La cérémonie de lancement du Rapport sur l’état de la population mondiale du Fonds des Nations Unies pour la Population(UNFPA) a eu lieu mardi 25 mai 2021 à Yaoundé sous la co-présidence du Ministre de l’économie de la planification et de l’aménagement du territoire, Alamine Ousmane Mey et du Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun Henry Claude Voltaire. Intitulé « MON CORPS M’APPARTIENT, Revendiquer le droit à l’autonomie et à l’autodétermination », ce Rapport a été publié le 24 avril 2021, à l’intention de la communauté internationale, à New York par la Directrice de UNFPA, Dr. Natalia Kanem. Ce que dit le Rapport.

Il ressort de l’édition 2021 de ce Rapport qu’au niveau mondial, près d’une femme sur deux n’a pas le pouvoir de décider de son corps. Ces décisions sont souvent prises ou influencées par d’autres personnes, qu’il s’agisse de leur partenaire, de leur famille, de la société ou même  du gouvernement. Le Rapport passe  aussi en revue  différents types de violations  de l’autonomie corporelle parmi lesquels : les  grossesses non désirées  dues à une absence  de choix en matière  de contraception ; les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles, telles que les mutilations génitales féminines et le mariage forcé, qui font basculer l’existence des personnes qui y sont soumises. Il met par ailleurs en lumière les données sur le pourcentage de pays  dans le monde qui disposent  de lois qui favorisent ou qui restreignent la prise de décision.

Henry Claude Voltaire, Représentant adjoint de l’UNFPA au Cameroun.

L’enjeu du lancement du rapport sur l’état de la population mondiale 2021 au Cameroun est de permettre son appropriation par le gouvernement, toute chose qui constitue le suivi universel de la mise en œuvre des engagements pris lors de la Conférence Internationale  sur la Population et le Développement(CIPD) de 1994 au niveau du pays. Les données et indicateurs nationaux peuvent ainsi être comparées à la tendance mondiale.

Il faut rappeler que le Rapport sur l’état de la population mondiale est produit annuellement par le siège de l’UNFPA depuis 1978 à New York aux États Unis d’Amérique. Ce Rapport met en lumière les questions émergentes liées à la population et au développement auxquelles la population fait face, aux défis et perspectives pour le développement durable. Ce Rapport peut être consulté à l’adresse suivante : unfpa.org/SOWP-2021 .

Ericien Pascal Nguiamba

Une vidéo de 2 minutes révèle que la société Camvert ambitionne de planter 50 000 hectares de palmeraies à  Campo, dans le Sud du Cameroun. On y découvre que déjà, Camvert a lancé la mise en terre des 236 000 premiers plants de la palmeraie industrielle, en cours de création dans la localité de Campo.Ces plants seront plantés dans un premier temps sur 1500 hectares. Suivra une extension de la plantation à 5000 hectares en 2021. Le projet, qui permettra de créer 8000 emplois directs dans la localité de Campo, intègre la construction d’unités de transformation, qui auront une capacité de production globale de 180 000 tonnes d’huile de palme par an, et 18 000 tonnes d’huile de palmiste.Camvert lance son projet agro-industriel au moment où le pays affiche un déficit structurel de 130 000 tonnes d’huile de palme chaque année. Une situation qui impose au pays des exportations, pour satisfaire la demande sans cesse croissante des unités de production d’huile raffinée, de savons et autres produits dérivés.Progressivement, les arbres sont enlevés pour laisser place à une palmeraie de 50 000 ha. Déjà le sol a été préparé sur les 1 500 premiers hectares. Le planting est encours. 250 000 plants ont déjà été mis en terre et changent cet espace qui était quelques mois auparavant, jonché de troncs d’arbres. Le processus d’aménagement  de plantation de palmier à huile chez les Mvae-Mabi et lyasa suit son cours normal.

 

CAMTEL (Cameroon Télécommunications) a signé à cet effet un accord-cadre, le tout 1er du genre sur le plan national, avec la Mairie de la Ville de Bafoussam jeudi 22 avril 2021  à l’Hôtel de Ville de Bafoussam dans la Région de l’Ouest. Cet accord-cadre marque le début d’une ère d’innovation devant conduire progressivement à la transformation de la Ville de Bafoussam en ville intelligente ou Smart City.

« Je suis à la fois honoré et heureux de présider cette rencontre qui marque un moment important pour la ville de Bafoussam. Car l’histoire retiendra que c’est à la faveur de la convention de partenariat que nous nous apprêtons à signer avec CAMTEL, que notre cité est devenue la première ville intelligente du Cameroun » a déclaré Roger Tafam, le Maire de la Ville de Bafoussam. Tout heureux. « Faire de Bafoussam une ville numérique est pour nous, un rêve qui se nourrit de la Très Haute Volonté du Chef de l’Etat son Excellence Paul  BIYA, qui, dans la déclinaison de la vision stratégique du Cameroun, contenue dans la Stratégie Nationale de Développement du Cameroun 2020-2030, a fait de la promotion de l’économie numérique, un levier important de l’émergence de notre pays. En effet, au-delà de doter la Mairie de la Ville d’équipements et outils susceptibles d’autonomiser son fonctionnement et par ricochet, d’améliorer ses performances, nous voulons offrir à nos populations un cadre de vie propice à leur épanouissement » a ajouté le dynamique Maire de la Ville dont les actions de modernisation de Bafoussam font de lui un véritable acteur de développement. Alors, « Ensemble nous ferons de cette ville, le cœur du Cameroun numérique, la « Silicone Valley de l’Afrique centrale, notamment par la mise en place d’un incubateur de projets numériques et d’entreprises. » a-t-il ajouté.

Accord parfait.

« Parler de Ville intelligente, revient, selon la terminologie consacrée par l’Union Internationale des Télécommunications qui faut-il le rappeler, est l’institution spécialisée des Nations Unies pour les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), renvoie à une cité  novatrice, qui utilise les TIC pour améliorer la qualité de vie de ses habitants, l’efficacité de la gestion urbaine et des services urbains ainsi que l’amélioration significative de la compétitivité dans les domaines économique, social, environnemental et culturel. Etre labélisée « ville intelligente » comme l’a intelligemment choisie la Mairie de la Cité de Bafoussam, outre les multiples avantages précédemment énumérés, répond par ailleurs aux exigences de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour lesquels s’est engagé notre pays le Cameroun. » a déclaré pour sa part le Directeur Général de CAMTEL, Judith YAH SUNDAY épouse Achidi. « Nous croyons fermement qu’avec la réussite de cet accord cadre, nous allons ensemble traduire dans les faits, la vision de son Excellence, Monsieur Paul Biya, Chef de l’Etat qui dans son Message à la Nation le 31 décembre 2018, a déclaré, et je cite : « Il est indispensable que nous fassions davantage pour intégrer les progrès du numérique dans le fonctionnement de   nos services publics et de notre économie. La société digitale qui s’annonce n’attendra pas les retardataires » a souligné le Directeur Général de CAMTEL qui ne ménage aucun effort pour faire de CAMTEL une entreprise toujours citoyenne au cœur du développement du Cameroun dans le domaine des Télécommunications.

En rappel, c’est en décembre 2020 lors d’une visite de travail du DG de CAMTEL à Bafoussam, que le Maire de la ville avait émis l’idée de faire de Bafoussam une ville numérique. Bafoussam, chef-lieu de la région de l’ouest Cameroun, a une population jeune avec un taux de croissance de 2,6%. La cité capitale de l’Ouest qui comptera 12 millions de citadins à l’horizon 2034, aura l’honneur d’accueillir l’une des poules de la CAN TOTAL CAMEROUN 2022. Ce qui appelle de la part du Maire de la ville Roger Tafam, ses collaborateurs et ses partenaires, des efforts conséquents autant pour les habitants de Bafoussam que pour les milliers de visiteurs qui feront le déplacement de cette ville.

Yaoundeinfo.com

Rédaction 00237 699843976

 

Son Excellence Ayse Saraç, Chef de la mission diplomatique de la République de Turquie en fin de séjour au Cameroun, a été reçue en audience par le Ministre des Arts et de la Culture(Minac) Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt vendredi 5 février 2021. Une rencontre riche pleine d’émotions et d’espoir sur l’avenir de la coopération entre le Cameroun et la Turquie dans le domaine des Arts et de la Culture.

C’était un moment plein d’émotions, mais aussi de satisfaction pour cette diplomate qui quitte le Cameroun après un séjour fructueux pendant lequel, elle a su mettre en valeur la coopération entre son pays la Turquie et le Cameroun. Avec le Ministre des Arts et de la Culture Dr. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, elle a abordé des questions liées à la promotion et au développement du secteur arts et culture par une intensification de la coopération entre leurs deux pays. Aussi a-t-elle rassuré le Minac de la nécessité de poursuivre cette coopération par son successeur, attendu à Yaoundé. Le Ministre des Arts et de la Culture qui avait à ses côtés ses principaux collaborateurs s’est dit satisfait de l’excellence des relations et de la coopération culturelle entre le Cameroun et la Turquie et a souhaité que celle-ci soit d’avantage développée.

En rappel, c’est lundi 15 juillet 2019, que le Chef de l’Etat, Paul BIYA, avait reçu les lettres de créance de Madame Ayşe Saraç, comme nouvel Ambassadeur de Turquie au Cameroun. Comme de tradition, cette cérémonie  s’était déroulée dans la plus grande solennité. Diplômée en sciences politiques et  d’administration publique, Madame Ayşe Saraç est aussi titulaire d’un Master en études du Moyen-Orient. Elle a occupé plusieurs fonctions dans l’administration publique de son pays et au sein des organisations internationales à caractère économique.

Sur un plan plus global, il faut noter que les relations entre le Cameroun et la Turquie sont excellentes et sont marquées par des échanges de visites de haut niveau. En effet, répondant à une invitation de l’ancien Président turc Abdullah Gül, en visite officielle au Cameroun en  mars 2010, le Président Paul BIYA a effectué à son tour une visite d’Etat en Turquie  en mars 2013. Yaoundé et Ankara sont également liés par plusieurs accords de coopération qui couvrent des domaines aussi variés que l’économie, la défense, la communication, la diplomatie, etc. Par ailleurs, les entreprises turques contribuent au développement du Cameroun dans divers secteurs, à l’instar des travaux d’infrastructures. C’est le cas du complexe sportif de Japoma à Douala. Une coopération que le Ministre Bidoung Mkpatt voudrait voir d’avantage intensifiée dans le secteur des arts et de la culture.

Yaoundeinfo.com

Contact Rédaction 00237 699.84.39.76

L’Unité d’Assemblage d’Engins de Génie civil de Kribi(UAK), première Unité d’assemblage des machines en Afrique centrale d’équipements lourds, est non seulement un projet créateur d’emplois, mais également un produit fini « made in cameroon ». Cette infrastructure qu’inaugure le Ministre des Travaux Publics Emmanuel Nganou Djoumessi, Représentant personnel du Chef de l’Etat, Paul Biya, ce samedi 23 janvier 2021, représente un investissement de plus de deux milliards de FCFA. L’Usine produira 250 machines par an dans un premier temps,  qui équiperont les opérateurs du Cameroun et d’Afrique Centrale.

Cette grande Usine se chargera d’assembler  des chargeuses, des Bulldozer, des niveleuses et des compacteurs. La production de cette usine, va donc à coup sûr, permettre de booster plusieurs secteurs d’activités, dont celui du bâtiment, et des Travaux Publics, et conséquemment, l’économie camerounaise, avec en prime un positionnement nouveau du pays dans la sous-région Afrique Centrale. Cette Usine a pour missions,  la production, l’entretien des machines la formation des opérateurs avec un stock de pièces détachées et un atelier de maintenance équipé.  Elle a également un rôle de service auprès des entreprises qui s’installeront dans la zone portuaire de Kribi en leur proposant l’entretien de leurs groupes électrogènes, machines, chariots et moteurs. L’objectif visé par ce grand projet est de fournir au marché camerounais et à l’ensemble de la zone CEMAC des machines à prix compétitifs, adaptées à l’environnement local.

Des atouts importants

L’Usine d’Assemblage de Kribi Tractafric Equipment présente de nombreux atouts. En effet , elle va produire des machines « Assembled in cameroon » à des prix optimisés ; assurer le transfert des compétences à la main d’œuvre locale et participer à la création d’emplois directs et indirects ; accompagner la décentralisation avec des machines fiables, robustes et un rapport qualité/prix adaptés aux besoins des mairies et collectivités locales ; Appuyer le Port Autonome de Kribi dans son développement et répondre aux besoins de services dans la région du sud et exporter les machines «assembled in cameroon» dans les pays de la sous-région.

A propos de l’investisseur.

Il s’agit de la compagnie Optorg, société mère de Tractafric Equipment,  créée en 1919 et qui a fêté son centenaire le 19 octobre 2019. Optorg se spécialise dans la distribution d’équipements techniques en Afrique en rachetant en 1947 la société commerciale, industrielle et agricole du Haut Ogooué(SHO) et en 1955 les établissements Peyrissac, spécialiste des biens d‘équipements respectivement en Afrique centrale et de l’Ouest. Il faut noter que Tractafric Equipment jouit d’une expérience de près de 88 ans sur le territoire camerounais. Son expertise fait donc de ce spécialiste de l’équipement industriel, minier et du secteur du bâtiment et Travaux publics un partenaire incontournable pour de nombreux opérateurs. Présent dans 10 pays du continent dont le Cameroun, Tractafric Equipment équipe également les opérateurs en matériel spécialisé (travaux publics, forêt, mines). Avec la mise en service de cette Usine d’Assemblage de Kribi, le Cameroun confirme sa place de leader dans ce domaine, dans la sous-région Afrique Centrale.

Ericien Pascal Nguiamba

 

Grace à cette usine située sur la place portuaire de Kribi, Chef-lieu du département de l’Océan, région du Sud, le Cameroun aura une forte capacité de disposer d’engins de génie civil pour des aménagements divers. C’est une grande  première dans la sous-région Afrique Centrale.

C’est un impressionnant projet dont l’aboutissement aura lieu le 23 janvier 2021 à Kribi, avec l’inauguration de cette usine d’assemblage d’engins de génie civil, par le Ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi en sa qualité de Représentant personnel du Chef de l’Etat, Paul Biya.

Selon des responsables du Ministère des Travaux Publics, cette usine d’assemblage d’engins de génie civil offrira au Cameroun une grande capacité de disposer d’engins de génie civil pour des aménagements divers. C’est d’ailleurs une grande première dans la sous-région Afrique centrale. Il faut noter que ce projet a été rendu possible grâce à des investissements du groupe Optorg, société mère de Tractafric Equipment. Le mécanisme d’acquisition de ces engins, lui, est facilité par l’entrée en jeu de la Société camerounaise d’Equipements à travers des conditions de payement allégées. Bon à savoir, c’est la commune de Dschang dans la région de l’Ouest Cameroun qui a acquis les premiers engins.

Il faut noter que les Collectivités Territoriales Décentralisées(CTD) qui sont en fait les principales cibles de ce projet, ont désormais la possibilité d’acquérir des équipements pour leurs aménagements routiers. Une initiative qui entre en droite ligne dans le cadre du processus de décentralisation. Des institutions à l’instar du Matgenie qui a un projet d’équipement en matériel de génie civil, pourront y voir des opportunités en termes d’acquisition et même de payement.

Ericien Pascal Nguiamba

 

 

La 4è édition de la Semaine de la Solidarité Nationale et de l’Entrepreneuriat Social(SESES) qui se tient du 8 au 11 décembre 2020 à Yaoundé sous le thème « Promouvoir le développement social local», est une initiative du Ministère des affaires Sociales du Cameroun. L’importance de cet évènement.

Le Ministre des Affaires Sociales, Pauline Irène NGUENE, pendant son discours d’ouverture de la SESES 2020.

« Promouvoir le développement local social au Cameroun, revient à mettre en œuvre au niveau des communes et des Régions des initiatives visant à améliorer les conditions de vie des populations à la suite d’une identification de leurs besoins par elles-mêmes, d’un processus de priorisation de planification, de programmation, de budgétisation des réponses identifiées avec leur consentement préalable et éclairé tout en s’assurant de la prise en compte des besoins spécifiques de développement des plus vulnérables » a déclaré Madame Pauline Irène NGUENE, Ministre des Affaires Sociales à la cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée à l’hôtel de ville de Yaoundé en présence du Ministre de la Décentralisation et du Développement local, Georges Elanga Obam, la coordinatrice du Programme National du développement Participatif(PNDP) Marie Madeleine Nga, du Président de l’Association des Communes et Villes Unies du Cameroun(CVUC) Augustin Tamba le gouverneur de la Région du Centre Naseri Paul Bea etc…

Selon le Ministre des Affaires Sociales, à travers cet évènement, « Il est également question de mettre en place les conditions favorables et nécessaires à la participation effective de toutes les tranches de de la population y compris et de façon particulière les Personnes Socialement Vulnérables, à l’exécution des activités de développement retenues en tant que bénéficiaires mais aussi et surtout en tant qu’acteurs. Tel est en tout cas, notre principal message à la faveur de cette édition de la SESES ». Aussi, « Nous voulons plaider auprès des Collectivités Territoriales Décentralisées pour la mise en place effective et progressive d’une assistance sociale locale » a ajouté Madame Pauline Irène NGUENE. L’objectif visé par les assises de la Semaine de la Solidarité Nationale et de l’Entrepreneuriat Social(SESES) 2020, est de mobiliser la communauté nationale et internationale autour de la promotion du développement social local, en vue d’apporter une réponse collective, efficace et efficiente à la demande nationale d’assistance et de protection sociales.

Ericien Pascal Nguiamba

Le Groupe de Reference de la Société Civile pour la Transparence des Finances Publiques a organisé les 24 et 25 novembre 2020 à la Chambre de Commerce à Yaoundé, le Forum national sur la participation de la Société Civile à la mise en œuvre de la réforme des finances publiques dans le contexte du Covid-19. C’était en présence de Madame Boumsong Sophie, Chef de Division de la Réforme Budgétaire, à la Direction Générale du Budget. Les détails.

Après la campagne de diffusion du budget citoyen dans les dix régions, le Groupe de Référence de la Société Civile s’est proposé de rassembler les Organisations de la société Civile(OSC) membres, en vue de préparer une vision commune partagée pour un dialogue efficace avec le Ministère des finances (Minfi). C’est donc dans ce contexte que se situe le projet d’un forum de la société civile  sur le thème  « Place et rôle de la société civile dans la construction du dialogue pour l’amélioration de la gestion et la transparence des finances publiques dans le contexte de covid-19». L’objectif principal de ce forum était d’apporter un appui à l’amélioration de la gestion des finances publiques mais aussi de contribuer à la construction du dialogue Minfi/Société Civile ; de positionner dans l’espace public le regard sur la gestion des finances publiques dans le contexte de la Covid-19 au Cameroun. Ce forum, ouvert aux autres acteurs tels que le Minfi et les partenaires au développement bilatéraux et multilatéraux du Cameroun, se positionne dans la protection de l’espace civique pour l’efficacité de l’engagement de la société civile en faveur du développement durable.

Le forum a aussi servi de cadre de lancement de Citizen Lenses Report (CLR) qui a donné l’occasion à tous les partenaires d’échanger autour des évidences contenues dans les différents rapports sectoriels du CLR afin de dessiner ensemble le chemin à venir.

Madame Christine Andela

Il y a eu également des échanges multi acteurs sur les engagements de tous les acteurs de développement à œuvrer pour empêcher le rétrécissement de l’espace civique. Selon Madame Christine Andela, ce forum  a produit des résultats satisfaisants : « Le premier résultat est que nous voulions donner vie et corps à la plateforme de dialogue entre le ministère des finances et la société civile travaillant sur les finances publiques, c’était un impératif et je pense que nous avons vraiment obtenu ce résultat. Nous attendons simplement la finalisation du document juridique qui va donner une existence légale juridique à cette plateforme mais déjà les travaux sont lancés, le dialogue a eu lieu, c’était d’abord cela l’objectif que nous visions. Le deuxième objectif est qu’en publiant notre Citizen Lenses Report, le Rapport citoyen sur le financement du développement nous voulions entamer un dialogue sur la base des évidences avec les pouvoirs publics à partir des trouvailles que nous avons faites. C’est le cas de la santé où nous avons des évidences que 70% des dépenses de santé incombent véritablement aux communautés elles-mêmes. Quand quelqu’un est malade au village, il se soigne il n’est pas remboursé,  alors qu’il y’a des financements colossaux qui vont au niveau de la santé. Donc tout se passe comme s’il y avait déconnexion entre le financement d’un secteur et le résultat sur le bien-être ou la santé ou la vie des populations ; et ça vraiment il faut qu’on trouve les voies et moyens pour continuer à faire un plaidoyer là-dessus » a déclaré Madame Christine Andela, au sortir des travaux de ce forum.

Ericien Pascal Nguiamba

« Tous les handicaps ne sont pas visibles » c’est  le thème choisi pour la célébration de la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes handicapées le 3 décembre 2020. Les activités de cette édition ont été lancées mardi 24 novembre au  Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées-Cardinal Paul Emile LEGER à Yaoundé par le Secrétaire Général du Ministère des Affaires Sociales(Minas) ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Le thème choisi pour cette édition est « une invite ou alors une interpellation des Etats à accorder d’avantage une attention particulière aux personnes présentant un handicap non apparent… » a déclaré le Secrétaire Général du Minas  ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE. Avant de lancer un appel aux acteurs étatiques aux organisations de la société civile, et même à la communauté internationale « pour leur contribution à la réussite des différentes activités marquant la 29è édition de la Journée Internationale des Personnes Handicapées » et au-delà de la célébration, à être de « véritables défenseurs et militants de la prise en compte de l’approche handicap dans tous les secteurs de développement ».

le SG du Minas, ITOE Beryl IKOMBE épse PANJE.

Selon le Rapport Mondial sur le Handicap publié en 2010, conjointement par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) et la Banque Mondiale, on estime à plus d’un milliard  le nombre de personnes vivant avec le handicap, soit environ 15% de la population mondiale. On constate que les pays à faible revenus ont une prévalence de handicap plus grande que les pays à revenus supérieurs. Au Cameroun, en appliquant le ratio du Rapport Mondial sur le Handicap au résultat officiel du 3è recensement Général de la Population et de l’Habitat publié en 2010, les personnes handicapées sont estimées à près de 2 millions neuf cent dix mille(2.910.000). Mais il faut noter que dans la population, il y a des handicaps invisibles. Ce qui pourrait amplifier les chiffres.

Au cours du lancement officiel des activités relatives à cette célébration, il a été question pour les participants, venus des administrations publiques, des partenaires Techniques et Financiers, des Organisations en charge des Personnes Handicapées, du personnel du Minas, de faire une rétrospective sectorielle des dix dernières années(2010-2020) sur des actions ayant été menées en faveur de la protection et de la promotion des personnes handicapées tout en se focalisant sur le thème de cette année 2020, à savoir « Tous les handicaps ne sont pas visibles ». Il était aussi question au cours de ce lancement  officiel, de faire savoir au grand public les actions menées en faveur des personnes handicapées dans les secteurs de l’éducation, de l’emploi et la formation professionnelle , du sport, de l’accessibilité aux infrastructures et édifices publics ou ceux ouverts au public, de la protection sociale et de la réadaptation. Outre les communications présentées ce jour, il a été convenu que d’autres espaces de communication seront réquisitionnés dans les médias, afin de poursuivre la sensibilisation auprès des groupes et communautés sur les actions menées en faveur des personnes handicapées au Cameroun.

Ericien Pascal Nguiamba

La 1ère édition du CAMEROON DIGITAL BOOST-2020 (CDB-2020) est un évènement organisé par SEM-SERVICES et CROSTON HOLDINGS avec le soutien de LA CHAMBRE DE COMMERCE CANADA-CAMEROUN (CDC-CC) sous le thème « Les stratégies pour promouvoir l’industrie numérique en contexte post covid19 ». Cet évènement, est un séminaire  qui aura lieu le 1er décembre 2020 à l’hôtel la Falaise de Yaoundé. Il a  pour cibles, les entrepreneurs, les opérateurs Économiques, les institutions financières, les établissements professionnels, les étudiants, les professionnels des NTIC, Le gouvernement et autres. Participation annoncée, entre autres,  du Dr. Ernest Simo et de l’ancien vice-capitaine des Lions indomptables Enoh Eyong.

L’objectif principal de cet évènement est de promouvoir la synergie entre les acteurs de l’écosystème du Numérique Camerounais et les experts de sa Diaspora pour une industrie numérique forte et compétitive. Il est aussi question de Susciter un réseau d’opérateurs économiques pour soutenir l’industrie numérique ; Accompagner les entrepreneurs numériques dans leurs développements de marché avec le Canada et d’autres marchés ; Participer et contribuer avec le MINPOSTEL au développement de la politique du numérique au Cameroun.

Le Comité d’organisation que préside Samuel Ervé Mandeng(photo)  vise plusieurs résultats notamment Atteindre une moyenne de 50 participants à Yaoundé ; Construire un réseau d’hommes et femmes d’affaires du Numérique Camerounais ; Faciliter le maillage numérique entre les différentes expertises Canadiennes et du Cameroun ; Faciliter l’implication des experts du numérique de la diaspora Camerounaise dans le développement du Numérique.

L’évènement sera marqué par la participation du Dr. Ernest Simo, Pionnier en Télécommunication VSAT-USA et SKYBITS-IGOGO et de l’ancien footballeur Enoh Eyong. Il est à noter que Constant Wette Expert à Erickson-Canada, recevra un prix spécial lors de ce séminaire. Ce séminaire est une initiative de SAMUEL ERVÉ MANDENG PDG de SEM-SERVICES et Chargé du développement numérique à la Chambre de Commerce Canada-Cameroun. Samuel Ervé Mandeng qui cumule plusieurs années d’expériences dans les relations interculturelles, et dans la coordination des projets en développement social et économique au Québec, il est passionné par la capitalisation du potentiel humain et les projets qui favorisent la participation Citoyenne des immigrants dans la société. Militant engagé dans la défense des droits des noirs, son expérience académique et professionnelle lui ont permis de Développer au fil des années des aptitudes comme Formateur, Accompagnateur, Conférencier et Coordonnateur des projets en Intégration d’emploi, en participation citoyenne, en Leadership et en Entrepreneuriat

Ericien Pascal Nguiamba