Au menu de l’audience avec le Ministre de la jeunesse et de l’éducation civique, “Education Plus” un projet des Nations Unies, codirigé par ONUSIDA, UNESCO, UNICEF, UNFPA et ONU Femmes. Son objectif principal est de réduire les nouvelles infections à VIH parmi les adolescentes et jeunes femmes, à travers le maintien des filles à l’école jusqu’à la fin du cycle secondaire. Retour sur cette importante audience.

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Éducation Civique Mounouna Foutsou a, dans son propos liminaire au cours de cette audience du 23 juin 2021, salué la présence des responsables des agences Onusiennes ainsi que les actions de coopération entreprises par ces agences avec le Gouvernement Camerounais, actions qui favorisent toujours plus le développement du Cameroun et l’amélioration des conditions de vie de ses citoyens.  En ce qui concerne le projet «Education Plus», la chef de délégation, Madame Savina Ammassari, Directrice pays de l’ONUSIDA pour le Cameroun a indiqué que « Education Plus » est un projet des Nations Unies, codirigé par ONUSIDA, UNESCO, UNICEF, UNFPA et ONU Femmes. Son objectif principal est de réduire les nouvelles infections à VIH parmi les adolescentes et jeunes femmes, à travers le maintien des filles à l’école jusqu’à la fin du secondaire. En effet, la scolarisation prolongée est un moyen important pour la protection contre le VIH mais vise également à renforcer l’autonomie des adolescents et des jeunes femmes pour pleinement jouer leur rôle dans la société.C’est une initiative de sensibilisation, de mobilisation et de plaidoyer visant à inciter les acteurs à s’engager dans la mobilisation des ressources financières et des partenaires en vue de renforcer les politiques et programmes en faveur des adolescentes et des jeunes femmes.
Le projet «Education Plus » est la salutaire pour plusieurs raisons. Les filles âgées de 15 à 24 ans sont de loin plus infectées au SIDA que leurs congénères de sexe masculin. Il est donc question d’agir pour réduire ces inégalités qui nuisent fondamentalement au développement de cette frange sensible de la population. De plus, au vu du caractère multidimensionnel du problème, les Agences du Système des Nations Unies ont opté pour une approche multisectorielle.
En terme de statistiques rappelées par la représentante résidente UNFPA au Cameroun Siti Batoul Oussein, 41% des filles ont une connaissance complète du VIH, 20% chez les filles de 15-24 ans contre moins d’1% chez les jeunes garçons de la même tranche d’âge, 19% des filles de la même tranche d’âge ont déjà eu un enfant, L’utilisation de la contraception n’est pas répandue auprès des jeunes filles.
Conséquemment, il y a élévation du taux de mortalité néonatale, sujet qui interpelle tant le SNU que le Gouvernement Camerounais.
En terme de Perspectives et synergie d’action, la représentante UNESCO a parlé de  l’apport de l’éducation dans le cadre de «Education Plus» en soulignant qu’il concerne à la fois les plans formel et informel. Ce travail nécessitant la formation des enseignants Camerounais pour atteindre ce but de façon optimale. D’après elle, les perspectives futures de collaboration pourraient concerner l’amélioration des curricula d’éducation, un accent particulier sur l’éducation non formelle, la prise en compte des personnes handicapées, vulnérables. Elle a achevé son propos en rappelant la synergie des Agences Onusiennes pour les financements et la recherche de financements afin de faciliter l’implémentation des différents projets ciblant la Jeunesse.
Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique, Mounouna Foutsou, a à la suite des responsables onusiens rappelé l’importance des Centres Multifonctionnels de Promotion des Jeunes. Il a souligné que ce sont en réalité des structures rattachées au MINJEC, dans lesquelles peuvent agir des acteurs publics ou même privés. De plus, le système de fonctionnement des CMPJ peut permettre un développement de l’éducation non formelle tel que mentionné précédemment par les responsables. Un accent pourrait être mis sur le développement de ces structures pour véritablement accompagner le projet «Education Plus». Le Ministre a souligné par ailleurs l’importance d’une synergie afin d’intégrer l’initiative Youth Connekt au projet présenté pour faciliter la communication auprès des jeunes.
Enfin, Mounouna Foutsou a déclaré son adhésion aux initiatives de ce projet et sa satisfaction pour la mise sur pied de cette large synergie. Aussi il s’agit d’ajouter ces deux éléments au projet «Education Plus» afin de le renforcer : un accent sur les CMPJ, l’initiative Youth Connekt..
Pour sa part, le Secrétaire Général du MINJEC, Zachée Robert Théophile BENGA a salué cette initiative qui vise l’amélioration des conditions de vie des jeunes.Toutefois, étant donné que la question est globale, il a exprimé le souhait que la logique de travail soit de plus en plus orientée sur des plans d’actions globales plutôt que sur des actions ponctuelles. Il a par ailleurs souligné qu’il reste disposé avec les équipes du Ministère pour une meilleure synergie. «Nous devons approfondir la cartographie des opportunités qui existent déjà» a déclaré le chef de délégation dans son mot de fin. Ceci afin de valoriser ce qui existe déjà et déterminer le travail qui reste à faire. Il s’agit aussi de permettre des actions ciblées et directes, éviter des pertes d’énergie dans la dynamique de travail. Elle a enfin exprimé le souhait que le Ministre assigne un point focal à la structure de coordination multisectorielle mise en place. ”Nous restons engagés et mobilisés….Nous mettrons à votre disposition un point focal dans de brefs délais». a déclaré à la fin de l’audience Mounouna Foutsou qui a par la suite souhaité bonne chance à l’initiative “Education Plus” en insistant sur la nécessité des actions en synergie.
Yaoundeinfo.com
Contact Rédaction 00237 699843976.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *