La célébration de la 31ème édition de la Journée de l’Enfant Africain constitue une opportunité majeure pour une meilleure connaissance de la situation des enfants en proie à des situations de violences, de maltraitances, d’abus et d’exploitation. Voici pourquoi Cameroun, à travers le ministère des affaires sociales, a décidé d’organiser la 31e édition sous le thème national ” Protéger chaque enfant contre la violence, l’exploitation, les négligences et les abus : une priorité pour le Gouvernement camerounais ».

C’est au cours de la cérémonie de lancement officiel des activités marquant la célébration de la 31e édition de la Journée de l’Enfant Africain (JEA) que présidait le Secrétaire général du ministère des affaires sociales Panje Beryl Itoe, le 1er juin 2021 au Cercle Municipal de Yaoundé(photo) que le Cameroun a dévoilé l’importance de cette célébration.
Ainsi, si des données statistiques sur l’ampleur de ces phénomènes restent encore difficiles à cerner, l’occasion permettra d’en faire mieux appréhender les différents contours, les effets et conséquences, et surtout d’envisager l’avenir avec plus d’optimisme, c’est-à-dire dénué de toutes formes de violences, d’exploitation, de négligence et d’abus sur les enfants.
L’objectif général visé par la célébration de cette 31ème édition de la Journée de l’Enfant
Africain est de procéder à une évaluation prospective des actions de lutte contre les violences, abus, négligences et exploitation des enfants au Cameroun. Concrètement, il sera question d’identifier et faire mieux connaitre les différentes formes de violences, abus, exploitation et négligences dont sont victimes les enfants ; Inventorier les stratégies, actions et activités mises en œuvre pour y faire face ; Déterminer les conséquences et répercussions des violences et abus à l’égard des enfants
sur la stabilité et l’équilibre de la société ; Identifier de nouvelles stratégies de prévention et de lutte contre ces fléaux au Cameroun ; Vulgariser les instruments juridiques en vigueur pour lutter contre les violences, abus, maltraitances et exploitation des enfants.
Plusieurs activités sont prévues à cet effet à savoir outre le lancement officiel des activités et du Mois Camerounais de l’Enfance ;l’Installation de l’équipe focale intersectorielle de protection de l’enfant ; la Tenue du Conseil de Direction du Centre et d’Observation (CAO) ; la Tenue de la 2ème Session, au titre de l’année 2021, de la Plateforme Nationale de Protection
Sociale de l’Enfant au Cameroun, y compris celui en situation d’urgence ; la tenue de la 22ème Session du Parlement des Enfants ; la Rencontre de Plaidoyer avec les parlementaires et différents acteurs sociaux ; et la Célébration de la 31ème édition de la JEA le 16 juin 2021. Pour cette célébration de la 31ème édition de la
Journée de l’Enfant Africain, le Cameroun entend, comme par le passé, s’appuyer sur la thématique retenue par l’Union Africaine, tout en tenant compte des préoccupations majeures qui entravent encore la pleine jouissance par ses enfants des droits qui leur sont reconnus. C’est à ce titre que l’appel
lancé par l’Union Africaine pour une
accélération de la mise en œuvre de
l’agenda 2040 va surtout trouver un écho
cette année à travers l’aspiration 7 ; d’où le choix d’un thème national, à savoir : «Protéger chaque enfant contre la violence, l’exploitation, les négligences et les abus : une priorité pour le Gouvernement camerounais».
Ericien Pascal Nguiamba

Voici en intégralité la réaction du Député et Président national du PCRN, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle au Cameroun. Lire.

AUGMENTATION DES FRAIS DU PASSEPORT : FINANCEMENT DE LA GABEGIE

Par Cabral Libii, Député et président national du PCRN

La loi de finances 2021 votée par l’Assemblée Nationale le 17 décembre 2020, vient de connaitre deux (02) amendements par ordonnances en l’espace de deux (02) semaines, le 26 mai et le 7 juin 2021. La légifération budgétaire par décret prend un relief outrancier qui interroge, ce d’autant que la dernière ordonnance, celle du 7 juin 2021, augmente de près de 32%, les frais de délivrance du passeport qui passe de 75 000 à 110 000 FCFA à compter du 1er juillet 2021.

Il convient de rappeler que 27 mai 2021, au lendemain de la signature de la première ordonnance, le FMI et le Cameroun ont conclu un nouveau programme d’ajustement soutenu par la Facilité de Crédit Elargie et le Mécanisme Elargi de Crédit.

Au regard de la teneur de cet accord, on comprend aisément pourquoi le Cameroun a « souscrit à la conditionnalité » de signer une ordonnance la veille, par laquelle il plafonne à 750 milliards de FCFA ses emprunts non-concessionnels, c’est-à-dire des prêts aux taux d’intérêts courants du marché financier qui dans un contexte d’endettement frénétique (plus de 9 000 milliards en décembre 2021 soit près de 50% du PIB), soulèvent le problème de soutenabilité d’autant que la Gouvernance du système dirigeant limite considérablement la productivité des investissements en capital de l’Etat (lente absorption des financements en raison de faibles taux d’exécution physico-financière, budgétisation des projets non matures et forte corruption tant privée que publique).

Cet extrait du communiqué publié par le FMI le 27 mai 2021 l’atteste : « Compte tenu du risque élevé de surendettement du Cameroun, les efforts visant à renforcer la gestion de la dette publique et à limiter les emprunts non concessionnels restent essentiels pour assurer la viabilité extérieure. En conséquence, le programme limitera les emprunts non concessionnels aux projets qui sont essentiels pour le développement national et qui font partie intégrante de la SND-30 et pour lesquels un financement concessionnel n’est pas disponible ».

Cette souscription prudentielle du Cameroun présente néanmoins un avantage opportuniste. Compte tenu des taux d’intérêts favorables qui prévalent actuellement sur les marchés financiers du fait du contexte post-covid, l’option prise par l’ordonnance du 26 mai 2021 permettra de lever sur le marché international une dette en Eurobonds de 450 milliards, pour refinancer celle de 375 milliards de FCFA en principal souscrite le 19 novembre 2015, toujours en Eurobond (REPCAM9.5% à la Bourse de Dublin), avec un taux de couverture de 98% et un taux d’intérêt de près de 10%. Un échec cuisant à l’époque. Ce rachat provoque mécaniquement un rallongement des délais de remboursement mais également un relèvement des prévisions de recettes de l’Etat. Par ailleurs, la perspective de la validation probable par le conseil d’administration du FMI du nouveau programme économique 2021-2023 constitue le second levier de la stratégie du Gouvernement qui mise sur de nouvelles facilités de crédits d’au moins 375 milliards de FCFA. Ce qui pourrait justifier l’augmentation (ajustement à la hausse) du budget de l’Etat de plus de 600 milliards pour l’exercice en cours.

L’agitation par ordonnances du Président de la République n’est donc qu’une parure qui masque « un mouvement sur place » ponctué d’acrobaties d’endettement pour essayer de sauver la face d’une économie placée en lente agonie par la gabegie et l’absence de choix stratégiques idoines.

Le comble est que pour s’« oxygéner », le Gouvernement s’empresse de s’acharner sur les citoyens en augmentant de près de 32%, par la même pirouette, les droits de timbre du passeport. Cette initiative participe certainement d’une volonté légitime d’élargissement de l’assiette fiscale par une imposition accrue des revenus des personnes physiques. Le rétablissement dans la loi de finances de 2021 de la déclaration universelle pourtant supprimée en 2004, participe assurément de cela.

Mais une fois encore, à l’improviste, « dans le dos » des représentants du peuple, l’adoption de cette mesure atteste de la fébrilité et du refus par le Gouvernement de reconsidérer ses orientations budgétaires. Plus insoutenable, est l’option d’accroissement de la pression fiscale sur les citoyens dans un contexte où le pays tout entier est foudroyé par de fortes rumeurs de scandales financiers liés à la CAN et à la lutte contre le COVID, alimentés par la circulation de documents portant les sceaux de l’Etat et des membres du Gouvernement et contenant des informations effarantes au sujet desquelles ni le Gouvernement, ni la justice ne s’empressent d’apporter la moindre élucidation. Toutes choses qui laissent prospérer toutes sortes de spéculations et l’amère impression que le Gouvernement est plus préoccupé à financer sa scandaleuse beuverie qu’à apporter des gages de bonne gouvernance, même visiblement au bord de la faillite. Et c’est dans cette atmosphère pesante que l’on découvre l’augmentation de 50 milliards du fameux fonds spécial dit DE SOLIDARITE NATIONALE prétendument destiné à la lutte contre le covid-19…

Il n’y a pas de doute que les expectatives exprimées par le FMI à l’issue des réunions du 13 au 27 mai 2021 sont d’ores et déjà mises en doute : « La politique budgétaire du programme devrait élargir la base des recettes non pétrolières, réduire les exonérations fiscales discrétionnaires, lutter contre la fraude et l’évasion fiscales et améliorer l’administration fiscale et douanière. L’achèvement de la réforme du compte unique du Trésor et le recours réduit aux interventions directes et aux procédures de dépenses exceptionnelles contribueront à améliorer la gestion de la trésorerie et l’exécution du budget et à renforcer la transparence budgétaire et la crédibilité budgétaire ».

C’est donc le lieu de souligner que l’élargissement de l’assiette fiscale appelle urgemment, entre autres :

à l’application effective et rigoureuse de l’article 18 de l’Instruction N°007/GR/2019 du 10 juin 2019 fixant les conditions et modalités de déclaration, domiciliation et de règlements des importations de biens et services, consécutive au Règlement N°02/18/CEMAC/UMAC/CM 21 décembre 2018 complété par la Lettre Circulaire N°025/GR/2019 du 09 décembre 2019 relative à la documentation à fournir à la banque de règlement ;

au renoncement ferme des mauvaises pratiques administratives (doctrines fiscales intempestives, rescrits erga omnes, dégrèvements d’impôts déclarés par le contribuable lui-même ou d’amendes et pénalités réputées non susceptibles de dégrèvement, usage abusif du pouvoir hiérarchique) qui institutionnalisent l’évasion fiscale et parfois le refus de l’impôt ;

à la rationalisation des procédures de surveillance instantanée de la qualité des déclarations souscrites par les contribuables ;

à la modernisation (dématérialisation sur une plateforme unique commune à tous les acteurs économiques) de la facturation de la TVA jusqu’au remboursement du crédit subséquent pour les contribuables éligibles, ce qui devrait conduire à l’implémentation d’un système intégré de gestion de l’impôt ;

à la réforme des structures spécialisées dédiées à l’enregistrement de la commande publique, les successions, les transactions foncières et les automobiles en vue de limiter au plus près les manipulations et détournements de dossiers et de recettes. Trop de procédures pendantes en justice ou devant les officiers de police judiciaire révèlent le niveau de prédation qui y règne au détriment exclusif du trésor public malgré l’inflation des dépenses budgétaires d’années en années, la bulle immobilière des grandes villes, l’accroissement du parc automobile ;

à une évaluation rigoureuse de l’impact des premières mesures des APE sur l’investissement à travers la promesse d’accroissement de la compétitivité des entreprises existantes lors de leur signature et l’impact sur la création de nouvelles entreprises dans l’agro-alimentaire notamment ;

à une évaluation objective des retombées de la loi N° 2013/004 du 18 avril 2013 fixant les incitations à l’investissement privé en république du Cameroun.

 

Les deux parties ont signé une convention de partenariat le 2 juin 2021 au campus A de l’institut universitaire de la côte de lignes. Les détails.

« Les jeunes ayant une formation et une éducation solides auront naturellement plus de chances de devenir des citoyens responsables et de trouver un emploi ». Ce message du Chef de l’État Paul Biya à la jeunesse en février 2020 a amené Huawei Cameroun à développer davantage le secteur de l’éducation au TIC au Cameroun d’où la convention signée le 02 juin 2021 entre Huawei Cameroun et l’IUC.


Le partenariat entre le géant chinois des télécommunications et l’IUC permettra aux étudiants de l’IUC  d’augmenter leurs compétences en TIC grâce à l’appui et l’expertise de Huawei qui est reconnu comme un géant dans le secteur. Ces derniers grâce à ces compétences seront compétitifs sur le marché de l’emploi et pourront saisir les opportunités de l’ère numérique au Cameroun et sur le plan international.
Bon à savoir, depuis 2013 huawei a lancé son programme « Huawei ICT Academy » qui est un projet de coopération école-entreprise impliquant des établissements d’enseignement supérieur pour aider à bâtir cet écosystème de talents. Associé officiellement au MINESUP depuis 2018 dans le cadre du lancement des programmes « Huawei ICT Academy » au Cameroun, c’est plus de 1000 étudiants et enseignants  qui ont déjà été formés par Huawei.
Pour Paul Nguimezap le promoteur de l’institut universitaire de la Côte, « c’est une grosse plus-value que Huawei donne aux étudiants de l’IUC à travers cette initiative. Ces derniers sont de plus en plus sollicités en entreprise grâce à ces formations. Notre but ultime étant de former pour l’entreprise, il va se soit que c’est un partenariat qui nous satisfait pleinement ».


Edmonde DJIOKENG Teboh, Directrice des Relations Publiques de Huawei zone CEMAC souligne que “L’IUC est l’un des premiers établissements du Cameroun à souscrire au programme ‘Huawei ICT Academy’ au Cameroun. Après un premier contrat qui était considéré comme un essai, nous pouvons constater que plusieurs étudiants sont aujourd’hui passés par cette formation”.
L’objectif à terme pour Huawei est la formation de 2000 étudiants de talents en TIC.
Yaoundeinfo.com

Au cours du webinaire « Digital : la clé de la renaissance des PME », organisé le 27 mai 2021, Edmonde DJIOKENG TEBOH (Directrice des Relations Publiques de Huawei zone CEMAC) a porté haut la voix et la vision de Huawei.  Le géant chinois des télécommunications estime qu’il est nécessaire d’investir dans le numérique pour favoriser l’automatisation et l’amélioration des capacités numériques et de gestion des risques des PME.

Il faut noter que cette rencontre en ligne réunissait de hauts responsables de diverses nationalités : Kouassi Kouamé Brice, Secrétaire d’État au ministère de la Fonction publique en Côte d’Ivoire, Zakaria El Moujahid, Directeur Ecosystème Digital de l’Agence digital du développement au Maroc, Jean Marie Louis Bagda, DG de l’Agence de promotion des PME au Cameroun. C’était sous la modération de Cathie-Rosalie Joly du cabinet Bird & Bird basé en France.

Edmonde DJIOKENG TEBOH a exposé sur Comment profiter de l’extraordinaire potentiel de la digitalisation pour développer et moderniser la PME africaine ? Les freins à cette digitalisation et comment les surmonter, les infrastructures technologiques sont nécessaires pour accompagner ce processus, l’importance d’instaurer une culture digitale au sein des managers des PME etc…

Pour la Directrice des Relations Publiques de Huawei Cameroun zone CEMAC, il est nécessaire d’investir dans le numérique afin de favoriser l’automatisation et l’amélioration des capacités numériques et de gestion des risques des PME. Huawei est d’ailleurs pleinement engagé dans la formation des jeunes dans le Domaine des TIC, au travers  de différents programmes d’accompagnement comme TECH4ALL, Seeds for the Future et ICT Academy. L’objectif ici étant de les former aux métiers du numérique et de faire émerger les nouveaux talents.

Edmonde DJIOKENG TEBOH a également expliqué au cours de ce webinaire la nécessité pour les managers, les investisseurs et notamment les PME, de se former à l’usage et à l’importance du numérique comme outil de développement de leurs entreprises. Au regard des avantages qu’apporte la culture digitale notamment une dynamique d’intégration des enjeux profitable à tous. Aujourd’hui, le Digital est devenu un véritable outil qui permet de communiquer et de vulgariser l’offre des produits et services d’une entreprise, de les commercialiser à grande échelle. Le Digital permettra aux PME d’aller à la rencontre des investisseurs et bailleurs de fonds sans avoir à se déplacer physiquement. De créer une notoriété sur la durée et un référencement, une crédibilité indéniable auprès des partenaires Financiers.

La mise sur pied  du programme de formation Huawei ICT Academy dédié aux Universités et ouvert à l’international va dans ce sens. Grace à ce projet, les Universités participantes accèdent à des cours de TIC dispensés par des instructeurs de Huawei agréés. Rappelons que cette académie Huawei prépare les élèves à relever les défis mais également à saisir les opportunités créées par l’évolution rapide et les innovations multiples de l’industrie des TIC. Elle  produit des ingénieurs multi-qualifiés, aptes à travailler sur les technologies actuelles et du futur.

Yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699843976

Le Parrain de l’Opération “Vive l’école dans le Mayo Danay” offre 3300 actes de naissance à raison de 300 par arrondissement. Cette opération va permettre aux écoliers nécessiteux et aux jeunes filles de poursuivre sereinement leurs études. Les réseaux des femmes de Maga et de Yagoua, le Tribunal de Grande instance du Mayo Danay et le parquet de Yagoua ont chacun, bénéficié d’un ordinateur complet (Écran, unité centrale, onduleur, imprimante…). C’était le 31 mai 2021 à l’esplanade de la commune de Yagoua. Les détails.

Le constat est triste. Des milliers de jeunes élèves arrivés en fin du cycle primaire ne parviennent pas à présenter le Certificat d’études primaire et l’entrée en 6eme ou 1ere année du secondaire. Leur seul péché est celui de n’avoir pas eu la chance à leur naissance, de bénéficier de l’établissement d’un acte. Les raisons sont diverses et variées. Ignorance, pauvreté, négligence des parents, disponibilité des centres d’état civil entre autres.  Aussi, l’éducation de la jeune fille du Mayo Danay préoccupe l’élite dans un contexte où l’informatique est de plus en plus incontournable.

Le Ministre Mounouna Foutsou pendant son allocution lors de cette cérémonie.

Afin d’apporter un début de solution à cette situation, le lundi 31 mai 2021, le Parrain de l’Opération Vive l’école dans le Mayo Danay offre 3300 actes de naissance à raison de 300 par arrondissement. Les réseaux des femmes de Maga et de Yagoua, le Tribunal de Grande instance du Mayo Danay et le parquet de Yagoua ont chacun, bénéficié d’un ordinateur complet (Écran, unité centrale, onduleur, imprimante…) à l’esplanade de la commune de Yagoua. « Il s’agit pour nous de faciliter l’obtention de ce document indispensable à chaque être humain, mieux, aux écoliers, et de contribuer à notre façon, à l’éducation de la jeune fille de notre département », a dit Mounouna Foutsou, le Minjec. Un geste qui s’aligne à la vision de l’Opération vive l’école dans le Mayo Danay, l’un des projets de l’Association pour le développement du Mayo Danay, dont la voix est portée à l’occasion, par Gabriel Wouldi, son Secrétaire technique.

Au nom des bénéficiaires, Mme Korotangou Cameroun, a promis en faire bon usage. Aux femmes comme aux 11 Sous-préfets, le Préfet du Mayo Danay a demandé un bon usage. Manu Diguir a lancé l’appel aux maires ainsi qu’aux élites, de contribuer à l’établissement massif des actes de naissance aux écoliers ainsi qu’à d’autres nécessiteux.

Yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699843976

La grande tournée de remerciement des militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (rdpc) du Ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique(Minjec) l’a conduit samedi 29 mai 2021 tour à tour dans le Grand Guéré, Bougoudoum, Gobo et Guéré. Il n’y est pas allé les mains vides. Un nouveau pacte de confiance a été scellé entre les populations de ces localités et le parti de Paul Biya que valorise autant que faire se peut le Ministre Mounouna Foutsou dans le Mayo Danay, Région de l’Extrême-nord.

Le Ministre Mounouna Foutsou

 

Le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique Mounouna Foutsou était donc dans son bastion politique où il  a mené quelques activités sociopolitiques. D’abord le Grand Guéré. Le Canton de Bangana est le premier à accueillir la caravane de la tournée de remerciement des militantes, militants et sympathisants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). C’est une succession d’interventions et de remise de dons qui ont meublé la première étape de Bangana.

Sa Majesté Wourlina Kampété du Canton Savoutsou dans son mot de bienvenue a appelé sa population à accorder une oreille attentive à ses hôtes. La Présidente de la Section Of Rdpc du Mayo Danay Sud Est 1 a salué l’initiative. Elle a saisi l’occasion pour plaider au nom de ses “sœurs”. ” Nous les femmes, appelons votre attention pour notre autonomisation. Nous voulons toutes, être formées en entrepreneuriat, ainsi nous mènerons à bien nos activités génératrices de revenus”, a-t-elle expliqué.

Parlant au nom de l’élite militante du Rdpc, Mounouna Foutsou, a dit être venu soutenir le jeune honorable dans sa tournée de remerciement. À cet effet, le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique a fait savoir qu’ils ne sont pas venus les mains vides. Des sacs de semences améliorées des variétés de céréales (mil / sorgo et maïs) et des oléagineuses ont été remis à cette occasion aux populations. Aux femmes, le membre du gouvernement dira : “Je vais mettre à votre disposition, un revolving fund pour que chacune de vous, puisse bénéficier d’un crédit pour le démarrage de son activité. Ainsi, j’exige de vous, un Bureau crédible. Mme la Présidente, vous avez votre fonds de commerce, il ne vous reste que votre organisation”. Prenant la parole, l’honorable Moussous Lisissou a témoigné toute sa gratitude à ses électeurs. Il a marqué toute sa disponibilité à les accompagner dans l’amélioration de leurs conditions de vie. “Le message que je lance à votre endroit, est celui de la solidarité, de la cohésion dans tout ce que nous devons faire. Restons unis. Ne cédons pas aux tentations de la politique de la division car unis, nous sommes forts. Je compte sur votre soutien indéfectible et inconditionnel au Président national du Rdpc, président de la République du Cameroun pour que notre parti reste toujours aussi fort”, a dit le député à l’Assemblée nationale.

Bougoudoum

Bougoudoum était la deuxième étape de cette caravane du Ministre Mounouna Foutsou. L’esplanade du Lamidat de Bougoudoum a rassemblé ses fils et filles. Tous sont venus suivre le message de leur fils, l’honorable Moussous Lisissou, élu député à l’Assemblée nationale à l’issue du double scrutin de février 2020. Ils l’ont fait savoir à travers leur porte-parole, Sa Majesté Voussou Tairia ainsi que le président local de l’Organisation des jeunes du Rdpc.  Pour le député à l’Assemblée nationale, c’est la satisfaction. Fils de Bougoudoum, il a remercié ses parents pour l’accompagnement. “Je suis venu avec les autres élus pour vous dire merci. Vous nous avez voté, nous nous engageons à défendre vos intérêts partout où besoin se fera sentir”, a déclaré l’honorable député. Présent aux côtés de son jeune camarade, Mounouna Foutsou s’est également adressé aux militants au sujet du don qui leur est fait ce jour. “Dès la campagne agricole annoncée, nous espérons que vous en ferez bon usage afin de devenir dans un avenir proche, des acteurs majeurs du développement de notre pays”, a-t-il dit. Aussi, le ministre a attiré l’attention de tous sur les crises que traverse notre pays. Il indique : “A nos frontières, il y a des menaces sécuritaires importantes. Notre paix légendaire est mise à rude épreuve. Bien plus, la pandémie à coronavirus s’y est ajoutée. Je vous invite à rester soudés derrière le Président national, Président de la République pour que le cap de l’émergence soit maintenu”. Comme lors de la première étape à Bangana, les populations ont bénéficié de Dons constitués des semences améliorées de céréales, d’oléagineuses, des gadgets du parti du flambeau.

Gobo, le Rdpc reconnaissant vis à vis de ses militants

C’est ce qu’il faut retenir du meeting tenu ce samedi 29 mai à l’Esplanade de l’ancienne chefferie. Comme ce fut le cas lors des étapes précédentes, le lamido de Gobo a dit toute sa reconnaissance aux “élites politiques ici réunies pour la visite du jour”. Il est suivi sur cette lancée par Robert Djohlada, qui s’est exprimé au nom de la section Rdpc locale. Le premier comme le deuxième a, chacun, appelé au soutien des initiatives des camarades à la base. Afin d’apporter quelques éléments de réponses aux doléances présentées par les camarades de la base, l’élite politique s’est exprimée à cette occasion. Selon le président de la Commission départementale de campagne du double scrutin 2020 du Mayo Danay Est, l’heure est venue pour le Rdpc de dire Merci à ses militants suite au succès éclatant lors des dernières élections législatives et municipales. Comme ailleurs, Mounouna Foutsou a appelé les populations à plus de vigilance afin de sauvegarder l’intégrité du territoire camerounais. Cette interpellation se situe dans le contexte sécuritaire difficile que connaît le Cameroun. Quant aux semences améliorées remises à Gobo, il a exhorté les bénéficiaires à en faire bon usage dès la campagne agricole annoncée.

À la suite du ministre, l’honorable député n’a pas tari d’éloges à l’endroit des militants de cette circonscription électorale pour le plébiscite du 9 février 2020. Aussi, Moussous Lisissou a fait mention de l’élection du président du Conseil régional de l’Extrême nord, Daniel Kalbassou. C’est pourquoi il a une fois de plus appelé les populations à soutenir davantage la vision politique du président Paul Biya, Président national du Rdpc et Président de la République.

Guéré, dernière étape de la tournée.

Le Rdpc a remercié ses militants à la base dans le Mayo Danay. La circonscription Grand Guéré, dans le Mayo Danay Est était en fête. Ses fils, élus maires et députés sont venus leur témoigner leur reconnaissance. L’histoire remonte au double scrutin du 9 février 2020 qui les a porté à d’importants postes de responsabilité.

Tour à tour, au cours du meeting de Guéré, les forces vives locales se sont succédées au pupitre pour porter la voix des militants à la base. Les maires Alphonse Rouboutangou et Alphonse Vildina, respectivement des communes de Gobo et de Guéré, ont fait savoir qu’ils envisagent un projet commun pour le bonheur des populations de leurs municipalités. Il s’agit de la mise en place du projet baptisé “Unité de lutte contre la faim” qui vise à mettre à la disposition des militants, des céréales à des prix abordables tout au long de l’année. C’est une initiative qui satisfait sa Majesté Issa Djobongué, lamido du canton de Guéré. L’autorité traditionnelle trouve que cette tournée vient rompre avec les habitudes passées qui veulent qu’une fois élus, les militants soient abandonnés à eux-mêmes.

Le Président de l’Organisation des jeunes ainsi que la présidente de l’Organisation des femmes ont exprimé des doléances communes. Ils plaident pour l’insertion socioéconomique de leurs organisations respectives afin d’autonomiser les populations à la base. Le président de la section, a pour sa part, salué les avancées politiques de ces dernières années en faveur de sa circonscription. Moussa Guinitna a cité l’élection du président national à la tête du pays, la victoire du Rdpc au double scrutin de février 2020 ainsi que celle du président du Conseil régional de l’Extrême nord qui est un fils du Grand Guéré.  Intervenant à la suite de tous, Mounouna Foutsou a appelé au soutien du président de la République, Paul Biya pour les efforts fournis contre la pandémie à coronavirus et la crise sécuritaire. Le ministre à l’occasion, a invité les jeunes à tourner le dos aux fléaux tel que la consommation abusive de l’alcool. Aux femmes, il a promis un revolving fund pour leurs activités génératrices de revenus. Enfin Mounouna Foutsou s’est retourné vers les parents pour la reprise en main de l’éducation de leurs enfants. L’honorable Moussous Lisissou a réitéré son “Merci” aux populations dont les voix l’ont porté à l’Assemblée nationale. Il a appelé tous les militantes et militants à ne pas céder aux messages de la division. Le député a rassuré les uns et les autres sur son assistance permanente.

C’est cette étape de Guéré qui a marqué la fin de cette grande toiurnée du Ministre Mounouna Foutsou dans son bastion politique, acquis au Rd

yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699843976

Danseuse chorégraphe originaire du Cameroun, Agathe Djokam a présenté son projet «Echogr’Art-phie » au public le 29 mai 2021 à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé. La veille, au cours d’un échange avec la presse nationale et internationale, la jeune artiste a dévoilé les contours de son projet qu’elle présente comme une « thérapie de danse ». Son message aux femmes.

« Par ce projet je questionne le phénomène de menstruation en m’appuyant sur le meilleur médium pour  l’être que je suis qui est l’art. «Echogr’Art-phie »  pour moi ce n’est pas juste un projet , c’est une thérapie de danse parce que non seulement par ce projet , je questionne ce phénomène de menstruation, mais je trouve l’issue pour m’accepter en tant que femme que je suis pour accepter ce que ce corps humain traverse physiologiquement et involontairement et finalement aussi pour accepter tous les êtres vivants qui sont autour de moi » déclare Agathe Djokam. « Après la question, par ce projet, c’est nous venons d’où les êtres humains que nous sommes à travers le monde à travers cet univers , quelle est notre origine commune , quel est le point ou le repère où tout le monde se retrouve » poursuit-elle avant d’ajouter que « Moi je trouve que c’est l’utérus , c’est pour cela qu’à un moment j’ai dit le premier monde ou l’univers par lequel où on se retrouve c’est d’abord un utérus avant de se retrouver dans le monde physique où on est aujourd’hui ». Mais il faut dire que ce projet c’est aussi pour Agathe Djokam, « une possibilité de décloisonner la chorégraphie au-delà du corps en mouvement. par ce projet je questionne principalement le processus qui mène aux êtres humains aux êtres vivants que nous sommes et en tant que danseuse chorégraphe je décide de créer des points où se lient le processus de grossesse(pare que c’est par la grossesse finalement que ce processus final durant ce cycle que traverse le corps de la femme, ouvre le portail vers les êtres humains que nous sommes) et processus chorégraphique » explique-t-elle.

Son projet parle aux femmes et à tous les êtres humains. « Je m’adresse pas uniquement aux femmes, mais aux êtres humains. Comme conseils aux femmes, c’est d’abord de pouvoir en parler. C’est de dire principalement à ces femmes  osons parler de ce que nous vivons, osons accepter ce que nous vivons. N’ayons pas honte n’ayons pas peur de vivre le phénomène de menstruation parce que ce phénomène de menstruation c’est la base c’est la fondation. Moi je trouve que quand tu parviens à t’accepter quand tu as confiance en toi, quand tu prends le temps de t’écouter, de t’observer de te regarder, il y a une force que tu acquiers pas juste en tant que corps mais en tant qu’être dans ce monde. Donc je nous invite tous à ça principalement aux femmes et aux êtres humains en général » souligne Agathe Djokam.

Aicha Baba Ladane

Leader mondial des télécommunications, Huawei a participé avec brio à CAMMOB 2020, la célébration  des 20 ans de la téléphonie mobile au Cameroun. L’évènement organisé du 17 au 19 mai 2021 à Yaoundé et placé sous le Très haut patronage du Président de la République , Paul Biya, a permis au leader mondial des télécommunications  d’exposer au grand public ses produits, son savoir, son savoir-faire, surtout sa force et sa très haute technologie.

«Ah oui, nous connaissons tous que Huawei est un grand, un géant des Télécoms. Nous connaissons tous sa très haute technologie et sa force » ces propos du Ministre des Postes et Télécommunications Minette Libom Li Likeng au stand principal de Huawei sont la parfaite illustration du capital sympathie et de la haute et inégalable expertise technique et technologique de Huawei. Le  Ministre de l’Éducation de Base Laurent  Serges  Etoundi Ngoa fait également partie des visiteurs prestigieux du stand principal de Huawei rendu lumineux par le décor féérique et la beauté des charmantes hôtesses de l’entreprise, le tout dans un cadre agréable. Huawei a vraiment mis le paquet pour marquer sa présence de leader des télécoms, à cet évènement.

Partenaire stratégique du Cameroun pour son développement digital et pour son émergence à l’horizon 2035,  Huawei , sponsor majeur de CAMMOB 2020, se présente aujourd’hui  comme un partenaire stratégique pour le développement numérique du Cameroun. Des faits significatifs le démontrent. Par exemple, en collaboration avec  le Ministère de l’Eau et de l’Energie (MINEE) du Cameroun, Huawei a procédé à l’électrification de 1000 localités rurales, en énergie solaire photovoltaïque. « Je voudrais saisir cette illustre occasion pour remercier et féliciter à sa juste valeur, notre partenaire Huawei Cameroon pour tous les efforts constants, la qualité des équipements, son appui technique et son expérience dans la mise en œuvre sereine et efficace des projets d’électrification rurale par énergie solaire photovoltaïque, malgré les écueils inhérents à ce type de projets dans les zones rurales dont  l’accès n’est pas toujours évident », a déclaré le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, le l5 mars 2020, à l’occasion de la célébration des 14 ans de collaboration avec le Cameroun. C’était, au détour de la projection du film « In Cameroon For Cameroon » réalisé par Cameroon Télécommunications (CAMTEL) et l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications, des Technologies de l’Information et de la Communication (SUP’TIC), et dédié à la présentation de l’œuvre immense de Huawei au Cameroun.

On se rappelle qu’au cours de la même cérémonie marquant les 14 ans de présence de Huawei au Cameroun, le Directeur Général de CAMTEL, Judith Yah Sunday épouse Achidi , avait apprécié de fort belle manière le Backbone national à fibre optique installé par Huawei. « Avec l’appui technique de Huawei, l’industrie des TIC a connu une avancée significative au cours de la décennie […]. Par ailleurs, notre partenaire HUAWEI a toujours manifesté un effort d’investissement dans le domaine des TIC, pour la formation des collaborateurs à qui il offre des formations régulières en Chine pour la maîtrise des projets et le partage des expériences de ce géant des Télécoms et le transfert des compétences » avait déclaré avec satisfaction le DG de Camtel. La construction des  Data Centers de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS), et de la Cameroon Postal Services (CAMPOST) font partie des projets dans lesquels Huawei a étalé son savoir-faire.

Yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699843976

La cérémonie de lancement du Rapport sur l’état de la population mondiale du Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) a eu lieu mardi 25 mai 2021 à Yaoundé sous la co-présidence du Ministre de l’économie de la planification et de l’aménagement du territoire, Alamine Ousmane Mey et du Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun Henry Claude Voltaire. Intitulé « MON CORPS M’APPARTIENT, Revendiquer le droit à l’autonomie et à l’autodétermination », ce Rapport a été publié le 24 avril 2021, à l’intention de la communauté internationale, à New York par la Directrice de UNFPA, Dr. Natalia Kanem. Ce que dit le Rapport.

Il ressort de l’édition 2021 de ce Rapport qu’au niveau mondial, près d’une femme sur deux n’a pas le pouvoir de décider de son corps. Ces décisions sont souvent prises ou influencées par d’autres personnes, qu’il s’agisse de leur partenaire, de leur famille, de la société ou même  du gouvernement. Le Rapport passe  aussi en revue  différents types de violations  de l’autonomie corporelle parmi lesquels : les  grossesses non désirées  dues à une absence  de choix en matière  de contraception ; les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles, telles que les mutilations génitales féminines et le mariage forcé, qui font basculer l’existence des personnes qui y sont soumises. Il met par ailleurs en lumière les données sur le pourcentage de pays  dans le monde qui disposent  de lois qui favorisent ou qui restreignent la prise de décision.

Henry Claude Voltaire, Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun.

L’enjeu du lancement du rapport sur l’état de la population mondiale 2021 au Cameroun est de permettre son appropriation par le gouvernement, toute chose qui constitue le suivi universel de la mise en œuvre des engagements pris lors de la Conférence Internationale  sur la Population et le Développement(CIPD) de 1994 au niveau du pays. Les données et indicateurs nationaux peuvent ainsi être comparées à la tendance mondiale.

Il faut rappeler que le Rapport sur l’état de la population mondiale est produit annuellement par le siège de l’UNFPA depuis 1978 à New York aux États Unis d’Amérique. Ce Rapport met en lumière les questions émergentes liées à la population et au développement auxquelles la population fait face, aux défis et perspectives pour le développement durable. Ce Rapport peut être consulté à l’adresse suivante : unfpa.org/SOWP-2021 .

Ericien Pascal Nguiamba

Voici en intégralité le Démenti du Ministre de la jeunesse et de l’éducation Civique qui fait le vrai compte d’emploi des ressources allouées à son département ministériel et qui vient balayer les informations relayées par le journal de Severin Tchounkeu. Eclaircissements pour la rédaction de ce journal et pour le grand public Lire.

DROIT DE REPONSE ADRESSE AU JOURNAL NOUVELLE EXPRESSION

Fonds Covid

Voici le vrai compte d’emploi des ressources allouées au Minjec

Dans votre journal paru le lundi 17 mai 2021, partagé en ligne et repris dans la revue de presse de certains médias vous avez titré à la grande Une ce qui suit : « Fonds Covid : Dénonciation au Ministère de la Jeunesse. Une information faisant état d’un détournement de fonds destinés à la lutte contre le Covid-19 circule depuis quelques jours. Les services de la communication de ce ministère se montrent très embarrassés », c’est le chapeau qui suit la grande Une. Logé à la rubrique ACTU de la page 3 de votre journal, la titraille est similaire à celle de la Une. Détournement des fonds Covid : Un responsable du ministère de la jeunesse déballe tout.

Aussi, nous nous permettons comme le veulent les usages, d’utiliser ce même canal pour restaurer les faits dans leur contexte.

En effet, au sujet de la rumeur qui vise à faire du buzz sur les réseaux sociaux nous n’avons pas jugé opportun d’y répondre. Avec la reprise de ces informations par La Nouvelle Expression que nous trouvons sérieux, nous avons cru bon d’apporter des éclaircissements autant pour votre rédaction que pour votre public.

Contexte

Dans le cadre de la riposte gouvernementale contre la pandémie du Covid-19, le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC) a entrepris de mener une Campagne spéciale de sensibilisation des populations. Ladite campagne s’effectue sur le terrain par des Equipes Mobiles d’Animation Populaire, Urbaine et Rurale (EMAPUR), les Médiateurs Communautaires, les Appelés du service civique et autres associations et mouvements de jeunesse sous la bannière du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun. Une activité coordonnée par les structures d’encadrement de proximité du MINJEC sur l’ensemble du territoire national aux côtés du Ministère de la Santé publique et autres partenaires.

Ainsi, suite au décret N° 2020 / 3221 / PM du 22 juillet 2020 fixant la répartition de la dotation du fonds spécial de solidarité par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, une somme de 750 millions (sept cent cinquante millions de francs CFA) a été allouée au MINJEC, afin de bien mener la campagne sus évoquées et non 850 millions (huit cent cinquante millions de francs CFA) comme annoncé dans vos colonnes.

Répartition

Pour la prise en charge des équipes de sensibilisation suscitées, le MINJEC a procédé à la ventilation de la dotation de la somme globale de 750 millions ainsi qu’il suit, contrairement à ce qui est écrit dans votre article :

– Délégation régionales (10) : 20 millions de francs CFA ;

– Délégation départementales (58) : 87 millions de francs CFA ;

– Délégation d’arrondissement (360) : 360 millions de francs CFA ;

– Centre National d’Education Populaire et Civique : 10 millions de francs CFA ;

– Centre National de la Jeunesse et des Sports de Kribi : 10 millions de francs CFA ;

– Les deux Centres multifonctionnels de promotion des jeunes (CMPJ) de référence (Yaoundé et Douala) 02 millions de francs CFA ;

– Les 10 CMPJ régionaux : 05 millions de francs CFA ;

– Les 58 CMPJ de département : 14 millions 500 mille francs CFA ;

– Les 363 CMPJ d’arrondissement et foyers de jeunes : 36 millions 300 mille francs CFA ;

– Coordination et acquisitions matériels de protection et de sensibilisation : 205millions 200 milles francs CFA.

Rejets

Il est important de relever que les dossiers de paiement, en particulier les fonds destinés aux services déconcentrés introduit au Ministère des Finances ont subi trois rejets pour des raisons diverses et variées.

Aussi, afin d’éviter la forclusion de tous ces fonds alloués, le MINJEC a sollicité et obtenu de son collègue des Finances, le virement de certains crédits, pour un montant total de 360 millions, pour l’acquisition de motocyclettes pour la sensibilisation des populations au niveau local. Les dossiers y afférents sont en cours de traitement au niveau des services compétents et ce, au même titre que certains dossiers d’acquisition du matériel de sensibilisation et de protection.

En tout cas à date, aucun payement du FOND COVID en direction des services déconcentrés n’a encore été effectué par le Ministère des Finances. Par conséquent, les jeunes ayant fait la sensibilisation et dont les copies de pièces d’identification ont été reçues par les délégués Régionaux du MINJEC pour la constitution du dossier tel que les procédures l’exigent, n’ont effectivement pas pu être payés non pas parce que les fonds y relatifs ont été détournés, mais pour des raisons de non-respect des procédures propres à la gestion des fonds Covid.

Toutefois, un plaidoyer est fait en direction de la hiérarchie avec un compte d’emploi précis dans le but d’y trouver une solution afin d’encourager les nombreux jeunes volontaires qui travaillent sur le terrain depuis le déclenchement de la pandémie au Cameroun. D’ailleurs, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, avait en son temps, félicité ce noble travail des jeunes sensibilisateurs volontaires.

CELCOM MINJEC