handicapées au Cameroun ; faire une évaluation à mi-parcours du processus d’élaboration des textes règlementaires, prescrits par le décret N°2018/6233/PM du 26 juillet 2018 fixant les modalités d’application de la loi N°2010/002 du 13 avril 2010 portant protection et promotion des personnes handicapées.

Des personnes handicapées présentes aux travaux.

Bon à savoir, au Cameroun et suivant le ratio qui ressort du Rapport Mondial sur le handicap, les personnes handicapées sont estimées à près de deux millions neuf cent dix mille(2.910.000) au regard des résultats officiels du 3è Recensement Général de la Population et de l’Habitat publié en 2010. Le Comité National pour la Réadaptation et la Réinsertion Socio-économique des Personnes Handicapées(CONRHA) est donc une plateforme mise en place pour faciliter la coordination des efforts au profit des personnes handicapées, et avec la participation de ces derniers. C’est un organe consultatif qui, de façon concrète, assiste le gouvernement dans l’élaboration d’une politique globale en faveur des personnes handicapées et participe à l’élaboration de celle-ci ; donne son avis sur toute question technique les concernant; propose des mesures susceptibles de promouvoir leur pleine participation aux actons de développement économique, culturel et social. Le CONRHA suggère aussi toute mesure de sensibilisation, d’information et d’éducation de la communauté sur les droits et les besoins spécifiques des personnes handicapées et promeut la prise en compte de l’approche handicap dans les politiques, programmes et projets sectoriels de développement.

Ericien Pascal Nguiamba