Cet important Don offert par le Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) au Ministère de la santé Publique du Cameroun, mercredi 2 septembre 2020 à Yaoundé, s’inscrit dans le cadre de l’ajustement de certaines activités de mise en œuvre du Projet d’Appui à la Santé  Maternelle, Néonatale et Infantile (PASMNI), financé par la Banque Islamique de Développement (BID).  Et cela en réponse aux exigences de protection et de prévention du personnel de santé aux risques de contamination à la maladie liée au coronavirus (COVID-19). C’est le Directeur de la Santé Familiale, le Pr. MBU Enow Robinson(photo), Représentant du Ministre de la santé, qui a réceptionné ces équipements.

Ce matériel vise à assurer la continuité des services de santé de reproduction en contexte de covid-19. Le lot est composé des ordinateurs portables, des modems d’accès à internet, tablettes, téléphones portables, les écrans plasma de 43’’, des Licences pour l’application de visioconférence « zoom », les Câble HDMI et les smartphones. Cet important don est offert par l’UNFPA à la direction de la santé familiale, PLMI, Cousp, et autres accessoires aux délégations régionales de la santé de l’Extrême-Nord, nord, Adamaoua, Est et du Centre. Il faut noter que cette dotation en équipement en télétravail rentre dans le cadre de la continuité de l’offre des services de santé sexuelle et de reproduction en contexte de riposte contre la covid-19. Cette opération est réalisée par le Projet de l’Appui à la Santé Maternelle Néonatale et Infantile(PASMNI) financé par la Banque Islamique de Développement (BID).

Le Pr. Mbu Enow Robinson au centre. A gauche le Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun.

« Face à la pandémie du covid-19, les prestataires de santé, doivent appliquer les mesures sanitaires « barrières » tout en assurant la continuité des services. Pour y parvenir, le télétravail constitue une réponse appropriée » a déclaré le Dr Henri Claude Voltaire, le Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun. Il a invité tous les bénéficiaires à « faire bon usage de cet équipement de haute technologie dans leur travail de supervision et d’administration de la télémédecine pour une meilleure santé de la mère et de l’enfant même en situation de prévalence contre la covid-19 »

Ericien Pascal Nguiamba

Le Ministre de la Santé Publique du Cameroun Dr Manaouda MALACHIE a procédé le 13 août 2020 à Yaoundé, en présence de la Représentante Résidente de l’UNFPA, Madame Siti Batoul Oussein, au lancement de la stratégie de « Baby Box ». Cette stratégie consiste à mettre à disposition dans les formations sanitaires des paquets de matériels de première nécessité pour le nouveau-né et la mère après l’accouchement. Ce paquet comprend entre autres  le matériel d’habillement, d’hygiène corporelle, de lessive, de prévention à la Covid-19 et un thermomètre à mercure. Lire la suite.

Les Baby Box sont constitués de sac Ghana, Bodies croisés, Ensemble chérie, paire de chaussure pour bébé, bonnet, Serviette large, couches lavables, Change plastique, Huile de palmiste, Savon lessive, Savon de Marseille, Thermomètre à mercure, Serviettes hygiéniques, Pagne, Singlet pour homme, Masque lavables en tissus, Gel hydro alcoolique, Bassine de bain et un sceau avec couvercle.

La Représentante Résidente de l’UNFPA pendant son discours.

Le Baby Box ainsi constitué permet  de s’assurer que quels que soit le moment et les conditions dans lesquelles une femme enceinte arrive dans une formation sanitaire, qu’elle dispose gratuitement du minimum requis pour son entretien et celui de son bébé après l’accouchement. Ce dispositif sera mis en place dans 21 formations sanitaires des régions de l’Extrême-nord(430 baby box), du nord(357 baby box), de l’Adamaoua(131 baby box), de l’est(122 baby box), et du centre(220 baby box) avec l’appui technique du Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) et le financement de la banque Islamique  de Développement(BID) dans le cadre du projet d’Appui à la Santé Maternelle, Néonatale et Infantile(PASMNI).

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa Stratégie sectorielle 2016-2027, le Ministère de la santé publique poursuit ses objectifs de réduction de la morbidité et de la mortalité infantile et maternelle. Dans cette perspective, malgré les perturbations enregistrées du fait de la pandémie de la vcovid-19.Cette crise sanitaire a créé quelques bouleversements sur la demande des services de santé de la reproduction par les femmes enceintes qui craignent d’être infectées  par le coronavirus. Il est estimé qu’environ 137.800 accouchements ne pourront pas se réaliser dans les formations sanitaires  à cause desdites perturbations. Mais la riposte intègre l’assurance de la continuité des services et la stratégie de Baby Box en cours de lancement contribue à donner les meilleures conditions d’accès aux services de maternités malgré la Cobvid-19.

Ericien Pascal Nguiamba

C’était à l’occasion de la journée internationale de la sage-femme célébrée le 5 mai 2020 à Yaoundé. Au Cameroun, de concert avec le Ministère de la santé publique et l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), accompagne l’Association des Sages-Femmes et Assimilés du Cameroun(ASFAC), dans la sensibilisation, le plaidoyer et le renforcement institutionnel. D’où cette remise de Dons qui a eu lieu à l’Hôpital Gyneco-Obstétrique et pédiatrique de Yaoundé  en présence de Madame Siti Batoul Oussein, la Représentante de l’UNFPA au Cameroun. Les Détails.

L’UNFPA n’a pas seulement offert du matériel  et des d’équipements de protection individuelle aux sages-femmes du Cameroun qui se trouvent en première ligne de la lutte contre le covid-19. Le message de la Directrice Exécutive de l’UNFPA, Dr. Natalia Kanem l’illustre bien. « Aujourd’hui plus que jamais, nous devons prendre des mesures pour consacrer les sages-femmes en défenseurs infatigables de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles » souligne-t-elle. Elle propose d’ailleurs trois manières d’y contribuer en cette année 2020 désignée Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier. Démontrer le soutien en reconnaissant le rôle crucial des sages-femmes dans la réduction de la morbité et de la mortalité maternelle et néonatales, en faisant circuler l’information ; Célébrer les réalisations des sages-femmes et leurs contributions à l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive, et à la santé maternelle et néonatale. Et Inciter les décideurs à instaurer des changements en faisant pression pour que les sages-femmes soient reconnues comme des professionnelles à part entière et qu’elles disposent des ressources nécessaires. « L’UNFPA loue le travail de l’ensemble des sages-femmes et s’engage à les soutenir, en collaborant avec les gouvernements afin de les protéger du covid-19 » rassure le Dr. Natalia Kanem. Il est donc question plus que jamais de célébrer les sages-femmes, ces héroïnes méconnues, en première ligne de la lutte contre le Covid-19. La cérémonie organisée le 5 mai 2020 a été accompagnée d’une campagne de sensibilisation sur le thème retenu au niveau national portant sur la « contribution des sages-femmes dans la lutte contre le covid-19 ».

Madame Siti Batoul Oussein, la Représentante de l’UNFPA au Cameroun, dévoile la composition du Don.

Madame Siti Batoul Oussein, la Représentante de l’UNFPA au Cameroun, pour sa part, a indiqué que cette initiative menée en collaboration avec l’OMS « rentre dans le cadre de notre plan de riposte lequel s’inscrit dans le plan de préparation et de réponse du système des nations unies en réponse au plan d’urgence que le ministère de la santé a partagé à travers le bureau de la coordination et de la représentation de l’OMS».

La présidente de l’Association des Sages-femmes et Assimilés du Cameroun, Annie Hortense Atchoumi qui considère la sage-femme comme « un rayon de soleil » a souligné que la  sage-femme est une profession médicale aux compétences définies, elle prête d’ailleurs un serment d’Hippocrate. Elle a choisi cette occasion pour poser une doléance importante : « Nous souhaitons que ces sages-femmes soient recrutées si nous voulons atteindre l’objectif essentiel qui est de sauver la vie des femmes dans les maternités et dans le monde » a-t-elle déclaré.

Il faut rappeler que l’Agence des Nations Unies pour la Santé Sexuelle et Reproductive appuie le Ministère de la Santé Publique  et des acteurs du domaine  dans leurs efforts visant à renforcer les capacités institutionnelles pour former, recruter et déployer ces sages-femmes dans les formations sanitaires dotées d’équipements appropriés pour exercer convenablement leurs fonctions.

Ericien Pascal Nguiamba

\"\" Photo de famille des participants à l\’atelier de Yaoundé.

C’était le 3 décembre 2019 à Yaoundé au cours d’un atelier présidé par le Secrétaire d\’Etat à la santé publique, Alim Hayatou. En présence de la Représente Résidente du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA),Siti Batoul Oussein.
L\’un des piliers de réduction de la mortalité maternelle est l\’offre des Soins Obstétricaux Néonataux essentiels d’urgence. Les SONEU sont donc l’ensemble des soins essentiels offerts à la fête lors de sa grossesse et l\’accouchement et au nouveau-né.
Il était  également question au cours de cet atelier d’établir un consensus sur la stratégie de la réduction de la mortalité maternelle que représente le monitoring Soneu en se basant sur les orientations politiques nationales, la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable.
Le système de monitoring SONEU est un système national qui couvre l\’ensemble des 10 régions du pays. C’est un monitoring trimestriel qui devrait permettre d’évaluer de manière comparative la qualité des SONEU offerts dans les formations sanitaires et faire une analyse de performance. «Le Monitoring SONEU nous permettra de comparer les performance en Soneu de toutes les formations sanitaires du pays, mais aussi de faire une analyse causale des contre-performances et suggérer des plans pour l’amélioration» a déclaré Alim Hayatou. Avant d\’ajouter que «pour l\’efficacité du Monitoring SONEU, il est indispensable de mettre à jour la cartographie régionale des Fosa Soneu». La réduction de la mortalité maternelle élevée est et reste une préoccupation majeure de santé publique au Cameroun. «UNFPA en alignement au programme d’action de la conférence internationale pour la population et le développement (CIPD), s\’engage auprès du Cameroun à atteindre trois zéro d\’ici à 2030 : ZERO décès maternel évitable, ZERO besoin non satisfait en PF(planning familial), et ZÉRO violence basée sur le genre et pratique néfaste» a souligné la Représentante Résidente de l’unfpa au Cameroun Siti Batoul Oussein.
Ericien Pascal Nguiamba