\"\"

La cérémonie officielle de pose du premier mètre du SAIL, câble sous-marin à fibre optique, entre le Cameroun et le Brésil a été présidée mardi 22 mai 2018 dans la cité balnéaire de Kribi (Sud Cameroun), par le Ministre des Postes et Télécommunications. En présence du Directeur Général de la Cameroon Télécommunications(Camtel), David Nkoto Emane et des invités venus de la Guinée Equatoriale. Tout sur ce projet révolutionnaire, qui sera hautement bénéfique pour le Cameroun, l’Afrique et le reste du monde.

SAIL (South Atlantic Inter Link) est un câble important de part sa position stratégique qui permettra de connecter directement le Cameroun (à partir de Kribi) à l’Amérique (Fortaleza au Brésil). C’est une première car jusque là, les échanges vers le continent transitaient par l’Europe. Les accès vers l’international seront donc diversifiés  et les capacités multipliées. SAIL se présente ainsi comme un véritable gisement en or. Selon le Directeur Général de la Cameroon Télécommunications, « Les 6000 km  de câble sous-marin « dernière génération » qui vont relier le Cameroun au Brésil porteront sur 32 TB de capacité, ce qui rendra à coup sûr le trafic vraiment fluide ». Les ingénieurs de Camtel indiquent que l’objectif global de SAIL c’est d’accroitre, améliorer et sécuriser l’offre de services et d’infrastructures à large bande au Cameroun et en Afrique subsaharienne. De manière spécifique, le South Atlantic Inter Link vise à moderniser et adapter la structure du réseau large bande national, de booster les capacités des services de télécommunications internationales au Cameroun et la sous-région d’Afrique centrale mais aussi de consacrer la Souveraineté Numérique du Cameroun.

\"\"

David Nkoto Emane assure que cette infrastructure devrait entrainer une baisse significative des coûts des services et favoriser une multiplicité de solutions de communication électronique. Par ailleurs, ajoute le DG de Camtel, cette connexion directe permettra en outre de réduire la latence du réseau, promouvoir le développement des entreprises de haut-débit universel au Cameroun, et former un chemin de restauration pour certains systèmes de câbles lors d’une éventuelle reprise après sinistre, grâce aux ressources sous-marines implémentées par le projet.

                        D’énormes avantages pour la Sous-région Afrique Centrale.

En Afrique, et précisément dans la sous-région Afrique centrale, SAIL permettra l’accélération du développement et l’amélioration des infrastructures des TICs, la promotion des connaissances, ainsi que le partage et le transfert de compétences. Il faut dire que ce boom technologique suscitera la création d’emplois dérivés grâce à l’éclosion de nouveaux fournisseurs de services des réseaux haut-débit et de solution IT.

La présence à la cérémonie de pose du premier mètre de ce câble sous-marin, d’une délégation équato-guinéenne conduite par le Ministre des transports, des postes et télécommunications Eucario Bacale Angue, est une parfaite illustration de l’intérêt de cet important projet pour la sous-région. La Guinée équatoriale qui a permis que ce câble sous-marin traverse ses eaux territoriales, a d’ailleurs signé un contrat de commercialisation avec Camtel devenant ainsi « Le premier client de Camtel » a déclaré, tout joyeux, le Directeur Général David Nkoto Emane.

\"\"

                             Une cérémonie riche en sons et couleurs à Kribi

La cérémonie de pose du premier mètre du câble sous-marin Cameroun-Brésil, s’est transformée en une véritable fête à la Place des Fêtes de Kribi, avec les prestations scéniques de la chorale de Camtel, mais aussi des artistes tels que Annie Anzouer( originaire de la région), Koppo etc.…Sur les berges de l’Océan atlantique, où s’est déroulée la pose du câble, l’on a assisté, à un rite des chefs traditionnels de la bande côtière Kribi-Campo venus donner leur onction pour le bon déroulement des travaux dans cet océan de mystères. Chants et danses étaient également au rendez-vous sous le regard admiratifs des populations, autorités et invités spéciaux.

\"\"

Le Ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun Minette Libom Li Likeng a déclaré que « Pour la sous-région le câble sous-marin Cameroun-Brésil permettra à n’en point douter un développement conséquent des infrastructures des télécommunications pour tous les Etats dont nous connaissons aujourd’hui le besoin toujours grandissant en échanges et en partages ».

\"\"

Le bateau CS Recorder transportant les 6000 km de câble et l’ensemble des accessoires de collections pour la  construction du SAIL est arrivé au large de Kribi le 16 mai 2018. « Le 30 août, nous aurons terminé la pose des 6000 km de câble »  a rassuré le Directeur Général de Camtel David Nkoto Emane.

Ericien Pascal Nguiamba à Kribi.

\"David

David Nkoto Emane le Directeur Général de Camtel, opérateur historique des télécommunications au Cameroun, a signé le 19 mai 2016 à Yaoundé, une Convention avec le cabinet américain William F. Clark & CO, L.L.C, une entreprise Américaine qui traite des financements de grands projets depuis 40 ans. Ce nouveau partenaire américain de Camtel mobilisera les financements de l’ordre de 150 milliards de FCFA pour la réalisation de trois projets de la Cameroon Télécommunications qui visent tous le déploiement d’une économie numérique basée sur des structures capables d’en assurer un bon déploiement.

Camtel est sans doute l’une des premières sociétés à bénéficier des retombées concrètes de la Conférence Internationale « Investir au Cameroun, terre d’attractivité » qui s’est tenue les 17 et 18 mai 2016 à Yaoundé. Une Initiative du Chef de l’Etat, Paul Biya. En effet la société américaine William F. CLARK & Co s’est intéressée à l’ensemble des projets de Camtel notamment le projet FTTX : fibre to the home, fibre to the Office, et fibre to the building; le projet de construction de deux data centres ; le projet de mise en place de 2000  pylônes sur l’étendue du territoire en prévision du déploiement du réseau 4G de Castel. Il faut noter qu’à ces trois projets, ce partenaire américain de Camtel, déjà solidement implanté au Nigeria depuis les années 70, a souhaité élargir les discutions plus tard sur un autre grand projet : La construction d’un nouvel immeuble siège Camtel au boulevard du 20 mai à Yaoundé.

Bon à savoir, le projet FTTX a pour plan de réalisation de connecter 1 million de ménages et 300 000 entreprises et professionnels en fibre optique ; les deux data centres auront pour mission de sécuriser toutes les données de notre pays afin d’en assurer une meilleure gestion (documentation, archivage, stockage longue durée, etc.). Par ailleurs le grand nombre de pylônes garantira une couverture réseau 4G largement répandue sur l’ensemble du territoire, privilégiant (zones rurales – zones frontalières – couverture nationale  complète et efficiente en réseau très haut débit). Ces projets et bien d’autres déjà élaborés attestent de la qualité du réseau déployé au Cameroun. 10 000km de fibre optique, un réseau large-bande qui permet de développer aisément tous les services innovants dans le domaine des TIC par les Start-up et toutes les parties prenantes du secteur des télécommunications.

A la Direction Générale de Camtel, l’on indique que les premiers experts pour finaliser les différents contrats, arrivent au Cameroun à la fin  du mois de mai 2016. \”Et ce n\’est pas fini\” avec les projets ambitieux  du Directeur Général David Nkoto Emane.

Ericien Pascal Nguiamba

 

\"Tunisie\"

Voici les articulations et les retombées de cette mission.

Une délégation d’une trentaine d’opérateurs économiques tunisiens séjournera au Cameroun du 4 au 7 avril 2016, afin de rechercher des opportunités d’affaires, a-t-on appris dans un communiqué officiel.

Ces hommes d’affaires, apprend-on, exercent dans des domaines aussi variés que les industries plastiques, l’industrie électrique, l\’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l\’enseignement supérieur, la santé, les télécommunications, les services financiers, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.

Cette nouvelle mission de prospection des opérateurs économiques tunisiens au Cameroun sera ponctuée par deux forums d’affaires Cameroun-Tunisie, qui se dérouleront les 4 et 6 avril 2016, respectivement à Yaoundé et Douala.

Organisée par Africa Business Council, Connect International et UPMI, avec le soutien de l’ambassade de Tunisie au Cameroun ; cette mission économique tunisienne est la seconde offensive commerciale de ce pays au Cameroun, après les «journées commerciales multisectorielles tunisiennes» tenues à Douala du 15 au 24 janvier 2016.

Source:Investir au Cameroun

\"4G

Des informations qui vont sans doute édifier d’avantage les consommateurs sur cette révolution technologique porteuse de changements.

Au Cameroun, le débat sur l’existence et le fonctionnement de la quatrième Génération des réseaux mobiles (4G) bat toujours son plein. Les entreprises de téléphonie mobile essayent autant que faire se peut d’apporter des éclairages sur cette nouvelle technologie. Afin d’édifier les consommateurs. Au cours du premier forum national des Journalistes TIC et Télécoms organisé le 18 février 2016 à Yaoundé par le Cabinet IMS sous le thème « La 4G en questions, tout savoir sur une révolution technologique porteuse de changements », les responsables d’Orange Cameroun ont « déballé » leur part de vérité. Pendant ce forum qui a réuni une vingtaine de journalistes de la presse publique et privée, les experts d’Orange Cameroun, après avoir expliqué aux hommes de médias que « la 4G est un réseau uniquement internet, dix fois plus rapide que la 3G », ont indiqué les types d’usage de la 4G d’Orange Cameroun. En effet elle peut permettre de regarder les vidéos sans interruption, suivre les programmes en Haute Définition(HD) même en déplacement, partager les photos sur les réseaux sociaux, télécharger des applications instantanément, jouer en réseau sur son portable, rechercher des informations de manières ultra-fluide. Les ingénieurs d’Orange Cameroun ont aussi parlé des usages business de cette 4G par les entreprises qui peuvent accéder aux applications métiers de leurs entreprise partout à tout moment et en sécurité ; accéder au très haut débit pour faire face aux nouveaux enjeux de l’e-business, échanger de grandes quantités de données en peu de temps, synchroniser et partager les données en toute sécurité en ligne ; accéder partout, n’importe où à partir de n’importe quel terminal. Par ailleurs, pour accéder à cette 4G, il faut être dans la zone de couverture, avoir un terminal compatible et avoir une Sim 4G. Mais les participants de ce forum ont retenu que pour l’instant la 4G d’Orange Cameroun n’est pas encore lancée sur le plan commercial. « La 4G est en expérimentation chez Orange. Sur le plan commercial on ne l’a pas encore lancé. Nous attendons que toutes les conditions soient remplies pour lancer la 4G » a expliqué M. Samuel Ngondi Eboua, Directeur des Relations Institutionnelles de Orange Cameroun.

Bon à savoir, avant la quatrième Génération des réseaux mobiles (4G), il ya d’abord eu la 1G de 1973 à 1980, puis la 2G en 1990, la 3G en 2001 et la 4G en 2010. Et La 5G sera probablement disponible en 2020, dit-on à Orange Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba

\"Nkoto

Voici en intégralité le Communiqué de presse de la Cameroon Telecommunications(Camtel) qui apporte un démenti et des éclairages à propos de la large communication orchestrée par Orange Cameroun au sujet des perturbations dans les communications de sa clientèle.

COMMUNIQUE RADIO PRESSE

Une large communication entreprise par un partenaire à l’exploitation de l’infrastructure Fibre Optique, fait état de dysfonctionnements dans son réseau, survenus le lundi 22 février, et qui auraient créé des perturbations dans les communications de sa clientèle. Cette situation, suivant le SMS diffusé par Orange Cameroun à tous ses abonnés, est le fait de : « …la rupture de la fibre optique gérée par Camtel ». Fin de citation.

A cet effet, la Cameroon Telecommunications tient à apporter à l’attention de l’opinion nationale et internationale, les précisions ci-après : 1. En date du 22 février 2016 à 19 heures 15 minutes, un incident est survenu dans la localité de Pouma, et a déclenché nuitamment l’intervention des techniciens de Camtel, dans l’optique de rétablir la liaison fibre optique interrompue suite à une attaque de rongeurs. Du fait de l’accès pénible et des difficultés à repérer le point d’impact, c’est le 23 février à 12H 30 minutes que le trafic sur cet axe a repris ; 2. Pour sécuriser les communications de l’ensemble de ses abonnés et partenaires, Camtel a effectué le basculement automatique de tout le trafic du réseau fibre optique, sur le tronçon de secours Douala-Bafoussam-Yaoundé. Cela a contribué à ramener la durée des perturbations de quelques minutes seulement ; 3. Cependant, les partenaires dont le trafic ne passe pas par nos équipements actifs ne pouvaient pas bénéficier de la mise en œuvre de la protection susmentionnée.

Aussi, convient-il de rappeler, qu’en tant qu’institution de la république, Camtel ne saurait « gérer la fibre optique » dans le sens d’une allusion sibylline telle qu’invoquée. Elle en assure l’utilisation équitable, sur la base des demandes exprimées et étudiées d’accord parties avec chacun des partenaires du secteur des télécommunications. Par ailleurs, des incidents comme celui que nous déplorons à Pouma sont un fait récurrent dans tous les réseaux filaires où qu’ils existent à travers le monde. En même temps que nous implorons l’indulgence de nos partenaires victimes des désagréments provoqués par cette perturbation très indépendante de la volonté de Camtel, nous en appelons au respect de la déontologie dans les actions de communication, comme l’exige la loi N°2006/018 du 29 décembre 2006 en son article 34 : « Est interdite toute publicité de nature à déconsidérer une entreprise ou un produit spécifique ou comportant sous quelque forme que ce soit, des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur ». Fin de citation.

Le Directeur Marketing et Communication

Benjamin Gérard ASSOUZO’O

\"Camtel

Une convention-cadre de partenariat entre le Ministre de l’habitat et du développement urbain, Jean-Claude Mbwentchou et le Directeur Général de la Cameroon Telecommunications(Camtel), David Nkoto Emane, a été signé le 19 février 2016 à Yaoundé. Ce que Camtel compte réaliser.

Face à la presse au sortir de cette cérémonie, le Directeur Général de Camtel a expliqué aisément ce que l’entreprise qu’il dirige compte réaliser : « Alors, qu’apporte Camtel aux occupants des 10 000 logements sociaux que le Ministère de l’Habitat et du développement Urbain a déjà, ou va bientôt mettre sur pieds ? C’est une question simple qui donne droit à une réponse simple. D’abord des services. Pour les énumérer : Il ya le bon vieux téléphone fixe filaire. Car, nous devons renouer avec le reflexe du contact à domicile. Les raisons sont légion pour cela ; Ensuite l’internet haut débit en Wi-Fi ou par câble pour assurer la qualité et le partage des services ; Il y a la télévision sous sa forme la plus attrayante, grâce à une qualité d’images qui ne trouvent pas encore de pareil; Enfin, la vidéo à la demande, qui, par ces temps d’absence criarde de salles de cinéma dans nos villes, devrait suppléer cette offre, et ouvrir un éventail de solutions pour ceux qui prennent plaisir au septième art » a déclaré David Nkoto Emane qui ajoute que « Pris par service, ce seront des offres de grande qualité déjà prêtes pour les nombreux habitants des logements que l’Etat bâtis pour ses vaillantes populations. Mais il y a la mise en commun de tous ces services qui constituent depuis bientôt deux ans, ce qui est convenu d’appeler le triple ou le quadruple play. ».

En termes plus simples, indique le DG de Camtel, « c’est que grâce à la fibre optique que nous déployons dans les domiciles à travers le programme FTTX (Fibre to the home, Fibre to the Building, etc.), nous sommes désormais capables de vous donner tous ces services à la fois, sur le même câble, sans qu’aucun d’eux ne soit dépendant de l’autre. Avec le l’IPTV (Internet Protocole Télévision), par exemple, il s’agit d’une télévision intelligente qui vous affranchie des contraintes du direct, grâce à la possibilité de marquer une pause quand vous regardez un programme; de revenir sur une émission qui s’est achevée, ou même de programmer des enregistrements lorsqu’on sera absent au moment de la diffusion d’un journal télévisé ou d’un match de football, à cause du calendrier très chargé de nos activités ».Il faut donc dire qu’avec l’IPTV, les habitants des logements sociaux du pays vont s’affranchir des impératifs liés au direct à la télévision.

Pour le ministre de l’habitat et du développement urbain(MINHDU) Jean-Claude Mbwentchou, « Les lotissements de Yaoundé-Olembé et de Douala-Mbanga Bakoko feront l’objet de la mise en œuvre immédiate de cette convention, qui se déploiera également dans tous les sites abritant le programme piloté par MINHDU pour la construction des logements sociaux, sur l’étendue du territoire national ».

En bon technicien ayant une parfaite maitrise des ficèles de son métier, le Directeur Général de Camtel a tenu à rappeler que « l’utilisation ou les manipulations diverses sur l’IPTV n’ont aucune incidence sur le service de l’Internet en Wi-Fi ou par câble dans un même domicile ou dans le voisinage. Il en est de même pour le téléphone fixe. Etant sur un même fil de verre, tous ces services sont utilisables simultanément, avec la même qualité, la même liberté, et des débits toujours élevés ».

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Camtel

« Génération Numérique », le mensuel d’informations de la Cameroon Télécommunications vient d’être présenté à la presse à Yaoundé. Zoom sur cette Publication bilingue qui donnera davantage de la visibilité à cette entreprise citoyenne.

C’est au cours d’un déjeuner de presse organisé le 16 février 2016 à Yaoundé, que la Cameroon Télécommunications(Camtel) a présenté aux journalistes son nouvel outil d’information et de communication. « Génération Numérique » est une publication bilingue de 24 pages dont le tout premier numéro (n°001 de janvier 2016) met en lumière les grands chantiers de l’entreprise dans l’optique de l’atteinte de l’émergence du Cameroun. Mais le lancement de « Génération Numérique » s’inscrit aussi et surtout dans le cadre du nouveau cap fixé par le Chef de l’Etat, Paul Biya, qui a instruit l’extension de l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication(TIC) dans tous les secteurs d’activités devant concourir à l’instauration d’une économie numérique au Cameroun, dans la perspective de son émergence à l’horizon 2035.

Avec des textes riches et des images propres, « Génération Numérique » donne rapidement au lecteur l’envie de le parcourir rapidement. La Publication aux couleurs de l’entreprise, édifie le lecteur sur le nouveau portail agropastoral que lance bientôt Camtel. En effet Camagro.cm permettra de communiquer et de s’informer à travers des applications mobiles et un ensemble de services sms disponibles en tout temps et en tout lieu. Le nouveau portail devra aussi soutenir la croissance économique en permettant aux producteurs d’augmenter leur production, ainsi que leurs revenus. En lisant « Génération Numérique », l’on apprend aussi que le portail camagro.cm va permettre aux producteurs de s’informer et de publier des informations à partir des différents terminaux (ordinateurs, tablettes, téléphones) et devra contribuer à la diffusion en temps réel de l’information relative au secteur agropastoral en vue de développement rural et de faciliter la commercialisation des produits agricoles.

Le Directeur de Publication de « Génération Numérique » et Directeur Général de Camtel,  David Nkoto Emane écrit dans son éditorial que cette initiative est en réalité « un petit pas supplémentaire qui s’ajoute à l’ensemble des énergies conjuguées à la cameroon télécommunications, et qui préparent le bond devant faire du Cameroun, un géant des communications en Afrique et dans le monde ». Le Directeur Général de Camtel déclare aussi dans cet éditorial qu’ « il est judicieux de promouvoir dès à présent une génération numérique dans notre pays ». La photo de la cérémonie de signature de la convention entre Camtel, China Unicom, téléfonica et huawei sur la réalisation du projet CBS, barre la Une de cette première édition. Chaque mois le public pourra désormais savoir ce qui se fait à camtel grâce à « Génération Numérique ». Un gros défi pour le Directeur des rédactions, Benjamin Gérard Assouzoo et toute son équipe. Une belle initiative du Directeur Général de Camtel, David Nkoto Emane qui a compris qu’il faut toujours « faire savoir ». Surtout à l’heure actuelle où camtel affiche des atouts pour relever le défi numérique.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

 

 

\"Nkoto

La Cameroon Télécommunications qui a pris une part active au forum sur les services 3G/4G dans l’économie numérique organisé du 9 au 10 février 2016 à Yaoundé, a démontré ses atouts dont la finalité est de relever le défi numérique.

Le stand de la Cameroon Telécommunications(Camtel) a attiré du beau monde au cours de ce forum. Tout comme l’Exposé de cet opérateur sur « Les produits et services innovants et développement de l’économie numérique : enjeux, défis et perspectives ».

Camtel a permis au public de mieux comprendre ses projets et innovations surtout à l’ère du cap fixé par le Chef de l’Etat qui instruit l’extension de l’usage des TIC dans tous les secteurs d’activités devant concourir à l’instauration d’une économie numérique au Cameroun, dans la perspective de l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. A Camtel, on parle sans cesse de la mise en œuvre engagée du programme NBN phase II, qui consacre, au-delà des services plus inventifs qui vont être déployés pour les usagers, surtout, le déploiement d’un projet révolutionnaire qui vise la pose du câble sous marin de prêt de 6000 km entre le Brésil et le Cameroun. En fait à Camtel, il est question de l’extension significative des services innovants, déjà disponibles auprès du public, à savoir le Triple Play ou IPTV(Téléphone, Internet et Télévision) par l’augmentation des canaux à 150 voire 200,le développement du réseau d’accès avec un objectif à un million d’abonnés filaires, la mise en œuvre de SAV de qualité appuyée par un personnel qualifié.

Les responsables de Camtel parlent aussi de la commercialisation imminente des services issus de la phase I du National Broadband Network, et de la mise en service réelle bientôt d’un internet de 4è Génération au Cameroun. Avec son whatsapp dont peuvent bénéficier les consommateurs juste en se procurant une clé internet Camtel, ses jeux numériques, Camtel veut également faire le pari du wifi public à l’horizon 2020.Le projet qui est déjà concret au niveau de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, devra s’étendre dans certains lieux publics tels que les aéroports, les universités, les hôpitaux, les stades etc. Selon Benjamin Gérard Assouzo’o, le Directeur Marketing et Communication de la Cameroon Télécommunications, le but de cette ambitieuse initiative est de « rendre accessible les solutions internet à tous ».

Au cours de ce Forum, Camtel a également présenté son nouveau portail « comagro.cm » qui vise à booster l’agriculture du pays. « C’est un portail agropastoral, c’est ça aussi l’économie numérique » lance Benjamin Gérard Assouzo’o qui explique que grâce à ce portail les agriculteurs des quatre coins du Cameroun, pourront faire connaitre leurs productions au grand public pour que celui-ci puisse s’en procurer. Un portail qui va sans doute donner plus de visibilité aux produits et régions agricoles. Ce portail qui sera disponible bientôt, participe au saut numérique qui va amener le Cameroun vers l’économie numérique. Camtel compte aussi offrir la video surveillance dans les villes du pays mais également une vidéo surveillance privée. Et à traves le projet NGN (Net Génération) il sera question de « créer des villes numériques ». Autre produit découvert lors de ce forum, c’est « Génération Numérique », le nouvel outil de communication de Camtel. C’est un mensuel d’informations qui donne au grand public toutes les informations sur les activités, projets, et produits de la Cameroon Télécommunications. Le Directeur Général de Camtel, David Nkoto Emane, qui signe l’éditorial de ce premier numéro de Janvier 2016, écrit que « Nous pensons qu’il est judicieux de promouvoir dès à présent une génération numérique dans notre pays ». « Et ce n’est pas fini », comme le dit le slogan de l’entreprise.

Ericien Pascal Nguiamba.

 

\"David

Selon le Directeur Général de Camtel, David Nkoto Emane  \”Il importe de considérer après vérifications, que les données sus évoquées ne reflètent ni la dette actuelle de l’entreprise vis-à-vis du fisc, encore moins les obligations de Camtel envers les institutions financières nationales\”. En intégralité le Communiqué de presse du Directeur Général de la Cameroon Télécommunications (Camtel) parvenu à notre Rédaction.

Le Directeur Général de la Cameroon Telecommunications (Camtel), porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale, qu’à la suite de la publication du rapport de la Mission menée dans ses services par la Commission Nationale Anti-Corruption, l’auguste institution a relevé des points ayant trait au non-respect des obligations fiscales et du paiement de certaines taxes publicitaires par Camtel. La somme de 18 143 586 447 FCFA, serait donc due autrésor public, et réclamée à notre entreprise au titre de ces manquements.

Il importe de considérer après vérifications, que les données sus évoquées ne reflètent ni la dette actuelle de l’entreprise vis-à-vis du fisc, encore moins les obligations de Camtel envers les institutions financières nationales.

Aussi, compte tenu du caractère équivoque de ces informations, importe-t-il d’y apporter les précisions ci-après :

  • Au chapitre des impôts et autres taxes non payées :

En date du 06 octobre 2015, l’Etat du Cameroun, représenté par Monsieur le Ministère des Finances, d’une part, et la Cameroon Telecommunications, d’autre part, ont conjointement signé, une Convention de Compensation des Dettes Réciproques. Par cette Convention, l’Etat s’est engagé à apurer sa dette vis-à-vis de Camtel, après que le solde de la compensation de ladite dette se soit avéré en faveur de la Cameroon Telecommunications, pour un montant total de 15 296 426 414 FCFA. Un échéancier de 15 mensualités a ainsi été établi, et le mois de novembre 2016, retenu comme dernière échéance que l’Etat s’est fixé pour l’apurement de sa dette.

Camtel est donc à jour de ses obligations fiscales, et continuera d’honorer l’ensemble de ses engagementsdans le respect des lois et règlements qui régissent les activités de son secteur au Cameroun.

  • Concernant le Timbre sur la publicité :

Il convient de préciser, que pour la mise en œuvre de ses actions marketing et Communication, Camtel s’est toujours attachée les services d’une Agence Conseil et des Régies publicitaires, conformément aux dispositions prévues par la Loi N°2006/018 du 29 décembre 2006, régissant la publicité au Cameroun. Des paiements conséquents sont faits auprès de ces Agenceset Régies, etle mécanisme de répartition de ces fonds, nous le croyons, est respecté.

  • Pour ce qui est de la taxe sur les jeux de hasard :

A la date de passage de la Mission de la Conac au mois de janvier 2015, Camtel n’avait pas lancé jusque-là de jeux de hasard sur son réseau en dehors des actions promotionnelles classiques, liées à des offres spéciales, lors des occasions exceptionnelles, ponctuelles ou prévues par le calendrier ordinaire. Et cette situation demeure à ce jour.

En définitive, la Cameroon Telecommunications, dans sa posture de personnalité morale, n’entend en aucune circonstance, entraver le bon fonctionnement des institutions de la République. Au contraire, le top management et l’ensemble de son staff sont commis pour soutenir plus que jamais,l’action des pouvoirs publics pour l’avènement d’une économie numérique telle que prescrite par le Chef de l’Etat, basée sur un dispositif technique et technologique solide, et des services innovants. Camtel fait par ailleurs de la bonne gouvernance dans le secteur des télécommunications, un principe intangible.

Aussi, le Directeur Général tient-il à rassurer l’opinion et son aimable clientèle, de sa disposition à continuer de créer un cadre de confiance pour le développement du service universel des télécommunications au Cameroun et à la sous-région Afrique Centrale, dans le strict respect des lois et règlements établis.

\"Nkoto

La Cameroon Telecommunications, Camtel, a tenu la deuxième session ordinaire de son Conseil d’Administration pour l’année 2015, le mercredi 23 décembre, à la Salle des Conseils de l’immeuble siège à Yaoundé, sous la conduite effective de Nfon Victor E. Mukete, son Président.

Selon le Communiqué de presse parvenu à notre Rédaction c’est David Nkoto Emane, Directeur Général de Camtel qui rapportait les points inscrits à l’ordre du jour, assisté de Richard Maga, Directeur Général Adjoint N°1. L’examen des quatre points, adoptés à l’unanimité des membres, a donné lieu à des échanges sur le Rapport d’activités du Directeur Général, l’adoption du procès-verbal de la session précédente, l’examen du projet de budget 2016, et les divers.

Sur le rapport d’activités, le Conseil a félicité et encouragé la Direction Générale pour la densité et la qualité des résultats obtenus dans la mise en œuvre du plan d’action de l’année 2015 ; S’agissant du procès-verbal de la session précédente, lecture a été faite, et après amendements, le contenu adopté ; Quant au budget 2016, il est équilibré en recettes et dépenses à la somme de FCFA 241,12 milliards, répartis comme suit : 165,99 milliards pour les dépenses d’investissements, soit 69% en valeur relative, et 75,13 milliards pour les dépenses de fonctionnement ; Le point sur la Licence de Mobile a par ailleurs retenu l’attention du Conseil. Les administrateurs se sont engagés à tout mettre en œuvre afin que ce réseau soit opérationnel à Camtel avant la fin du mois de janvier 2016. Le Conseil a enfin félicité la Direction Générale pour la qualité des documents présentés, et lui a prescrit plus d’agressivité dans les domaines des ventes et de la Communication, afin de vulgariser d’avantage les produits et services de l’entreprise, et mieux vendre son image de marque à travers une meilleure qualité de services qui vise la satisfaction client.

La Rédaction