\"APE\"

L’Accord de Partenariat Economique (APE) intérimaire signé le 15 janvier 2009 entre le Cameroun et l’Union européenne, puis ratifié par le Parlement camerounais au cours de sa session ordinaire de juin 2014, est entré en vigueur le 4 août 2016.Voici les éclairages de l’Union Européenne.

MARCHANDISES NON LIBÉRALISÉES DANS L\’APE INTÉRIMAIRE CAMEROUN-UE

Premièrement, et ceci est très important, le Cameroun a choisi d’exclure un certain nombre de produits transformés, agricoles et non agricoles, de la libéralisation des importations de l\’UE, principalement pour assurer la protection de certaines de ses industries et marchés agricoles sensibles, mais aussi pour préserver ses recettes fiscales :

Tous les produits agricoles et autres animaux qui sont cultivés ou élevés et transformés au Cameroun et qui pourraient être sensibles à la concurrence des importations européennes sont protégés: par exemple les chocolats, les pâtes alimentaires, les confitures, les jus, les eaux minérales, les boissons alcoolisées et les tabacs, les viandes, le lait et les produits laitiers, ou le café.
Certains produits liés àØ l\’industrie chimique comme les cosmétiques, les peintures, les savons ou les allumettes sont également protégés.
Parmi les métaux, sont exclus de la libéralisation l\’aluminium et ses produits de base.Ø
Parmi les textiles, le coton et les laines sont exclus, ainsi que la plupart des vêtements.Ø
Ø Dans le secteur du bois, la plupart des produits transformés sont exclus, ainsi que dans le secteur des plastiques (par exemple tous les meubles en bois ou en plastique).
Finalement, plusieurs minérauxØ ainsi que leurs dérivés, comme le marbre ou le travertin sont exclus, ainsi que les ouvrages en métaux précieux et la bijouterie.
Ainsi, la mise en œuvre de l\’APE ne se traduira nullement par une invasion de produits européens dans le marché camerounais. Au contraire, l\’APE intérimaire a été conçu afin de promouvoir la capacité productive du système économique camerounais, tout en protégeant la production locale d\’une éventuelle concurrence excessive de produits européens à l\’avenir.

MARCHANDISES LIBÉRALISÉES DANS L\’APE INTÉRIMAIRE

Toutes les exportations camerounaises entrent dans l\’Union européenne duty free and quota free depuis le 1er janvier 2008 (à l\’exception des périodes de transition pour le riz, jusqu\’au début de 2010, et pour le sucre, 2015). Il s\’agit d\’une amélioration significative par rapport au précédent régime commercial de Cotonou. En contrepartie, le Cameroun s\’est engagé à libéraliser 80% des importations en provenance de l\’UE sur une période de 15 années à partir du 1er janvier 2008. L\’élimination des tarifs à l\’importation réduira les prix des intrants et de certains biens de consommation, bénéficiant ainsi aux entreprises locales et aux consommateurs.

Le calendrier de démantèlement tarifaire est organisé sur la base de trois catégories de produits :

Les produits appartenant à la première catégorie seront totalement libéralisés après 5 ans. Il s\’agit de machines industrielles et de haute technologie, comme les turbines, les grues, les machines à coudre, à scier, les ordinateurs; mais aussi de produits de première nécessité comme les médicaments, les appareils médicaux, les produits chimiques de base ;
Les produits relevant de la deuxième catégorie seront totalement libéralisés après 9 ans. Il s\’agit de véhicules pour le transport de marchandises, de remorques, de tracteurs, d\’autres machines et appareils industriels et électriques, de produits en fer ou acier et d\’autres métaux bruts ou semi-finis, de certains papiers et cartons, de produits en caoutchouc semi-fini ;
Enfin, d\’autres produits ne seront totalement libéralisés qu\’au bout de 15 ans. Il s’agit principalement de machines et de véhicules à usage privé, de produits agroalimentaires non produits ni transformés au Cameroun, et de produits de consommation de diverses natures.

 

 

\"Minepat

Au cours de la 13è session ordinaire du Comité chargé du suivi de la mise en œuvre de l’accord de partenariat économique bilatéral Cameroun-Union Européenne, le Président dudit Comité, Jean Tchoffo, par ailleurs Secrétaire Général du Ministère en charge de l’économie, a déclaré que le Cameroun est prêt pour le démantèlement à partir du 4 août 2016.

La 13è session ordinaire du Comité chargé du suivi de la mise en œuvre de l’accord de partenariat économique bilatéral Cameroun-Union Européenne(CSMO-APEB/CAM-UE), tenu hier 6 juin 2016 à Yaoundé  devait entre autres examiner et adopter le projet de compte-rendu  de la 12è session tenue le 2 février 2016, mais aussi et surtout de valider le projet de texte sur les règles d’origine.

En ce qui concerne le démantèlement « Le Cameroun est prêt à partir du 4 août 2016, d’où la tenue de la présente cession, au cours de laquelle il y aura une question clé qui sera évoquée celle de la validation des règles d’origines qui constituaient un préalable au processus de démantèlement » a déclaré à la presse le Président du Comité. D’ailleurs « il y aura une réunion des ministres prévue à Douala sur haute instruction du Chef de l’Etat, le vendredi 17 juin pour pouvoir nous assurer que la sous région nous suit bien dans cette démarche ou pas » a ajouté Jean Tchoffo.

\"Minepat4\"

Le Secrétaire Général du Ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire explique aussi que « Le Cameroun a eu intérêt à aller vers cet accord (et que) les autres pays de la sous région qui n’ont pas une économie aussi diversifiée que celle du Cameroun, n’ont pas eu le même intérêt (et), ont essayé de faire piétiner les négociations. Mais je crois qu’aujourd’hui nous avons tous intérêt à avancer car à partir du 1er octobre de cette année, il n’y aura plus de négociation possible dans le cadre des APE. C’est la décision prise par l’Union Européenne, je crois que les autres pays commencent à comprendre  et Douala permettra d’avoir des avancées notables dans ce domaine ».

Autre sujet débattu au cours de cette 13è session, la préparation de la 40è session du Comité Régional de Coordination des négociations APE Afrique Centrale et de la 4è réunion du Comité des Ministres en Charge des Négociations APE Afrique Centrale(COMINA), prévu du 13 au 17 juin 2016 à Douala.

Ericien Pascal Nguiamba

 

\"Union

Voici en intégralité le discours de l\’Ambassadeur-Chef de Délégation de l\’Union européenne au Cameroun prononcé le 9 mai 2016 dans le cadre de la célébration de la Journée de l\’Europe. C’était à sa résidence à Yaoundé.

\”Je suis une fois de plus honorée et heureuse de vous accueillir ici dans cette résidence à l\’occasion de la célébration de notre fête de l\’Europe.

Le 09 mai commémore en effet la Déclaration Schumann délivrée à Paris en 1950. Robert Schumann, l\’un des Pères fondateurs, qui rappelait utilement \”L\’Europe n\’a pas été faite, nous avons eu la guerre. L\’Europe ne se fera pas d\’un coup, ni dans une réalisation d\’ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d\’abord une solidarité de fait\”.

La sagesse de cette analyse semble résonner plus que jamais.

L\’année écoulée a vu en effet la guerre aux marches de l\’Europe et aux frontières du Cameroun, j\’y reviendrai.

Permettez-moi cependant, avant de passer en revue notre actualité, nos actions et nos ambitions de rendre hommage à tous ceux et celles qui luttent et combattent pour la paix et la sécurité, qu\’ils s\’agissent des militaires, des policiers ou des citoyens camerounais. Nos pensées vont aussi aux victimes ici au Cameroun, en Méditerranée, au Moyen Orient ou en Europe, à toutes les victimes du terrorisme, de l\’instabilité, mais aussi de l\’absence de protection.

Pour l\’Europe, année de tous les dangers mais aussi porteuse d\’espoir. Les auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles voulaient toucher le cœur de nos sociétés, de nos valeurs et de notre tolérance. Ils ont échoué.

Combinés à la crise économique et migratoire, ils ont toutefois contribué à la renaissance de la peur de l\’autre et à la tentation du repli sur soi. Sans doute, devons-nous écouter le Président Obama qui rappelle aux Européens, je cite, \” la grandeur de ce que vous avez accompli. Cette construction reste l\’une des plus grandes réalisations économiques et politiques de l\’époque contemporaine\”.

Excellence, Monsieur le Ministre, Chers invités,

En dépit de ses difficultés internes, l\’Europe continue à se tourner vers le monde et à chercher des solutions ensemble.

Notre partenariat avec l\’Afrique se poursuit dans cet esprit. Le sommet de La Valette, tenu avec les pays concernés en novembre dernier, dont le Cameroun, a permis de réaffirmer notre engagement commun à lutter contre les causes profondes de la migration illégale, à lutter contre les trafiquants, nouveaux prédateurs de la misère humaine, et à ouvrir les possibilités de migration légale pour un bénéfice mutuel.

Dans les faits et pour le Cameroun, ces engagements se traduisent déjà par un dialogue rétabli que nous allons poursuivre et par des décisions de financement supplémentaires à hauteur de 37 €Millions (soit environ 25 Milliards de FCFA) pour trois projets qui bénéficieront aux populations fragilisées de l\’Extrême-Nord et du Nord.

J\’ai déjà mentionné la guerre aux frontières, l\’Union européenne apprécie à sa juste valeur l\’engagement indéfectible du Cameroun dans la lutte contre Boko Haram et participera aux côtés des Etats partenaires invités au Sommet sur la sécurité (dans le bassin du Lac Tchad) à Abuja cette fin de semaine. Comme vous le savez déjà, nous délivrons aussi une aide concrète aux troupes engagées, y compris à celles du Cameroun, via la facilité de paix de l\’Union Africaine et ce à hauteur de 50€ millions pour cette seule action.

Excellence, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs,

J\’en viens donc à notre partenariat avec le Cameroun, plus vivant et plus élargi que jamais, comme en témoigne l\’ouverture effective des bureaux régionaux de notre office humanitaire, ECHO, ainsi que celui de la Banque européenne d\’investissement, représentés ici par leurs Chefs de mission respectifs.

Notre partenariat agité mais aussi stimulé par nos attentes, repose sur nos valeurs communes et les concepts de protection et de solidarité que j\’ai relevés précédemment.

Nous sommes donc présents, la Délégation, nos Etats membres, leurs agences de développement, pas seulement ce soir mais tout au long de l\’année.

Au-delà des chiffres impressionnants, quelques 60 Milliards de FCFA pour l\’Union européenne seule, je ne peux que me réjouir des effets directs et concrets de notre coopération.

Ma récente visite à l\’Ouest et plus particulièrement à Bankondji, village au Sud de Bafang, était exemplaire à cet égard.

Nous soutenons donc un projet conçu et porté par un jeune camerounais de la diaspora qui permet aux populations d\’accéder à l\’eau potable et à l\’électricité. Le Gouvernement italien a désormais pris la relève et la technologie utilisée, innovante mais simple, pourrait servir de modèle pour un développement rural accéléré et durable.

Chers invités,

Aucun discours européen digne de ce nom ne pourrait passer sous silence l\’accord de partenariat économique. Sur ce sujet, je choisis cependant de m\’en remettre prudemment à la sagesse africaine de Koffi Annan \” Des intérêts précis à court terme nuisent à la compréhension du fait que, dans le monde véritablement globalisé, nos destinées sont liées\”.

De fait, j\’ai toute confiance que l\’été verra des développements favorables au bénéfice de tous, consommateurs et entrepreneurs camerounais en premier lieu.

Les Autorités camerounaises, au premier rang desquelles, S.E. M. Paul Biya, Président de la République, Chef de l\’Etat ont en effet montré et démontré leur compréhension d\’un monde aux destinées liées. Lors de la COP 21, pour la lutte contre le réchauffement climatique, pour la préservation des forêts du bassin du Congo, pour l\’accueil des réfugiés et par le rapprochement avec le Nigéria, le Cameroun a assumé avec clairvoyance son rôle de leader dans la sous-région.

Aussi l\’Union européenne, comme amie et partenaire est confiante que cette même clairvoyance servira à la protection des droits de l\’homme et du citoyen, à l\’extension des droits économiques et sociaux de tous et au final à la consolidation de la démocratie.

Excellence, Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de conclure cette allocution par l\’expression de remerciements et de gratitude à tous les talents que je croise au quotidien dans ce jeune pays. Des personnalités artistiques et sportives sont avec nous ce soir et cela est bien sûr lié à quelques-unes de mes passions.

Dans ces domaines, et à la différence des champions ici présents, je dois confesser qu\’il ne me reste qu\’à reprendre l\’adage inspiré de l\’esprit olympique \”l\’important c\’est de participer\”.

Je suis sûre cependant que le Cameroun a des ambitions bien supérieures à celle-là pour les coupes d\’Afrique et je souhaite le meilleur aux footballeuses et footballeurs.

Merci enfin à l\’ensemble du personnel de la Délégation qui rend possible ce bilan positif de nos actions et à l\’équipe de la Résidence pour l\’organisation de la fête ce soir.

Vive la Coopération UE – Cameroun

Vive L\’Union européenne

Je vous remercie de votre attention\”

\"UEOK\" 

Voici les différentes articulations de la visite de travail que S.E. Mme Françoise Collet, Ambassadeur, Chef de Délégation de l\’Union européenne au Cameroun, effectue dans la région de l\’Ouest du 13 au 15 avril 2016.

 

Yaoundeinfo.com a appris qu’à cette occasion, S.E. Mme Françoise Collet rencontrera les autorités administratives et traditionnelles de cette région et donnera une Conférence publique à l\’Université de Dschang, le 14 avril 2016 à 14 heures, sur le thème : \”Politique, Sécurité, Développement, Commerce… L\’action de l\’Union européenne en Afrique et dans le monde\”. Il s\’agira d\’un moment de débat et d\’échanges dont l\’objectif est de permettre à la communauté universitaire, aux étudiants et au grand public en général  de mieux connaitre les enjeux et l\’intérêt du partenariat entre le Cameroun et l\’Union européenne.

L\’Ambassadeur, Chef de Délégation procédera par la suite, le 15 avril 2016, à l\’inauguration officielle du Projet hydrique du Groupement Bankondji (Arrondissement de Bafang), un projet conjointement financé par la Délégation de l\’Union européenne au Cameroun et le Ministère italien des Affaires étrangères.

 

\"UE1\"

L’ouverture officielle de cet office humanitaire de l’Union Européenne(UE) a eu lieu le 6 avril 2016 à Yaoundé en présence de l’Ambassadeur de France au Cameroun, S.E. Mme Christine ROBICHON et de S.E Kunio OKAMURA, Ambassadeur du Japon, Zoom sur le support humanitaire de l’Union Européenne au Cameroun.

L’ouverture du bureau régional de l’aide humanitaire et de la protection civile de l’Union Européenne(ECHO) à Yaoundé est une preuve tangible d’un engagement fort et continu de l’assistance des personnes dans le besoin au Cameroun. Avec cette dimension régionale, l’Union Européenne apporte une expertise aux opérations de terrain dans les secteurs de la protection des populations, de l’assistance alimentaire, de la santé et de la nutrition.

Bon à savoir, l’aide humanitaire de l’Union Européenne a progressivement augmenté pour subvenir aux besoins croissants dans le pays. En effet de 2 millions d’euros en 2012, les montants programmés pour 2016 sont de 19 millions d’euros.

Selon L’ambassadeur Chef de la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun, Françoise Collet, « Cette aide sera en priorité disponible pour les réfugiés, les personnes déplacées internes et les populations locales dans les régions de l’Est,  de l’Adamaoua et de l’Extrême Nord ». Il faut noter que l’assistance humanitaire de l’Union Européenne couvre des domaines critiques tels que la santé, la nutrition, l’accès à l’eau potable, les abris, l’assistance alimentaire et la protection des populations.

Le Cameroun accueille aujourd’hui autour de 331 000 réfugiés dont 72 000 venants du Nigéria ayant trouvé refuge dans la région de l’Extrême Nord. L’autre partie, environ 259 000 proviennent de Centrafrique. Une situation qui représente un grand défi dans un environnement complexe, rendant difficile la couverture de l’ensemble des besoins humanitaires. A cela il faut ajouter les 139 000 personnes déplacés internes qui ont fui la violence le long de la frontière avec le Nigeria.

Et selon les Nations Unies, dans la région de l’Extrême Nord du Cameroun, le nombre de personnes ayant besoin d’une assistance alimentaire d’urgence a triplé depuis juin 2015 et touche plus de 200 000 personnes, et les taux de malnutrition aigue sévère chez les enfants de moins de 5 ans sont au-dessus du seuil d’urgence de 2%.

En rappel, depuis 2010 le Bureau humanitaire de l’Union Européenne(ECHO) travaille sur la problématique de la malnutrition à l’Extrême Nord du Cameroun. En 2014, l’UE a renforcé ses contributions pour atteindre 9 millions d’euros en 2016. Depuis 2010, plus de 50 millions d’euros ont été alloués à l’assistance humanitaire au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba.

\"Motaze\"

Interrogé par nos confrères de « investir au Cameroun », Louis Paul Motaze, Ministre de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, est optimiste sur les retombées des Accords de Partenariats Economiques(APE) entre le Cameroun et l’Union Européenne. Ce qu’il trouve de positif dans ces accords.

« Je pense qu’il faut être positif dans la vie. Au lieu de pleurer ou de critiquer, je pense que le mieux pour nous est de nous poser la question de savoir ce qu’on va tirer des APE. On n’a pas suffisamment dit que les 80% dont vous parlez sont progressifs. Il y a un calendrier de démantèlement. Et je crois me rappeler que la première phase de ce démantèlement concerne les produits qui sont importants pour nous, notamment les équipements, qui serviront à moderniser notre économie » déclare Louis Paul Motaze qui explique que
« Si aujourd’hui vous apprenez, par exemple, que vous pouvez acheter un véhicule qui coûtait 30 millions à 12 millions de FCFA parce que les frais de douane ne s’appliquent plus, dites-moi si c’est une mauvaise ou une bonne chose ! Les premiers produits qui vont faire l’objet de libéralisation ne sont pas des produits qui entrent en concurrence avec les produits fabriqués localement. Ce sont davantage des produits qui vont nous aider à mieux fabriquer les nôtres. Donc, il vaut mieux se dire que les APE, comme toute médaille, ont leur revers, mais intéressons-nous au bon côté de la médaille. Plus nous allons bien exploiter les APE, parce que nous allons importer à moindre coût des équipements qui nous coûtent jusqu’ici trop cher à l’importation, plus nous deviendrons compétitifs ».

Pour le Ministre Louis Paul Motaze « le second avantage des APE c’est l’ouverture des marchés. Nous avons des choses à vendre. Et l’Union européenne se propose de nous ouvrir son marché sans contingentement. De ce point de vue, le problème est que c’est notre production qui risque d’être insuffisante alors que des marchés nous sont ouverts. Comme l’Agoa avec les Américains, les APE sont une possibilité qui nous est offerte d’exporter. Ma conviction c’est qu’aucun pays au monde ne s’est développé en s’enfermant derrière les barrières douanières. Si vous en avez un, montrez-le moi ! J’ai presqu’envie de vous dire qu’ailleurs, la douane n’est pas tellement considérée comme une source de recettes. La douane est considérée comme un instrument de politique industrielle ».

Rédaction yaoundeinfo.com

 

 

\"\"

Cette conférence organisée les 15 et 16 janvier 2016 par la Communauté Urbaine de Yaoundé et l’Association Internationale des Maires Francophones(AIMF) a permis de renforcer la représentation des autorités locales au niveau sous-régional et le vivre-ensemble. Ce qu’il faut savoir.

Près de 100 Maires des capitales et métropoles d’Afrique centrale, parlementaires et fonctionnaires de très haut niveau se sont retrouvés à Yaoundé, capitale du Cameroun, les 15 et 16 janvier 2016 à l’invitation de la Communauté urbaine de Yaoundé et de l’Association Internationale des Maires Francophones(AIMF). Les travaux étaient ouverts par le Ministre camerounais de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel Sadi, en présence de Françoise Collet, Chef de la Délégation de l’Union Européenne auprès du Cameroun, Pierre Baillet, Secrétaire permanent de l’AIMF et Gilbert Tsimi Evouna, Délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé.

On a appris au cours de ces travaux que l’AIMF a noué un partenariat stratégique en 2015 avec la Commission Européenne. Dans l’optique de renforcer et structurer les Associations sous régionales d’autorités locales qui vont relayer les positions de leurs membres au niveau national et régional. Cette conférence a aussi permis d’échanger sur les contours qui pourraient être ceux d’un Réseau des autorités locales de la zone CEMAC et a facilité la mise en lien avec les partenaires et la Commission de la CEMAC elle-même. L’on a aussi appris que Bangui, Douala, Pointe Noire, Libreville, Ndjamena sont tous engagées dans des démarches d’adressage, de mobilisation des recettes et de modernisation de leur gestion financière. Par ailleurs, plusieurs programmes d’envergure, notamment cofinancés par l’AIMF et l’Union européenne, sont en cours. Une communauté d’action qui permettra de tirer, au niveau sous régional, des pistes pour améliorer l’environnement et l’engagement des collectivités locales en la matière. Le rôle majeur que jouent les autorités locales en favorisant le « vivre ensemble » a également été abordé au cours des travaux de Yaoundé. Des travaux qui se sont achevés par une déclaration condamnant les attaques terroristes survenus le 15 janvier à Ouagadougou et surtout une importante convention signée entre l’Association des Femmes Maires du Cameroun et l’AIMF qui a matérialisé cette convention par un financement de 300 milles euros.

Yaoundeinfo.com

\"F

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Délégation de l’Union Européenne au Cameroun s’engage à renforcer les capacités d’intervention du Corps national des Sapeurs Pompiers et de la Police aux frontières dans la Région de l’Extrême-Nord du pays.

La Délégation de l\’Union européenne au Cameroun, en partenariat avec le Corps National des Sapeurs-Pompiers et la Délégation Générale à la Sûreté Nationale, lance le projet d\’\”Appui à l’instauration d’un climat de confiance entre l’Etat et ses administrés dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun\”. Avec une enveloppe de 3.945.000 Euros (plus de 2,5 milliards de FCFA), ce nouveau projet a pour objectif d\’améliorer les capacités d\’interventions des centres d\’urgence des sapeurs-pompiers à Maroua et à Kousseri, ainsi que de quatre postes frontières au Nord et à l\’Extrême-Nord. \”Cette initiative est une réponse concrète de l\’UE à la crise sécuritaire qui affecte actuellement la région de l\’Extrême-Nord. Ce projet ambitieux vise à faire en sorte que les habitants de cette région se sentent davantage en sécurité grâce à des services du Corps National des Sapeurs-Pompiers et de la police aux frontières efficaces et à l\’écoute des personnes les plus vulnérables.\”  a indiqué S.E. Mme Françoise Collet, Ambassadeur, chef de la Délégation de l\’Union européenne au Cameroun. D\’une durée de 18 mois (juillet 2015-janvier 2017), le projet  prévoit entre autres la réhabilitation des centres de secours et de postes frontières, la livraison de matériels roulants, de communication et de détection ainsi que des formations au bénéfice de la police des frontières et du Corps National des Sapeurs-Pompiers.

La Rédaction.